News - Petzl La glace, fugace et sublime - Petzl Belgique
Chercher
Communauté Actus La glace, fugace et sublime

La glace, fugace et sublime

Vivre sa passion pour la cascade de glace à la maison, quelle chance ! Fabian Buhl, connu pour ses performances en escalade de bloc et en grande voie, nous raconte sa satisfaction d’avoir pu gravir une cascade de glace, derrière chez lui, qui se forme très rarement : la Seebenseefall, située près du village d’Ehrwald, dans le Tyrol autrichien.

20 Janvier 2020

Escalade sur glace

© 2019 PETZL Distribution -  Thomas Senf

Carpe diem, savoir saisir les opportunités

“Ce fut un super hiver de plus en 2019, avec de bonnes conditions de glace. Rien ne sortait de l’ordinaire dans les massifs autour de chez moi, à part la façon peu habituelle dont l’eau coulait dans la Seebenseefall. La sortie classique et facile n’était pas du tout en condition. En revanche, un rideau de glace se formait au fur et à mesure que l’hiver avançait. Avant la fin de la saison, il était en parfaite condition, tout comme la stalactite sur la partie gauche du mur. Comme elle ne gèle que très rarement, elle fait partie des plus beaux phénomènes naturels du coin.

En compagnie d’Alexander Huber, un alpiniste et grimpeur connu pour ses performances dans des conditions extrêmes, nous avions gravi la voie classique la veille. Nous décidons d’y retourner pour tenter la ligne plus directe passant par la stalactite, trop tentante pour être ignorée...

J’aime évidemment bien les différents styles de grimpe, du bloc à la grande voie. Mais pour une ligne de glace aussi inspirante, je suis prêt à tout lâcher. Par rapport à d’autres milieux, la glace ne peut être grimpée que pendant une courte période de l’année. Certaines lignes ne sont même accessibles qu’une fois tous les dix ans. Quand une voie aussi éphémère est en condition, il ne faut pas tergiverser ou l’occasion est vite loupée. La glace est sans merci : en parfaite condition un jour et complètement effondrée le lendemain.

© 2019 PETZL Distribution -  Thomas Senf

Le principe de la cascade de glace est déjà absurde à la base. L’eau qui coule sur une paroi rocheuse gèle quand la température passe en dessous de zéro degré. Le grimpeur gravit cette glace d’une manière plutôt bourrine, par rapport à d’autres styles d’escalade, en la frappant avec ses deux piolets et ses crampons. Les avis sur la cascade varient d’une personne à l’autre, mais quand il s’agit de s’attaquer à des structures aussi fragiles, il faut tout de même un peu de délicatesse. D’une manière générale, je trouve que l’escalade technique sur rocher demande beaucoup plus de finesse que le fait de cogner la glace. De plus, la puissance pure et la technique plutôt brutale que l’on emploie pour la cascade de glace sont totalement à l’opposé de la précision demandée sur rocher. Mais tout ce qui est différent apporte du changement et j’aime expérimenter différentes pratiques au cours d’une année de grimpe. La cascade de glace représente une discipline à part et je me sens toujours épanoui après une bonne session.

© 2019 PETZL Distribution -  Thomas Senf

Grimper en restant lucide et rationnel

Pour ne pas manquer l’occasion qui se présentait, et plus motivés que jamais, nous avons donc décidé de retourner à la cascade pour gravir ce bout de glaçon éphémère qui se forme si rarement. Ayant fait les longueurs du bas la veille, nous avançons assez rapidement dans la première partie. La glace, sur la longueur suivante, est en mauvais état et nous devons faire un relais sur une corniche bien protégée pour mieux observer la stalactite.

Après analyse et discussion, je commence à grimper en choisissant soigneusement l’itinéraire. Après avoir vérifié que la structure supporte bien mon poids, ce n’est que du pur plaisir. Quelle chance d’avoir trouvé cette variante en bonne glace ! Une fois rassuré, je place une nouvelle broche et anticipe la suite. La ligne identifiée, déjà parcourue mais jamais réalisée en libre, quitte la voie classique de la Seebenseefall pour traverser une dalle avant d’arriver sous cette incroyable stalactite délicate et éphémère.

© 2019 PETZL Distribution -  Thomas Senf

Une voie engageante et magnifique

Cette partie en mixte suit une mauvaise fissure dans laquelle il faut tordre les lames des piolets pour tenir et espérer que les pitons tiennent en cas de chute, afin d’arriver à la partie supérieure de la cascade. Ici, la glace est plutôt épaisse et bien collée au rocher, nous donnant la confiance nécessaire pour tenter la stalactite. Le cadre magnifique de l’amphithéâtre de la Seebenseefall rend l’ascension de notre stalactite d’autant plus imposante. Son escalade en est carrément terrifiante. Le diamètre est si peu important que l’on a l’impression de faire un gros câlin à la stalactite. 

Après avoir passé une deuxième journée à gravir cette ligne incroyable, les températures ont commencé à remonter, surtout avec l’arrivée du foehn le lendemain. Cela rendit très délicate, voire impossible, une nouvelle ascension sur cette voie, la partie éphémère du haut s’étant déjà effondrée. Quelle chance d’avoir pu en profiter au bon moment !

News associées