News - Petzl Travailler une voie: mode d'emploi - Petzl France
Chercher
Communauté Actus Travailler une voie: mode d'emploi

Travailler une voie: mode d'emploi

Après ces premiers pas dans le neuvième degrés cet été, Hugo Parmentier s'est offert en janvier dernier, son premier 9b avec Eagle 4, à Saint Léger. Plusieurs semaines de travail dans cette voie lui ont été nécessaires pour réaliser son enchaînement. Travailler une voie, mode d'emploi.

27 Avril 2020

Escalade

Travailler plus pour « perfer » plus

Grimper après travail signifie que le grimpeur connaît la voie. Il a pris le temps de repérer les mouvements à exécuter, les difficultés et les zones de repos. Lors du “calage”, il peut chuter, se reposer dans le baudrier et essayer de nouveau un mouvement. Le but est d’optimiser et de retenir chaque détail pour qu’il réussisse à enchaîner tous les mouvements jusqu’au relais. 

Cette pratique de l’escalade après travail, peut parfois être abstraite pour certains grimpeurs. Au contraire, d’autres soutiendront que « ça c’est l’escalade ». La définition de l’escalade est finalement peut-être subjective. Un certain Jeff Lowe disait :  "Le meilleur grimpeur du monde, c'est celui qui prend le plus de plaisir." 

Quoi qu’il en soit, la grimpe après travail reste une pratique à part entière qui requiert une gestion optimale de tous les paramètres. En plus de la recherche de ses meilleures capacités physiques, c'est aussi un exercice mental éprouvant avec une mise en échec répétée jusqu'au « SAINT » jour de l'enchaînement. 

Visualisation, assurage, entraînement... Hugo nous donne ses conseils pour réussir son projet en falaise.

 

Hugo Parmentier dans le 9b "Eagle 4" à Saint Léger.

 

L'aventurier

La voie t’a tapé dans l’œil et d’ores et déjà dans les doigts : le rêve commence. La première chose c'est le déchiffrage. Le but ici c’est de trouver la séquence qui te paraît la plus facile. C’est très personnel. Il est judicieux de prendre son temps pour ne pas passer à côté de quelque chose. Tu dois garder en tête que toutes les astuces, méthodes et autres tricks facilitant les mouvements seront de l'énergie sauvée lors des essais clés (un petit pied en plus, un coincement de genoux, un changement de main, un talon, une lolotte, un pouce en plus). Le déchiffrage peut d’ailleurs s’étaler sur plusieurs séances.

Les premières montées sont éprouvantes car on ne s’octroie souvent qu’un faible temps de repos entre les mouvements, au risque de voir notre assureur remplacé par l’arbre au pied de falaise. Pense à descendre te reposer (et assurer).
Mentalement cela peut être démoralisant: il te manque des mouvements, tu galères dans les parties faciles, la chaîne du relais ne t’évoque qu’un vague souvenir... Il est temps pour toi de jeter tes chaussons dans la végétation en contrebas tout en jurant sur cette voie qui te persécute.

“Garde la pêche”, reste positif, notes les améliorations, ce que tu pourras mettre en place lors de l’essai suivant, car les choses peuvent vite changer. 

Tips* : 

  • Les méthodes pourront évoluer avec le temps et il n'est d'ailleurs jamais trop tard pour en changer.
  • A ce propos, n’hésite pas à discuter avec d’autres grimpeurs autour de toi, ils seront peut-être de bons conseils.
  • Tout donner pour aller en haut de la voie à la première montée n’est pas forcément judicieux, tu risques d’être trop fatigué pour le reste de la séance. 

 

Le Shaman

Ces premières montées sont aussi le moment de comprendre les mouvements clés, sentir les préhensions, les déplacements de son corps et de les mémoriser. Permettre à son cerveau de comprendre la gestuelle et à son corps de l'apprendre. Pendu dans le baudrier entre les tentatives, il est bon de commencer à se rappeler des méthodes, des prises de mains et de pieds. 

Les images te reviennent constamment, l'envie d'y retourner aussi. Ca y est, tu as mordu.  Au pied de la falaise, le soir sous la douche, dans ton lit, la visualisation aide à faire moins d'erreurs et être plus efficace. C'est un entraînement constant.
Lors de cet exercice j’essaie d'avoir la même vision que lors de l’effort.

Les Tips du poisson rouge :

  • Dessiner la voie sur papier peut aider à la mémorisation surtout lorsqu’on a du mal à se visualiser. 
  • Si la mémoire te fait défaut sur certaines prises tu peux éventuellement faire une marque avec de la magnésie. A ne pas confondre non plus avec ton tableau de CE2, en revanche comme en classe, assure toi qu’il soit propre quand tu as fini.
  • Refais toi plusieurs fois les sections qui te font défaut, cela va t’aider pour te souvenir des méthodes.

 

Les méthodes pourront évoluer avec le temps et il n'est d'ailleurs jamais trop tard pour en changer.

 

La fouine

C’est tout les petits détails qui vont faire la différence pour l'enchaînement.

  • Rallonger les dégaines pour réduire le tirage ou clipper plus facilement. 
  • La qualité de ton assureur aussi, ta confiance en lui, sa fluidité, sa connaissance de la ligne.
  • Imaginer l'effort et les variations de rythme : prendre les repos aux endroits stratégiques, sur les bonnes prises avant les crux*, accélérer durant les sections difficiles... 
  • Brosser systématiquement les prises sont tout un tas d'éléments qui feront la différence.

Tips : 
Il paraît que les brosses Greenspits enlève mieux la magnésie que les autres. Il paraît....

 

Le cœur...

Grimper à muerte (à l'espagnol) 

Une fois les méthodes trouvés, il est temps de tout donner ! Sans tenir compte des essais précédents, se faire plaisir à grimper et essayer d'aller le plus loin possible. Après avoir chuté, essaye de repartir et de tout donner jusqu’à la fin des dernières difficultés. C’est dans cet état d'esprit que tu vas voir tes progrès et ainsi t'imaginer l'enchaînement.

A toi de gérer au mieux ta fatigue au cours de la journée. La gestion de ton capital peau, la fatigue musculaire ou mentale ! Le mental est primordial pour garder la motivation. Parfois il peut être bon de préserver ses forces pour le lendemain.

Tips: 

Pour conserver sa peau, grimper aux heures qui sont les plus fraîches (éviter le soleil à 14h par exemple). 

 

...du fighteur

« Un essai de plus, n'est jamais un essai de trop » Hervé Solignac 

J'aime cet état d'esprit et je trouve que c'est terriblement efficace. Pour 2 raisons:

  • la première est qu'on intégrera d'autant plus la voie en mettant plus de runs.
  • la deuxième est que grimper fatigué améliorera les sensations lors des runs reposés.

Mais la encore, il faut pouvoir faire la différence entre fatigue et flemmite aiguë: devoir s’échauffer de nouveau, se faire de nouveau mal à la peau etc…
 
 « La maîtrise n'est rien seul l'engagement compte » Hervé Solignac le fameux

 

Rappelez-vous de Chris Sharma dans ses oeuvres, il ne pense pas, il bourrine.

 

Le brief sécurité

En premier lieu: vérifier votre matériel et celui de votre partenaire.

Ensuite le partner check et le nœud au bout de votre corde reste les inconditionnels de votre pratique. 
Si vous avez des doutes sur l’équipement déjà en place : état des sangles, mousquetons tranchants, fermetures défectueuse. Remplacer les par les vôtres, il vaut mieux une dégaine en moins sur la falaise qu’une corde abîmée, un retour au sol ou bien ... pire. 

Tips: Sur les Spirit l’étiquette indique l’âge de la dégaine.

 

Quelques questions à Hugo: 

  • Tu enchaines ton premier 9a il y a moins d’un an, ton premier 9b en janvier, tu as mangé un lion cet automne ?

Une grosse salade et quelques oeufs! Il est bon de protéger les lions et les animaux sauvages.

J’essaie désespérément de le rencontrer pour le présenter à Jean-mi. 

  • Ton worst belayer ?     

Jean-mi Regardeailleurs, il n’entend pas grand chose non plus. C’est une horreur pour tirer le mou. Il est tout léger par contre, il dynamise très bien.

  • Ton best belayer ? C’est qui ? pourquoi?

Pierre Onarienvu, iI se pend sur la corde quand j’ai clipper les dégaines! Ca aide bien. Il a aussi le dont de la parade juste. 

  • Une rumeur circule comme quoi tu ne délayes plus dans le 8ème degrés désormais.

Fake News! Ca me paraît impossible que ça change, sniff.

  • Des moments de doutes dans ce projet ? 

Oui, j’avais pris 15 jours de repos après une bonne période d'entraînement, et de retour dans la voie j’avais fait très peu de progrès. C’était terriblement déprimant. Mais peut être pire encore c’était de régresser lors de ce même séjour.

  • Quelquechose qui t’a remotivé ?

Lâcher prise et aller voir d’autres voies, quand vraiment je ne bougeais plus et que le plaisir s'estompait. Grimper autre chose, d’autres belles voies, d’autres beaux mouvements.

  • Des projets pour la suite ?

Pleins. Mais finalement rien d'extrêmement défini: “L’obsession ne commence qu’une fois avoir essayé”. 
Pour cette année, tout est un peu bousculé mais je peux parler de Jungle Boogie à Céüse qui est un gros projet. Mais aussi de la Voie Petit au Grand Capucin ou encore une grande voie dure de la Ramirole. To be continued*...

 

*Tips: conseils

*To be continued: à suivre

Texte: Hugo Parmentier

Photos : Aurèle Bremond

Rédaction / Mise en page : Antonin Cecchini

News associées