News - Petzl Ultra Trail : apprenez à courir la nuit - Petzl France
Chercher
Communauté Actus Ultra Trail : apprenez à courir la nuit

Ultra Trail : apprenez à courir la nuit

Courir la nuit en montagne n'a rien d'évident. Pourtant, avec la pratique de l’ultra et aussi des entraînements à l’aube ou au crépuscule, il est non seulement utile mais essentiel de se familiariser avec la course à pied version nocturne. Voici les bons conseils pour y prendre du plaisir.

9 Aout 2018

Course nocturne

18 heures dans l’obscurité

Avec un soleil qui se couche peu après 20h30 fin août, et qui se lève à plus de sept heures, les coureurs de l’UTMB connaissent bien la course nocturne. Avec une quarantaine d’heures de course en moyenne et deux nuits passées à faire le tour du massif du Mont-Blanc, les coureurs passent près de dix-huit heures dans l’obscurité. Mais tous les passionnés d’ultra trail connaissent la nuit, au moins pour s’entraîner avant ou après une journée de travail. Or, se déplacer de nuit n’a rien de naturel. Bien sûr l’éclairage est crucial, mais pas seulement. La plupart des coureurs ne sont pas habitués à l’effort physique et mental que représente l’enchaînement de courir non-stop jour et nuit. La nuit le corps et l’esprit réclament le rythme normal du sommeil tandis que le coureur exige de son corps de poursuivre malgré tout. Comment les coureurs se préparent-ils à cet effort ?

Entrainement, pratique, caféine et lampe frontale

Pour Clare Gallagher du team Petzl, cela se résume ainsi : l’entraînement, la pratique, de la caféine et une lampe frontale. Avec la technologie REACTIVE lighting, sa lampe frontale bien chargée permet de donner la priorité soit à la luminosité soit à la durée de vie de la batterie en analysant la lumière ambiante autour du coureur. Cela permet à Clare de bénéficier de 300 lumens (avec sa REACTIK+) quand elle en a besoin, et d’économiser la batterie quand elle regarde au sol ou au crépuscule. Quand à la caféine, c’est simple, Clare préfère le classique goût sucré du Coca-Cola.

Le secret : s'entraîner en nocturne

Mais les outils ne font pas tout. Clare Gallagher passe beaucoup de temps à s’entraîner en nocturne. L’entraînement est une chose, la pratique nocturne en est une autre. Dans le volume d’entraînement hebdomadaire il faut consacrer une partie à la pratique de nuit, mais aussi à l’aube ou au crépuscule, voilà l’un des secrets pour réussir un ultra trail. Pour s’habituer aux sensations, et rester souple sur les appuis pour ne pas se blesser alors que le sol se dérobe à la vision habituelle. « Pour s’entraîner en nocturne efficacement il faut le faire sur des sentiers, pas sur le bitume » explique Clare, qui insiste sur l’humeur dont il vaut mieux se doter : « on ne peut rien faire contre l’arrivée de la nuit en course. Alors mieux vaut garder un bon moral malgré ça, on court mieux quand le cerveau l’accepte ». Clare Gallagher a aussi ses trucs pour apprendre à mieux courir la nuit. « Au lieu de courir systématiquement en nocturne en soirée, j’essaie de réaliser quelques gros entraînements en montagne en partant vers 3 ou 4 heures du matin. Résultat, je m’entraîne en nocturne tout en ayant la satisfaction de voir le soleil se lever avant de poursuivre ma journée ». À vous d’essayer.


News associées