News - Petzl Un patient âgé de 200 ans - Petzl Luxembourg
Chercher
Communauté Actus Un patient âgé de 200 ans

Un patient âgé de 200 ans

Fin mai 2019, j’ai accompagné Cyril Hausin et Severin Murer pendant qu’ils soignaient trois séquoias sur l’île de Rheinau dans le canton de Zürich (Suisse). Voici un aperçu du déroulement d’une journée de travail d’un arboriste et quelques-unes des techniques nécessaires pour progresser en sécurité dans un arbre.

30 Septembre 2019

Elagage

Treecare Rheinau - Kloster Rheinau

La journée commence tôt le matin, les oiseaux chantent et bientôt le soleil va se lever. Un long trajet de la Romandie vers Rheinau dans le canton de Zürich est au programme. J’ai rendez-vous avec Severin Murer, un jeune de 25 ans qui a un certificat fédéral de capacité (CFC) d’élagueur, afin de l’accompagner, lui et son collègue Cyril Hausin, lors de soins aux arbres. Cyril est un arboriste indépendant collaborant avec l’entreprise Happy Tree Friends. Il a engagé Severin comme aide pour le travail du jour. Depuis mon train je contemple la Suisse se réveiller peu à peu.

Arrivé à Rheinau, je prends le chemin de l’ancien monastère de la petite île du Rhin. Le couvent fût construit en 858, il témoigne donc d’un long passé. Mais, ces bâtiments ne sont pas les seuls à avoir des histoires d’un autre temps à raconter, les arbres aux alentours ont également un certain âge. Ça ne m’étonne donc pas lorsque Cyril explique que la « clientèle » du jour est âgée de 200 ans : trois séquoias, que je trouve surdimensionnés, attendent leur soin de beauté afin d’être libéré de leurs branches mortes.

Treecare Rheinau - Installation

Après une courte analyse de l’arbre, Severin et Cyril se préparent à lancer l’AIRLINE qui leur permettra ensuite de monter leur corde de travail. Severin effectue son lancer et laisse ainsi filer le petit sac de sable à toute vitesse dans l’arbre. Malheureusement une branche se trouve sur la trajectoire et le JET la percute. Il faudra plusieurs essais pour placer l’AIRLINE de manière optimale dans l’arbre. En plus de beaucoup d’adresse, un peu de chance est nécessaire ! Après l’installation de la corde de travail, la montée sur bloqueurs commence.   Quand je vois la vitesse à laquelle les deux jeunes disparaissent dans l’arbre, j’ai l’impression que mon ascension dure une éternité.

Arrivés en haut dans la couronne, nous reprenons brièvement notre souffle et profitons de la splendide vue sur le Rhin. Peu de temps après, Severin et Cyril commencent déjà à enlever le bois mort. Les deux arboristes travaillent avec efficacité sous la couronne et valsent autour de l’arbre. Mes mouvements de novice absolu paraissent bien plus pesants. Mais après une courte accoutumance, je trouve également la technique et profite du « balancement » dans l’arbre. Ça ne dure pas longtemps et le premier séquoia, qui mesure plus de 45 mètres, est terminé. Au tour des deux autres arbres…

Après trois séquoias soignés avec succès, deux tilleuls attendent d’être débarrassés de leur bois mort pour finir la journée. Je laisse les deux élagueurs seuls. Alors que je m’assieds dans le train, je vois qu’un orage se prépare. J’espère donc que Severin et Cyril auront fini à temps. Je repense à cette journée. Le métier d’élagueur est énormément intéressant et varié, cependant un grand répertoire de techniques et de connaissances en botanique sont nécessaires.

Pendant le travail, nous avons eu suffisamment de temps pour discuter du métier de Severin et du matériel utilisé.

******
Severin, depuis combien de temps es-tu élagueur ?

Depuis trois ans et, depuis août 2018, avec un CFC.

Comment décris-tu ton métier ?

L’arboriste est le spécialiste des arbres : de la plantation au jeune arbre qui grandit, aux soins du vieil arbre ainsi que les cas spéciaux, nous pouvons tout faire avec nos techniques de corde.
L’autre domaine d’activité du métier consiste à évaluer la solidité de l’arbre. Analyser s’il y a un danger en cas de rupture, définir et appliquer les mesures de protection de l’arbre et élaborer une expertise.

Qu’est ce qui te plaît dans ton métier ? Qu’est ce qui te surprend chaque jour ?

C’est très varié. Chaque jour nous sommes sur un voire plusieurs chantiers et à chaque fois c’est un nouveau défi. Ainsi c’est toujours intéressant et dynamique. Ce qui me plaît particulièrement, c’est l’escalade dans les grands et vieux arbres, ainsi que les cas spéciaux.

A quels dangers et quelles difficultés es-tu exposé dans ton métier ?

Nous travaillons en hauteur où une chute peut avoir de graves conséquences. En plus, nous ne pouvons pas trouver de points d’ancrage normés pour notre système de montée.  Les arbres ne sont jamais totalement calculables, c’est pourquoi il est important de toujours rester en zone sûre, d’avoir les connaissances et l’expérience nécessaires et de se concerter avec son collègue.
Lors de taille ou de coupe d’arbres, nous travaillons avec des outils tranchants et dangereux dans des positions presque impossibles. Un grand répertoire de techniques d’escalade est alors très utile, afin d’améliorer la sécurité ainsi que le positionnement au travail.
C’est aussi indispensable de faire une évaluation correcte de la solidité de l’arbre, afin d’éviter qu’il ne casse ou ne bascule.

Quels produits Petzl utilises-tu ?

J’utilise principalement le Prusik mécanique ZIGZAG, le frein additionnel CHICANE ainsi que divers mousquetons et différentes attaches. Le ZIGZAG est génial et offre le même confort et la même fiabilité quelles que soient les conditions météo. La combinaison avec la nouvelle CHICANE me permet enfin de grimper sur corde en simple légalement. À cause du manque de certifications des appareils, ainsi que de notice technique dans toutes les langues parlées en Suisse, l’utilisation de cette technique était malheureusement jusque-là illégale.

Treecare Rheinau - ZIGZAG

Ce qui me plaît dans le bloqueur de pied PANTIN, c’est qu’il est très petit. Ainsi il ne gêne pas lors de la montée et il y a peu de risque de blesser l’écorce de l’arbre.

Le sac PERSONNEL 15L me plaît, car il est simple et compact.

Les nouveaux mousquetons Petzl sont très sûrs et tolérants à la saleté, ce qui signifie une augmentation de la sécurité.

Pour finir j’utilise également le nouveau harnais SEQUOIA SRT, qui séduit par son poids léger et son grand confort.

A quels besoins de l’élagueur répondent ces produits ?

L’important, c’est qu’ils soient sûrs et fiables. Vu que l’on travaille tous les jours avec, il faut qu’ils apportent un certain confort et qu’ils soient de haute qualité. Enfin, chaque arboriste choisit son matériel en fonction de ses besoins individuels, selon comment l’ergonomie et le maniement lui conviennent, indépendamment de la marque.

Si tu pouvais modifier et améliorer certains produits, que ferais-tu ?

Si je pouvais choisir, j’aimerais bien avoir un ZIGZAG qui puisse être utilisé sans un appareil de frottement supplémentaire en SRT (Single Rope Technique). Je souhaiterais surtout plus de matériel certifié SRT. En plus, une variante du PERSONNEL en 20L serait chouette, un petit peu plus de place.

Quels produits du nouvel assortiment t’offrent un avantage supplémentaire dans l’utilisation quotidienne ?

Grâce à la CHICANE je peux désormais grimper en SRT, ce qui m’ouvre une multitude de nouvelles possibilités dans l’arbre. C’est une toute autre façon de grimper selon moi. Ce qui me plaît beaucoup aussi, c’est que je peux rapidement passer de la DdRT (Double Rope Technique) à la SRT et vice-versa.

Treecare Rheinau - Chicane

Lors de l’abattage, jusqu’à maintenant la fausse fourche était trop petite à partir d’un certain diamètre de tronc. Maintenant je peux simplement attacher ma corde en étranglement et, grâce à la CHICANE, je peux me descendre seul sans aucun frottement supplémentaire qui complique la tâche.

Également un sauvetage en corde en double est désormais simplifié grâce au ZIGZAG PLUS et à la CHICANE. Avant, dès qu’il y avait un frottement supplémentaire c’était compliqué et incommode ; avec la CHICANE il y a maintenant une solution simple, ergonomique et très rapide. Je pense que ça va également révolutionner le sauvetage lors des championnats d’Europe d’arboriste.

Enfin, le KNEE ASCENT LOOP est un super système tout-en-un pour l’ascension en corde simple.

Est-ce que ces appareils d’ascension mécaniques apportent un sentiment de sécurité plus élevé ?

Pas forcément, parmi les appareils d’ascension mécaniques il y a aussi des risques, par exemple de porte-à-faux, ce qui n’existe pas avec des nœuds. Il y a un sentiment plus élevé de sécurité uniquement avec la connaissance sur l’utilisation correcte du matériel ainsi que le contrôle régulier des EPI.

Es-tu plutôt un adepte des nouveautés ou préfères-tu les bonnes vieilles techniques ?

J’essaie tout ce qui est nouveau, étant donné que le développement est toujours en mouvement !
Toutes les nouveautés ne sont pas toujours utilisables et parfois il faut retourner aux bonnes vieilles techniques. Mais chaque nouvelle technique enrichit mes connaissances et mes possibilités.

Préfères-tu travailler en corde en simple ou en corde en double ? Pourquoi ?

Les deux techniques ont leurs avantages et leurs inconvénients, ainsi qu’une raison d’exister. Pour les petits arbres ainsi que l’abattage, je préfère la technique en corde en double. Pour les grands arbres ou la coupe de bois mort je préfère la technique en corde en simple, étant donné que l’on peut se déplacer plus rapidement et que le positionnement avec un relais se fait facilement et sans frottement.
En corde en double l’ascension souple et élégante me plaît. En corde en simple, le poids peut être réparti sur plusieurs points, ce qui augmente la sécurité. Selon les circonstances, le sauvetage par le bas est également possible en corde en simple, grâce à la corde qui descend. L’important c’est que toi et ton collègue soyez toujours informés sur les techniques utilisées et que vous sachiez comment réagir dans chaque situation.
Actuellement en Suisse, le gros problème de la technique en corde en simple est que la plupart ne la connait pas encore ou ne la maîtrise pas encore assez bien.

******

Remerciements à Severin pour la discussion intéressante et à Cyril pour sa patience. 

#Moveintrees

Texte & photos : © Christian Peschel