News - Petzl Inspection d’un barrage : les cordistes en première ligne - Petzl France
Chercher
Communauté Actus Inspection d’un barrage : les cordistes en première ligne

Inspection d’un barrage : les cordistes en première ligne

Le Barrage de Chartrain (Rhône, France) est construit en pierres de taille de granit bleu, liées entre elles par du sable et de la chaux. Sa hauteur est 70 m et sa longueur, 221 m. Mis en service en 1892, cet édifice géré par la Roannaise de l’Eau, demande un entretien régulier et une inspection approfondie tous les dix ans. La dernière inspection a eu lieu en 2015 et les cordistes de l’entreprise Laurent Moretton ont joué les premiers rôles.

13 Juillet 2016

Accès sur corde et espaces confinés

 

 

 

 

 

Un chantier complexe

L’inspection décennale du barrage de Chartrain nécessite une collaboration entre des géomètres, un bureau d’étude, des plongeurs et des cordistes. Les plongeurs vérifient la membrane étanche sous l’eau, côté amont du barrage. Des robots suspendus à des cordes contrôlent la membrane sur la partie hors d’eau. Toutes les tuyauteries sont inspectées. Les canalisations et fonds immergés sont vérifiés par des robots réalisant des photos 3D. Pour l’inspection des parements avals (mur extérieur), la Roannaise de l’Eau fait appel à des cordistes, ceux de l’entreprise Laurent Moretton. Des lignes de vie sont posées en haut du barrage pour les descentes sur corde.
Un plan de prévention détaille toutes les étapes du chantier, de l’installation de la base de vie (vestiaires, wc) jusqu’à l’aménagement des accès et la pose des ancrages.

 

 

 

L’intervention des cordistes

Le maître d’ouvrage a fait appel à des cordistes car l’intervention est ponctuelle et localisée sur une zone inaccessible avec une nacelle. D’autre part, l’inclinaison du parement aval ne permet pas l’installation d’un échafaudage. La première phase du travail a consisté à appréhender les risques liés aux accès et aux futurs travaux sur cordes. L’objectif : installer les points d’ancrages de la manière la plus judicieuse possible. Ensuite, les cordistes ont pu effectuer leur inspection visuelle qui a donné lieu à un rapport photographique. Les éventuelles fissures, déjointements de pierres, calcite, désordres liés à la végétation ont été localisés sur un plan quadrillé. Le bureau d’étude, indépendant, a analysé les relevés et préconisé des travaux.
Après cette phase de diagnostic, les cordistes ont mis en œuvre les travaux d’entretien : arrachage des végétaux à la main, brûlage des racines au chalumeau, dégarnissage des joints défectueux et à nouveau leur garnissage au mortier de sable ciment plus chaux. Le cordiste accroche ses outils de chaque côté de son harnais et le seau de mortier sur le pontet. Les outils sont légers : truelle, taloche, petit marteau, burin, éponge et vaporisateur d’eau pour humidifier la zone à réparer. Les cordistes en action, pour éviter une surcharge en poids, sont assistés par un collègue qui anticipe leurs besoins, prépare le matériel et approvisionne les produits. Du haut du barrage, il organise les manipulations, descend les seaux de mortier en petite quantité (3 kilos) et remonte les seaux vides.
Au final, un rapport est réalisé tous les jours en mentionnant le nom des intervenants et le détail des travaux réalisés.

 

 

 

L’esprit d’équipe

Chez les cordistes, le principe du binôme va de soi. Le travail s’effectue en équipe de deux personnes au minimum, tout d’abord parce que la réglementation du travail l’impose et aussi parce que le concept de la cordée amène un vrai esprit d’équipe. De fait, un cordiste confie sa vie à son coéquipier et une confiance absolue est nécessaire. Laurent Moretton, patron de l’entreprise, est clair: «On doit pouvoir se permettre de descendre en toute confiance, sur un équipement installé par son coéquipier, pour réaliser par exemple un secours en urgence. De plus, cette organisation nous apporte une complémentarité, car nous nous répartissons en binôme par rapport aux compétences métier de chacun.»

 

 

 

Petzl au cœur de la solution

Chaque équipement est choisi avec minutie, dans un souci de simplicité, légèreté et efficacité. Le matériel d’évolution sur corde Petzl répond parfaitement à ces enjeux: cordes PARALLEL, harnais AVAO BOD CROLL FAST, plaquettes COEUR BOLT démontables, descendeur compact RIG, antichute ASAP LOCK, longe PROGRESS ADJUST, poignée ASCENSION et bloqueur de pied PANTIN pour remonter sur corde. Sans oublier les radios pour la communication et bien entendu le casque ALVEO.

 

 

 

La routine? Notre pire ennemi !

Pour Laurent Moretton, il n’y a pas de chantier ordinaire. «La routine est notre pire ennemi. Un chantier est toujours extraordinaire, même si on connaît ce barrage par coeur. L’appréhension du vide nous impose une réflexion quotidienne. Comment va t’on pouvoir faire pour équiper au mieux ce site? La transmission d’informations entre nous doit toujours être compréhensible. C’est essentiel. Lors de nos fréquentes réunions, nous analysons chacune de nos séquences d’intervention. Je dis souvent à mes cordistes «Soyez prudents». C’est peut-être idiot mais cela représente beaucoup. Nous avons un métier à risque, nous devons calculer sans cesse pour limiter le danger. Bien sûr, nous sommes aidés par les formations, les fiches de chantier, les plans de prévention mais c’est nous qui sommes sur le terrain et nous devons nous remettre en cause perpétuellement.»

 

 

 

 

L’entreprise Laurent Moretton : travaux en grande hauteur à Saint Symphorien sur Coise (Rhône, France)

Laurent Moretton a créé son entreprise en 2005, après douze années comme cordiste salarié et chargé d’affaires.
Cette entreprise spécialisée dans l’urbain et l’industrie, compte huit cordistes âgés de 22 à 33 ans. Les métiers exerçés sont: maçon, peintre ou zingueur.
Laurent Moretton fut tout d’abord arboriste élagueur à l’âge de vingt ans puis cordiste, suite à une rencontre avec des spéléologues et des guides de haute montagne. Après vingt-trois ans d’activité, Laurent est toujours aussi passionné par le métier de cordiste.
Lien : www.moretton.fr

Votre email ne sera pas visible par les internautes

News associées