News - Petzl Sur le toit d'un stade de football avec Jose Luis - Petzl Schweiz
Chercher
Communauté Actus Sur le toit d'un stade de football avec Jose Luis

Sur le toit d'un stade de football avec Jose Luis

Jose Luis est un cordiste passionné par son métier. Il nous raconte son quotidien, entre chantier aérien sur le toit d'un stade espagnol et amitié fortuite à des dizaines de mètres du sol !

23 Novembre 2020

Accès sur corde et espaces confinés


Votre prénom ?

Jose Luis ORTEGA EGEA 
 

Votre nationalité ?

Espagnole
 

Quel est votre métier et votre expérience, et tout ce que vous souhaitez nous dire sur vous comme vos passions ou vos passe-temps ?

Je suis cordiste dans la construction et l'industrie. Je suis impliqué dans le monde vertical depuis plus de 23 ans. En plus d'être passionné par mon travail, je le suis aussi par les compétitions du Petzl RopeTrip®. 
 

Pouvez-vous présenter votre entreprise ?

Notre entreprise s'appelle Vertraver Trabajos Verticales, en Espagne.

 

Parlez-nous de l'un de vos chantiers...


Quel est l'objectif à atteindre ?

Le dernier projet sur lequel nous avons travaillé est le montage de structures métalliques pour l'emplacement d'une caméra aérienne, dans le stade de football Reale Arena de San Sebastián.
 

Quels sont les moyens mis en œuvre ? 

Pour ce projet, une équipe complète s'est mobilisée pour les différentes tâches : des soudeurs, des ingénieurs, des techniciens pour les caméras et même une équipe de secours en hauteur. Des outils et beaucoup de matériel ont été transportés, y compris tous les équipements nécessaires aux équipes sur place : pour travailler en hauteur, pour l'accès sur corde, pour les secours et pour les télécommunications.
 

Quels sont les points spécifiques, les contraintes, les difficultés ?

Pour ce travail, le client nous a contactés parce qu'il avait besoin d'une équipe pour installer tout le système de sécurité pour les travailleurs. Il fallait que nous apportions notre aide en installant les systèmes de hissage de charges, afin de pouvoir monter les pièces lourdes à installer, chacune ayant un emplacement dédié. Cela nous a donné beaucoup de travail puisqu'il fallait se déplacer dans la partie inférieure du toit du stade, en installant nombre de points d'amarrage : à la fois pour les cordes de travail et de sécurité, mais aussi pour le hissage des structures métalliques, tout en les laissant disponibles pour l'usage des techniciens audiovisuels.

Nous avons aussi dû placer quelques poulies pour le câble de la caméra, dans un tube de 90 cm de diamètre se trouvant à 14 m au-dessus du toit du stade. Ceci nous a obligé à installer des systèmes de cordes débrayables en utilisant des sortes de "lance-pierres" depuis le haut du stade, car il n'y avait pas d'autre moyen d'accéder à ces tubes... Cela a ajouté une aventure de plus à ce projet spectaculaire !
 

Quels sont les moments forts de ce chantier ?

C'est surtout lorsqu'il s'agit de superviser les travailleurs qui oeuvrent pour le chantier, car il y a plusieurs risques inhérents au travail en hauteur et à l'utilisation d'outils mécaniques tels que des meuleuses ou des unités de soudure. Le hissage de charge et l'assemblage de pièces requièrent également un maximum de concentration et de communication au sein de toute l'équipe, parce que des personnes sont en train de manipuler ces charges tout en étant suspendues au-dessus du vide.
 

 

De quoi est fait votre quotidien dans votre métier ?

Pour ce projet, j'étais en charge de l'installation des systèmes d'antichute et de la supervision des autres cordistes. Avec un autre collègue, nous avons aussi formé l'équipe de secours au cas où quelqu'un aurait eu besoin d'être pris en charge et d'être évacué de la zone de travail. Cependant, au quotidien, ma journée de travail est assez variée : réaliser des budgets, installer des points d'amarrage et des cordes, faire des tâches variées, s'entraîner pour les RopeTrip® avec l'équipe, ou encore conseiller d'autres entreprises sur la manière de réaliser différents travaux en hauteur.
 

Pouvez-vous nous raconter une anecdote drôle ou personnelle ou improbable ?

Il est vrai qu'après autant de temps à me dédier à ce métier, il m'est tout arrivé ! Je peux par exemple vous raconter une anecdote sympa qui m'est arrivée en restaurant le puit de lumière d'un immeuble, en compagnie d'une voisine. Chaque matin, elle nous préparait, sur le bord de la fenêtre, du café au lait et des viennoiseries pour le petit-déjeuner de toute l'équipe. Le truc, c'est que nous étions suspendus à 30 mètres au-dessus du sol, un vrai goût de gloire !