Chercher
Communauté Actus Grimper en terre des contrastes : l'Islande

Grimper en terre des contrastes : l'Islande

En juin 2016, sept grimpeurs passionnés dont Florence Pinet et Gérôme Pouvreau sont partis en Islande, la terre de feu et de glace. Bien que ce pays aux milles couleurs ne soit pas reconnu pour l'escalade, cette équipe a trouvé des spots à couper le souffle. Raphaël Fourau nous raconte leur expédition.

1 Mars 2017

Bloc

Fourau

 

La team : 

  • Florence Pinet et Gérôme Pouvreau, grimpeurs du team Petzl, 
  • Raphaël Fourau et Thomas Vialletet, photographes 
  • Adrien Boulon… grimpeur mais aussi coordinateur, guide, cuistot, pilote, etc.
  • Et enfin, Danielle Vialletet et Mathieu Menoud

 

La région de Reykjavik : "des cascades, des geysers et des bars"

L'Islande est un terrain de jeu bien connu des trekkeurs, surfeurs, photographes et autres amoureux de la nature. Pourtant, très peu de grimpeurs tentent l'aventure. Est-ce à cause de la météo trop capricieuse ou de l'absence de spots dignes de ce nom ? Le meilleur moyen d'en avoir le coeur net était encore de se rendre sur place…

Notre arrivée en Islande fut pour le moins déroutante. Partis de Paris en pleine nuit à 22H45, nous apercevons les côtes islandaises seulement trois heures plus tard, bercées par une lumière irréelle. La nuit a disparu et nous ne la retrouverons qu'à notre retour. À peine le temps de mettre un pied au sol que nous comprenons que les deux-tiers de nos bagages sont perdus dans une faille spatio-temporelle inhérente aux voyages low cost. 

Hébergés par 66° Nord dans leur base de Reykjavik, les jours suivants furent donc rythmés par les allers-retours à l'aéroport de Keflavik et la découverte de Reykjavik et ses alentours : cascades, geysers et… bars. 

VialletetLes impressionnantes chutes d'eau du Gulfoss semblent vous entraîner dans les entrailles de l'île. 

VialletetLe lupin… aussi présent que les moutons en Islande et photographié sous toutes ses formes par notre Thomas Vialletet, tombé en admiration devant cette fleur, au grand désarroi du reste de l'équipe.

VialletetJökulsárlón, vous ne verrez ça qu'en Islande ! Le glacier libère directement ses glaçons dans l'océan. 

 

Direction Hnappavellir : l'escalade commence (enfin)

Au bord de la déprime nordique, nous décidons de prendre la route, avec ou sans bagages ! Laissant de côté les étapes touristiques pour nous focaliser sur l'escalade, nous prenons la direction de Hnappavellir, principal site de grimpe en Islande.

Nous passons les trois heures de route scotchés aux vitres du 4x4, bluffés par la beauté des paysages, avant d'arriver finalement à Hnappavellir. Située au sud de l'île, au pied du parc naturel de Skaftafell, la falaise s'étire sur plusieurs kilomètres, coincée entre l'océan et le glacier Vatnajökull. Les locaux y ont aménagé toutes les commodités nécessaires (maisonnettes en bois, toilettes sèches, etc.) rendant le spot relativement confortable. Les voies sont essentiellement courtes et typées bloc sur un basalte à l'adhérence ahurissante. Une sorte de peak district islandais. 

Nous passons plusieurs jours dans ce cadre incroyable, échangeons avec les locaux et tentons de nous habituer à cette escalade exigeante. Nous sommes rejoints par Valdimar Bornjsson et Eyþór Konráðsson, grimpeurs passionnés et extrêmement actifs. L'émulation se fait sentir et Gérôme marque les esprits, libérant deux projets équipés par Valdimar : "Lundinn" 8b et "Kamarprobbi" 8b+.

VialletetLe secteur de Gimluklettur, l'un des plus beaux de Hnappavellir, est le premier sur lequel nous jetterons notre dévolu. "Lundinn", le projet libéré par Gérôme se situe en plein milieu de la barre.

VialletetOn comprend aisément que Hnappavellir soit le principal site d'escalade de l'île, vous ne voyez ici que la partie émergée de l'iceberg…

Fourau

FourauAdrien et Gérôme dans leurs projets respectifs à Hnappavellir. Qui a dit que le caillou islandais n'avait aucun intérêt ?

 

Vestrahorn : un chaos de bloc au bout du monde

La suite du voyage se dessine lors d'une conversation avec Eyþór. Il nous parle d'un site de bloc développé avec Valdimar : plus de deux cents passages sont déjà ouverts et topographiés dans un coin de sa tête. Ce site de bloc nous en avons déjà entendu parler, il s'agit de Vestrahorn ! 

Nous prenons aussitôt la route en direction de Höfn, un village de pêcheurs situé à la pointe sud-est de l'Islande, dernier rempart de civilisation. 

Il est tard, nous sommes assommés de fatigue et rêvons tous d'un lit confortable, au chaud. Les 4x4 foncent à toute vitesse sur la piste puis bifurquent droit vers l'océan. Nous traversons une lagune interminable avant de remonter une piste chaotique. Au sommet d'une bute nous découvrons enfin le chaos de bloc, immense. Le spot est battu par les vents, coincé entre un imposant massif brumeux et l'océan à perte de vue, cette fois-ci nous sommes au bout du monde. La promesse d'une nuit au chaud s'évanouie.

Nous mettons de côté la fatigue et le froid pour passer la journée du lendemain à courir entre les blocs, ne sachant plus où donner de la tête. Florence et Gérôme finissent par essayer une dalle plutôt engagée et laissée de côté par les grimpeurs islandais. Ils libèrent "Kosovar Productions", 7A+/B. 


VialletetLa baie des Vestrahorn : spot de surf, chaos de blocs et ambiance mystique. La légende dit que c'est ici que les premiers vikings auraient accostés en Islande… nous n'en doutons pas une seconde 

VialletetEscalade avec vue… sur le bout du monde. 

FourauUne ligne dingue sur un caillou incroyable, le tout dans une ambiance lunaire. Aucun de nous n'oubliera ce bloc qui justifiera à lui seul tous nos efforts pour lutter contre les éléments. 

VialletetFlorence serre les dents et -serre- l'arquée du crux sommital de "Kosovar Productions", 7A+/B. Un highball libéré par nos soins, trace irréfutable de notre passage sur le spot de Vestrahorn.

 

Les orgues

Avant de remonter dans l'avion, nous partons à la recherche d'orgues basaltiques aperçus sur internet avant notre départ. La photo a été prise accidentellement par une touriste mais le spot est inconnu des grimpeurs locaux. Après quelques investigations, nous finissons par trouver les orgues, à quelques kilomètres de Flùdir, une petite ville connue pour sa source d'eau chaude dont nous avions profité en début de séjour. A peine le temps de se retourner que Florence et Gérôme libèrent une première ligne. Tout juste le temps d'équiper trois voies évidentes avant de sauter dans l'avion. Heureux de laisser une trace de notre passage et un nouveau terrain de jeu pour nos amis islandais !

FourauLe clou du spectacle : les orgues islandais… mettez vos lunettes 3D !

VialletetGérôme et Florence s'offrent respectivement, à vue et flash, "Ephémère" 7A trad bien tassé. Voilà de quoi justifier les kilos de coinceurs et autres friends trimballés dans le sac de Gé, tout au long du voyage, à son insu.

Votre email ne sera pas visible par les internautes

News associées