News - Petzl The Speed Project ? Une course folle reliant Los Angeles à Las Vegas- part. II - Petzl Schweiz
Chercher
Communauté Actus The Speed Project ? Une course folle reliant Los Angeles à Las Vegas- part. II

The Speed Project ? Une course folle reliant Los Angeles à Las Vegas- part. II

Vous découvrirez ici la suite de l’aventure des French Fraires lors de The Speed Project. Une course en relais de 550 kilomètres entre Los Angeles et Las Vegas. Après avoir parcouru l’état de Californie et ses paysages à couper le souffle, arriverons-t-ils à aller jusqu’au bout de l’aventure et atteindre la ville du vice ?

18 Juin 2019

Course nocturne

La deuxième nuit va être dure

La deuxième nuit tombe sur nous, c’est l’instant où la course change de visage. Nous la redoutons moins que la précédente, mais c’est peut-être une erreur. Les relais continuent de s'enchaîner, la fatigue se fait ressentir, l’appréhension monte et le staff doit être vigilant. La nuit va être dure. 

The French Fraires- The Speed Project

“Les filles en pleine préparation de la suite de l’itinéraire”

On vient me réveiller, tout se bouscule car je pars dans 25 minutes. Le temps d'émerger il est déjà l’heure de partir. La nuit, le froid et les premières raideurs musculaires sont là. Il s’agit d’un petit relais en agglomération, je pars donc en Bike and Run avec Franklin et ma BINDI sur la tête. Les relais en Bike and Run permettent de s’économiser, mais surtout de partager, s’encourager et les relais passent ainsi plus facilement. 

The French Fraires- The Speed Project

“Pour les runs en agglomération l’utilisation de la lampe frontale BINDI suffit”

The French Fraires- The Speed Project

“Relais en Bike and Run”

Les jambes sont dures mais le relais s’est bien passé. Il me reste une heure avant de repartir sur un run de 5 km. Cette fois il s’agit d’une longue route sans éclairage. Je prends la NAO+ pour voir au mieux et surtout être vu. Ce run pourtant sans réelle difficulté me paraît durer une éternité… Je passe enfin le relais et pars me reposer et manger un petit peu avant le run suivant. 

Vient l’heure d’un des relais les plus difficiles de la course

Il faut se tenir prêt pour l’un des relais les plus difficiles de la course : 15 km de course, seul, de nuit et en plein milieu du désert, décrit comme “pentu, difficile, sableux et hors de vue du van et de la route”. On nous a parlé de l’existence d’un passage qui nous permettrait de diviser le segments en deux, mais le changement est risqué puisque le van devra rester immobilisé sur la bande d’arrêt d’urgence pendant que l’on trouve le passage sous l’autoroute. Nous prenons la décision de tenter. 

Il est maintenant temps pour moi d’y retourner. Je commence à m’enfoncer sur le chemin sablonneux. J’aperçois deux frontales 300 mètres devant moi, j’essaie de les rattraper en augmentant ma vitesse, mais je ne gagne que quelques mètres… Je me retourne et ne vois aucune frontale derrière moi. 

The French Fraires- The Speed Project

“La NAO+, grâce à sa puissance d’éclairage, permet d’avoir un éclairage suffisant dans la nuit noire du désert.” 

Depuis le haut des montées, j’aperçois l’autoroute loin en contrebas. Ca y est, je suis seul sur ce chemin, plus personne ni devant ni derrière, plus de lumière. Je tente de joindre l’équipe au talkie-walkie pour éviter l’isolement, pas de réponse. Je prends alors la décision de ralentir pour en garder sous le pied et m'économiser. J’allume la lampe frontale en puissance maximale, elle éclaire largement et clairement devant moi ce qui est un vrai confort et une vraie sécurité quand on ne peut joindre personne au milieu de nulle part. 
Je me trompe de chemin, deux solutions s‘offrent à moi : soit rebrousser chemin, perdre du temps et courir plus longtemps dans le sable, soit couper à travers les herbes, le sable et les rochers en pleine saison des serpents à sonnettes. Il me reste 10 km à courir parmi les plus durs que j’ai eu à courir, je n’ai de contact avec personne, l’autoroute est séparée par des grillages et barbelés et les serpents ne sont pas super friendly mais ils ressentent les vibrations et j’ai un bon éclairage. Ma décision est prise, je vais couper à travers champs. Je finis par me retrouver à nouveau sur le bon chemin ! 

Toujours aucune nouvelle de l’équipe

Je vois la grande montée se dresser devant moi dans le noir et je n’ai toujours aucune nouvelle de l’équipe. Je n’ai donc aucune idée de la fin du relais : soit dans 1,5 km, soit je ne suis qu’à mi-chemin. La montée est dure mais se passe bien. En haut c’est le soulagement, l’équipe arrive à me joindre et m’annonce qu’ils ont réussi à stopper le van et partent chercher le tunnel qui permet de couper le relais en deux. Je peux appuyer un peu sur le dernier kilomètre, je vois les lumières du van et tente d'accélérer pour ne pas laisser l’équipe dans cette situation inconfortable. Je me dirige vers eux, mais ils n’ont pas encore trouver le passage, je ralentis et balaye la zone avec ma lampe frontale, elle éclaire chaque caillou, chaque tas de sable, et j’arrive enfin à trouver au loin le tunnel qui est dans un renfoncement. J’arrive à leur indiquer où il se situe et nous arrivons à nous y retrouver afin que je passe le relais.

Le signe mythique et tant attendu se rapproche

Le soleil se lève dans 20 minutes, nous avons passé le froid et la partie la plus dure. Il nous reste désormais 200 km, on va aller au bout quoi qu’il nous en coûte. Les kilomètres diminuent à vue d’oeil, le signe mythique et tant attendu se rapproche.
Le signe “The Fabulous Las Vegas” est en vue, les sourires se font plus grands, nous retrouvons les filles qui nous encouragent, nous embrassent, nous félicitent. 
Nous célébrons la fin de l’aventure après 45 heures et 52 minutes de course. 

The French Fraires- The Speed Project

“L’équipe au complet après avoir passé la ligne d’arrivée”

News associées