News - Petzl BLACK HOLE : explorer un monde sans lumière - Petzl Other
Chercher
Communauté Actus BLACK HOLE : explorer un monde sans lumière

BLACK HOLE : explorer un monde sans lumière

En janvier 2016, une expédition internationale de spéléo s'est déroulée sur l'île de Nouvelle-Bretagne en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Son objectif : explorer une cavité repérée sur... des photos aériennes. Jean-Paul Sounier, chef d'expédition et instigateur du projet, nous raconte cette aventure exceptionnelle, au cœur de la jungle papoue. Téléchargez gratuitement le e-book pour découvrir son récit !

12 Avril 2017

Spéléologie

Accès rapide : 

 

Robbie Shone

c

Extrait 

"Il ne serait pas illégitime de baptiser une expédition spéléologique avec ces deux mots "Black Hole", puisque la spéléologie est bien l'exploration de cavités souterraines naturelles où ne pénètre aucun photon. Un monde sans lumière. Et puis, à l'évocation de ces mots, on pense aussi à ces étranges objets célestes dont l'intensité du champ gravitationnel est telle qu'elle empêche toute forme de matière ou de rayonnement de s'en échapper. Les gouffres exercent peut-être une si forte attraction sur les spéléologues, que cela justifierait de nommer ainsi une expédition ?

En fait, l'explication est plus simple... Pour l'avoir, effectuons un petit saut de quelques années dans le passé. En 1980 et 1985, eurent lieu en Nouvelle-Bretagne - la deuxième plus grande île de l'archipel formant la Papouasie Nouvelle-Guinée - les deux premières expéditions spéléologiques françaises dans les montagnes des Nakanaï, un massif calcaire d'environ 4000 km2. À cette époque, on disposait pour les recherches de cavités, de photos aériennes. Sur ces documents, les gros puits de surface, qui caractérisent ce karst recouvert d'une forêt primaire, apparaissaient comme des ronds noirs, de plus ou moins grandes tailles. Ainsi repérés, les puits géants de Naré, Kururu, Poipun, et Bikbik Vuvu reçurent la visite des spéléologues. En 1988, j'effectuais un vol de reconnaissance en hélicoptère sur la zone comprise entre les gorges de la Galowé, à l'est, et l'immense entaille de la Wunung, à l'ouest. Alan Rohl pilotait l'appareil ; nous cherchions à survoler une méga-doline située entre ces deux gorges. Elle s'avéra n'être qu'un immense "bol" sans rivière au fond, donc un objectif peu intéressant pour notre expédition. C'est alors qu'Alan me déclara avoir survolé un puits imposant dans ces parages, mais hélas, il ne parvint à le retrouver. Lors de la suite du vol qui nous amena à suivre le canyon de la Wunung, je fus surpris de constater qu'à l'inverse des gorges de la Galowé aucune rivière ne dévalait cette entaille de 1000 mètres de profondeur. D'où provenait donc l'eau qui sort à l'embouchure du fleuve côtier Wunung ? En fait, la résurgence de la Wunung se révéla au détour d'un des derniers méandres, peu avant la mer. Mais les années suivantes furent consacrées à d'autres objectifs que cet immense karst recèle, Muruk, Ora, Mageni, Wowo et j'oubliais la Wunung et le mystère de son cours d'eau fantôme. Au cours de l'été 2014, après une expédition sur un autre karst de la Nouvelle-Bretagne, je recherchais un objectif intéressant pour revenir sur les montagnes des Nakanaï. En regardant mes photos aériennes, précieusement conservées depuis les expéditions des années 80, je remarquais sur un plateau en rive gauche du canyon de la Wunung une tâche noire et blanche évoquant un puits de surface. Pourrait-il s'agir de l'abîme vu par Alan Rohl ? Google Earth ne proposant pas sur cette zone de vues satellites de bonne définition, je basculais sur un autre site d'images satellites, Bing. Je constatais avec joie que la région était couverte par des images de très bonne définition. Avec frénésie, je déplaçais le curseur vers le phénomène vu sur les photos aériennes pour découvrir un trou noir de près de 100 mètres de diamètre ! Aucun grossissement de l'image ne me permettait de voir le fond. Que pouvait révéler ce mystérieux trou noir inexploré ? Découvrir un plateau vierge de toute exploration et traquer ses circulations souterraines, quelle passionnante perspective ! Une autre information importante, que me révélèrent les images satellites, était la présence d'un village en rive droite de la Wunung, qui constituerait une base de départ idéale vers le plateau où se situait ce mystérieux puits baptisé tout naturellement… Black Hole !"

c

Téléchargement du e-book

Téléchargez la version intégrale du récit, écrit par Jean-Paul Sounier et illustré avec les photos avec de Robbie Shone.

Votre email ne sera pas visible par les internautes

News associées