Chercher
 

Une nouvelle passerelle pour accéder au refuge des Conscrits

Depuis septembre 2012, un nouvel itinéraire entièrement repensé permet de se rendre au refuge des Conscrits, au cœur du Mont-Blanc, en empruntant une passerelle himalayenne. Pour les guides et la commune des Contamines, il s’agissait de répondre de manière innovante aux dangers croissants liés au retrait du glacier de Tré-la-Tête. Cet itinéraire permet de réduire le risque d’accident dans le respect d’un site remarquable. La Fondation a soutenu cette démarche exemplaire.

SEPTEMBRE 2014

Passerelle des conscrits © Stéphane Lozac'hmeur

Carte d’identité

  • Partenaires soutenus : Bureau des Guides des Contamines-Montjoie, www.guides-contamines.com
  • Localisation : France
  • Type de projet : Prévention des accidents
  • Soutien : 15000 € en 2012 et 2013

Fin juillet 2012, le nouveau sentier du refuge des Conscrits, dans le massif du Mont-Blanc, est bientôt terminé. La passerelle est encore en cours de construction : des images spectaculaire de travail en hauteur ! La Fondation Petzl a participé à son financement.

Août 2012 : la passerelle du nouveau chemin pour le refuge des Conscrits sur la commune des Contamines Montjoie dans le massif du Mont-Blanc est finie !

Un marcheur sur l'itinéraire du Refuge des Conscrits Refuge des Conscrits © Gilles Lansard
Le refuge des Conscrits (2 580 m) donne accès à de nombreuses courses comme l’aiguille de la Bérangère, les Dômes de Miage, la Lex blanche ou l’aiguille de Tré-la-Tête. En 1997, la vieille cabane submergée par la neige en hiver a été remplacée par un bâtiment moderne de 90 places.

Le refuge des Conscrits (2580 m) est la voie d’accès vers les grandes courses du versant sud-ouest du Mont-Blanc.

Mais avec le retrait du glacier de Tré-la-Tête, l’accès est devenu de plus en plus délicat et dangereux en été. Le bien nommé « Mauvais Pas », franchissant la moraine pour prendre pied sur le glacier, était de plus en plus exposé aux chutes de pierres. Plusieurs accidents ont touché des amateurs comme des professionnels de la montagne. La jonction entre le glacier et le refuge, sous la pointe de Tré la Grande, devenait elle aussi de plus en plus délicate, et imposait d’ajouter régulièrement de nouvelles échelles.

Au fil des années, la question d’un nouvel itinéraire estival s’est progressivement posée. Les guides des Contamines ont fait des repérages. Puis, ils ont proposé un cheminement entièrement nouveau. Il permet d’éviter le glacier en empruntant sa rive droite, sillonnée par d’anciennes sentes empruntées par les animaux ou les chasseurs. Ce chemin butait toutefois sur un obstacle avec des gorges difficilement franchissables à pied. D’où l’idée de construire une passerelle de type « himalayen », d’une soixantaine de mètres de long.

Au milieu d’un site aussi remarquable, protégé par la Réserve naturelle des Contamines-Montjoie, il était impératif de mener un tel projet dans la concertation avec les différents acteurs (communes, club alpin, associations environnementalistes, administration). Du point de vue alpin, le nouvel itinéraire ne suppose pas un moindre effort, mais il est beaucoup moins dangereux. Du point de vue environnemental, le nouvel itinéraire imposait d’un côté la réalisation d’un nouvel aménagement ; mais d’un autre, il conduit à débarrasser le glacier des nombreux équipements ajoutés au fil du temps.

Passerelle des Conscrits © Gilles Lansard

Les travaux ont débuté en juin 2012 et la passerelle construite par la société Prisme est ouverte depuis septembre. L’investissement de 130 000 € a été rendu possible grâce aux collectivités locales et à des fonds européens. La Fondation Petzl s’est engagée dans ce projet avec les guides des Contamines-Montjoie et apporte en particulier une aide financière de 10 000 € pour la construction de la passerelle. Le problème de l’accès se pose différemment au printemps, l’enneigement permet de passer sur le glacier sans grandes difficultés, tandis que les pentes du chemin d’été ne sont pas recommandées. Le tablier de la passerelle sera donc démonté chaque année à l’automne et remonté en juin.

Cette approche nous est apparue comme une réponse exemplaire face au recul des glaciers et au réchauffement climatique. C’est aussi l’ouverture d’une belle porte d’entrée vers la haute montagne. La réduction du risque rend le refuge beaucoup plus accessible aux simples randonneurs, qui souhaitent simplement monter au refuge pour admirer le glacier, sans ambition de monter plus haut. 

Témoignage d’Olivier Bégain, guide et président du Bureau des Guides

Olivier Bégain, guide et président du Bureau des Guides
« Au milieu d’un site aussi remarquable, protégé par la Réserve naturelle des Contamines-Montjoie, il était impératif de mener un tel projet dans la concertation avec les différents acteurs (communes, club alpin,associations environnementalistes comme Asters, réserve naturelle, etc.).
Du point de vue alpin, le nouvel itinéraire ne suppose pas un moindre effort, mais il est beaucoup moins dangereux. Du point de vue environnemental, le nouvel itinéraire impose d’un côté la réalisation d’un nouvel aménagement; mais d’un autre, il conduit à débarrasser le glacier des nombreux équipements ajoutés au fil du temps. »


Pour en savoir plus sur :


Crédit photo : Gilles Lansard - Stéphane Lozac'hmeur

Article réactualisé en septembre 2014


SUR LE MÊME THÈME

Vignette du projet MONT BLANC : COMMENT LIMITER LES ACCIDENTS DANS LE COULOIR DU GOUTER ? PROJET  - MONT BLANC : RÉDUIRE LE RISQUE DANS LE COULOIR DU GOUTER

En 11 ans, 74 personnes ont perdu la vie dans le couloir du Goûter sur la voie normale du mont Blanc. Présentant un danger objectif fort, (...)

En savoir plus - Tous les projets prévention