Chercher
 

Grimper en sécurité dans les palmiers

En 2010, l’association BEDE, spécialisée dans la protection et la promotion des agricultures paysannes, a sollicité la Fondation Petzl pour rechercher une solution technique destinée à améliorer la sécurité des travailleurs dans les palmiers. C’est un métier à risque, souvent exercé pieds nus, avec un matériel très sommaire… Que faire pour éviter les chutes ? Une solution technique a été mise au point avec la Fondation Petzl.

SEPTEMBRE 2014

Des phœniciculteurs sur les palmiers en Algérie s'apprêtant à faire la récolte des dattes

Carte d'identité

  • Partenaires soutenus : Association de solidarité internationale "Biodivesité : Échanges et Diffusion d'Expériences" (BEDE), www.bede-asso.org, en partenariat avec l’association algérienne Tazdaït
  • Localisation : Algérie, Afrique
  • Type de projet : Prévention des accidents
  • Soutien : 54 800€ depuis 2010
Fondation Petzl - Projet Gestion du risque - Travailleurs des palmiers en Algérie - Dattes.jpeg

/fondation/foundation-picto-info.png?v=3  Le palmier dattier :

L’agriculture saharienne repose essentiellement sur le palmier dattier, notamment dans les oasis.
Avec plus de 17 millions de palmiers dont 10 millions sont exploités, la datte représente le premier produit alimentaire d’exportation pour un pays comme l’Algérie.
Producteur de dattes, le palmier permet de maintenir des cultures vivrières sur de petites parcelles protégées du soleil.

Grimper dans les palmiers, un métier dangereux

Grimpeurs-acrobates, les phœniciculteurs cultivent les palmiers et font la récolte des dattes. Ce métier demande des qualités d'acrobate et d'endurance exceptionnels pour grimper, mais aussi un réel savoir-faire technique déployé à une hauteur moyenne de 12 à 15 mètres, et jusqu’à 20 mètres.

Chaque palmier demande une dizaine d’interventions par an : pollinisation, ciselage, pose des régimes, traitement phytosanitaire, grappillage, récolte... Et chaque exploitant doit s’occuper de plus d’une centaine de palmiers.

Un phœniciculteur à plus de 20 mètres de haut, protégé par un simple anneau de corde
À plus de 20 mètres de haut, protégé par un simple anneau de corde !

Aujourd’hui, les phœniciculteurs montent et descendent sans réelle protection. Ils utilisent dans certains cas un bout de corde passé derrière le tronc. Certains d’entre eux utilisent une ceinture rembourrée qu’ils ont fabriquée, pour le confort au travail. Les risques de chute sont grands, en particulier lors du franchissement de la couronne sommitale ou la descente.

Selon le Croissant rouge algérien, on enregistre en moyenne un décès par an dans le département de Ghardaïa, qui ne représente que 5% des palmeraies algériennes. Pour un décès, les secours ont enregistré dix chutes en 2010, dont plusieurs ayant des conséquences graves : séquelles, handicap.

Ce métier indispensable pour l'économie et l'équilibre écologique des oasis connaît depuis quelques années une désaffection importante auprès des jeunes qui n'acceptent plus de prendre de tels risques dans le cadre de leur vie professionnel : le métier est perçu comme trop dangereux.

Pieds nus, les phœniciculteurs grimpent sans protection : la corde sert à s’assurer pour travailler dans la couronne du palmier
Pieds nus, les phœniciculteurs grimpent sans protection : la corde sert à s’assurer pour travailler dans la couronne du palmier.

La Fondation Petzl soutient l’association de solidarité internationale BEDE (Biodiversité, échanges et diffusion d’expériences), en partenariat avec Tazdaït, une association locale qui travaille pour l'amélioration des conditions de vie et de travail des phœniciculteurs. Ces associations ont sollicité la fondation pour les aider à concevoir un kit de sécurité adapté, grâce aux progrès techniques du matériel dans les activités verticales.

Témoignage de Omar, phœniciculteur de l’association Tazdaït

Omar, phœniciculteur de l’association Tazdaït « Dans notre oasis de Guerrara, nous avons environ 150 000 palmiers. À la trentaine de professionnels qui grimpent régulièrement dans les palmiers s’ajoute une soixantaine de grimpeurs occasionnels ou saisonniers.

En faisant des recherches à l’hôpital, nous avons pu dénombrer une moyenne de dix accidents par an et cinq décès depuis 1990. Cela touche les professionnels comme les saisonniers. C’est pourquoi nous avons mis en place des formations bénévoles pour travailler dans le palmier en sécurité et avec sérénité.»

Une expertise sur le terrain

Pour mieux comprendre les besoins des phœniciculteurs et imaginer une solution technique améliorant la sécurité dans les palmiers, plusieurs missions ont été réalisées par l'association BEDE et la Fondation Petzl dans la palmeraie de Beni-Isguen près de Gardhaia. 

En septembre 2011, Chris Blakeley, formateur chez Petzl et administrateur de la fondation a rencontré pour la première fois les phœniculteurs de la palmeraie de Beni-Isguen, près de Ghardaïa (centre de l’Algérie). Ceux-ci lui ont présenté leurs équipements, souvent « fait maison », leurs méthodes d’ascension et des idées pour faire évoluer le matériel. Ils ont également fait des démonstrations de grimpe dans les palmiers, en expliquant le mouvement dans la couronne.

Témoignage de Chris Blakeley, formateur chez Petzl

Chris Blakeley, formateur chez Petzl

« À ma première visite, j’ai été tès impressionné par les techniques, l’exposition au risque et l'inventivité des phoeniciculteurs dans la fabrication de leur équipement. Ils  s’élèvent très vite, mais sans droit à l'erreur, car ils n’ont aucune protection. Un pied ou une main mal placés aboutirait très probablement à une chute au sol. 
Pour réduire la probabilité d’accident grave ou mortel, nous avons imaginé un «kit de sécurité» efficace et facile à utiliser. Cette solution nécessitera des changements culturels de la part des grimpeurs, mais je suis sûr qu’ils sont prêts à les accepter au vu des statistiques des accidents. Pour nous, il s’agit d’aider cette profession à évoluer vers plus de sécurité. »

Les grimpeurs algériens étaient très intéressés par le développement des techniques et de l'équipement pour une meilleure protection. Au retour de cette première mission, des solutions ont été trouvées pour développer un système de sécurité adapté à leurs usages et à leurs cultures, plus particulièrement dans les oasis traditionnelles.

Une solution technique innovante

Le service de développement des produits sur mesure de Petzl a conçu un harnais muni de deux longes avec bloqueurs qui permet d’accéder au sommet des palmiers, puis de travailler en hauteur avec un niveau de risque considérablement réduit.

En novembre 2013, une nouvelle mission dans la palmeraie de Ghardaïa a permis de tester les harnais prototypes. Après trois jours d’essais, la solution technique élaborée en collaboration étroite avec les phœniciculteurs a été adoptée. L'association BEDE fait désormais appel à des mécènes ou des exploitants de palmerais prêts à investir dans la sécurité des phoeniciculteurs afin de lancer la phase d'industrialisation du harnais et diffuser cette solution.

Couture des prototypes de harnais au service de développement des produits sur mesure de Petzl le harnais une fois mis au point
Couture des prototypes de harnais au service de développement des produits sur mesure de Petzl (gauche) et le harnais une fois mis au point (droite).

Une protection permanente contre les chutes

La solution harnais palmier a été conçue pour grimper en sécurité dans les palmiers dattiers. Elle permet de monter, descendre et de travailler dans l'arbre en restant toujours assuré grâce à deux longes.

Dans la phase d’ascension ou de suspension, le phœniciculteur peut lâcher les deux mains sans risque de chute au sol. La solution harnais palmier améliore la sécurité, réduit la pénibilité et assure des gains de productivité. La sécurité en phase de montée ou de descente est assurée par une longe reliée au harnais grâce à un système de réglage breveté.

Ce système simple d’utilisation permet d’ajuster et de bloquer les longes d’une seule main. En suspension, la charge est répartie sur la ceinture et les sangles de cuisse pour un meilleur confort. Le phœniciculteur peut lâcher les deux mains et se concentrer pleinement sur son activité.

Récolte des dattes au haut du palmier avec le harnais mis au point par l’équipe de Petzl
Récolte des dattes au haut du palmier avec le harnais mis au point par l’équipe de Petzl.

Le transfert est sécurisé dans la couronne des palmiers

Le transfert dans la couronne est une opération pénible et dangereuse. Grâce à la solution harnais palmier, le phoeniciculteur est assuré pendant le transfert et dans la phase de travail au sommet de la couronne. Les longes de grandes dimensions (5 mètres) permettent au phoeniciculteur de travailler sur un large périmètre en restant toujours assuré.

Récolte des dattes dans la couronne des palmiers


Chiffres clés des palmiers en Algérie :

  • 18 millions de palmiers
  • 50 000 professionnels en activité
  • hauteur des palmiers : de 10 à 25 m

Accidentologie dans la palmeraie de Gardhaia :

  • 10 accidents par an
  • 1 mort par an

(Source : Croissant rouge)



L'association BEDE

BEDE (Biodiversité échange et diffusion d'expérience) est une association de solidarité internationale fondée en 1994.

Logo association BEDE

En lien avec une cinquantaine d'organisations de différents réseaux français, européens et internationaux, BEDE contribue à la protection et à la promotion des agricultures paysannes en soutenant les initiatives d'une gestion respectueuse du vivant par un travail d'information et de mise en réseau.

BEDE organise des ateliers, des rencontres entre paysans, chercheurs et société civile des pays d'Europe, du Maghreb et d'Afrique de l'ouest et réalise du matériel pédagogique. Ce travail permet au grand public de se saisir les enjeux et aux paysans et organisations d'améliorer leur travail de terrain.

En savoir plus sur l’association BEDE : www.bede-asso.org

Un phoeniculteur avec le harnais mis au point par Petzl

... Des grimpeurs qui peuvent aujourd'hui monter sur les arbres avec le sourire !

Article mis en ligne en septembre 2014


SUR LE MÊME THÈME

Vignette du projet CAMEROUN : RECHERCHES DANS LA CANOPÉE PROJET  - CAMEROUN : RECHERCHES DANS LA CANOPÉE

En novembre 2013, deux membres de l’association "EnQuête d’Arbres" se sont rendus au Cameroun pour mieux comprendre et protéger les forêts tropicales (...)

En savoir plus