Chercher
 

Risque d’avalanche : la préparation de course avec les applications web Yéti et Skitourenguru

Choisir un itinéraire adapté aux conditions nivologiques est une étape clé pour réduire le risque d’être confronté(e) à une avalanche. La Fondation Petzl soutient Yéti et Skitourenguru, deux applications sur l’internet pour aider les pratiquants à faire les bons choix dans leurs préparations de course. L’ambition est de réduire le nombre de victimes d’avalanche en France et d’encourager la diffusion de ces applications.

DÉCEMBRE 2019

Le grand Pic de la Lauzière (Savoie) par danger 2 sur Yéti (en haut) et sur Skitourenguru Le grand Pic de la Lauzière (Savoie) par danger 2 sur Yéti (en haut) et sur Skitourenguru.

Carte d’identité

Dans les quatre dernières décennies, les avalanches ont tué 31 personnes en moyenne chaque année dans les massifs français. Il s’agit, dans la quasi-totalité des cas, de pratiquants de sports de neige : ski de randonnée, ski hors-piste ou raquette à neige. Trop souvent négligée, la préparation de course apparaît comme la clé pour éviter les accidents. Depuis décembre 2019, deux applications web dédiées à la préparation de course sont accessibles sur l’internet pour mieux interpréter les informations disponibles à la maison, la veille de la course.


Yéti

Yéti est développée par Jacques Beilin et ses étudiants de l’École nationale des sciences géographique (ENSG). L’application s’appuie sur l’analyse automatique des caractéristiques du terrain à partir du modèle numérique de terrain de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN), les informations du bulletin d’estimation du risque d’avalanche de Météo France et des méthodes de réduction du risque. Basées sur l’accidentologie, les méthodes de réduction s’appuient sur l’expérience collective accumulée par des centaines de skieurs, bien supérieure à celle que peut acquérir un seul individu, même chevronné, au cours de sa vie. Ces méthodes sont déclinées en 3 niveaux, en fonction de la marge de sécurité et de complexité d’analyse que l’on souhaite : méthode de réduction pour débutant, méthode de réduction élémentaire, méthode de réduction professionnelle.

Yéti permet de visualiser les secteurs à risque grâce à un estompage de couleur sur une interface cartographique. D’un coup d’œil, le pratiquant repère les pentes les plus risquées et identifie les passages clés d’un itinéraire. Il peut valider ses choix de course et imaginer des options de repli en se glissant à travers les zones de moindre risque. Après un test sur un panel de 80 personnes l’hiver 2018/2019, Yéti est diffusé au grand public sur le site collaboratif Camptocamp.org/yeti depuis décembre 2019. Cette application couvre l’ensemble des massifs français.

/fondation/foundation-yeti-skitourenguru-2.jpg?v=1Le Grand Arc (Savoie) par danger 2 sur Yéti avec la méthode de réduction élémentaire. L’estompage de couleur bleu permet de repérer facilement les pentes les plus dangereuses.


Skitourenguru.ch

Skitourenguru.ch a été conçue par Günter Schumdlach, ancien élève de l’école polytechnique fédérale de Zurich, informaticien et skieur. Cette application calcule chaque jour une estimation automatisée du risque d’avalanche sur un réseau de 1 100 itinéraires numérisés en Suisse. L’algorithme de Skitourenguru.ch s’appuie sur la méthode de réduction quantitative (MRQ). Cette méthode repose sur le traitement de données de masse (1 469 accidents d’avalanche impliquant des personnes, près de 50 000 km de traces GPS et 4 656 bulletins d’avalanche) qui donne une assise statistique beaucoup plus solide que celle encore très empirique des méthodes de réduction « classiques ». L’algorithme intègre tous les éléments du bulletin d’avalanche et ceux des modèles numériques de terrain, qui prennent en compte non seulement l’inclinaison et l’orientation, mais aussi la proximité des crêtes, la densité du couvert forestier, la dangerosité des pentes à prendre en compte, y compris celles qui dominent l’itinéraire.

Le risque est calculé pour chaque point de l’itinéraire. Les valeurs de chaque point sont ensuite assemblées pour produire un indicateur de risque sur l’ensemble de la course. Les itinéraires sont classés quotidiennement en trois catégories : risque modéré (vert), risque accru (orange), risque élevé (rouge). Ce service en ligne depuis 4 ans est désormais conseillé par l’ensemble des institutions de montagne en Suisse tel que le club alpin suisse, l’institut pour l’étude de la neige et des avalanches de Davos, Jeunesse et sports, l’association suisse des guides de montagne, l’armée suisse, etc. Le site a été développé au départ en allemand, mais l’outil est utilisable en français, en italien et en anglais à l’adresse suivante : www.skitourenguru.ch.

Une adaptation de Skitourenguru a été testée avec succès au cours de l’hiver 2018/2019 sur le massif de Belledonne entre Isère et Savoie. Le service est accessible au public français sur Belledonne, la Lauzière et le Beaufortin depuis décembre 2019. Il s’étendra progressivement sur l’ensemble des massifs français.

foundation-yetiL’itinéraire classique du Grand Arc (Savoie) par danger 2 sur Skitourenguru. L’application permet d’afficher la carte des pentes du Géoportail. Ce jour-là, le bulletin d’avalanche indiquait un fort réchauffement dans les pentes de secteur sud.


Pour aller plus loin dans la compréhension de la méthode de réduction quantitative et de l’algorithme de Skitourenguru, télécharger en français les publications de Günter Schmudlach ci-dessous.

> Consulter les publications en versions anglaises

Précautions d’usage des applications de préparation de course

Yéti et Skitourenguru permettent de faire des choix mieux éclairés en prenant en compte le maximum d’informations disponibles à la veille de sortir, pour anticiper et mieux évaluer le risque avant de se confronter au réel. Toutefois, l’analyse du risque à la maison ne peut se résumer à pianoter sur son ordinateur. Les applications ne dispensent pas d’évaluer tous les facteurs de risque résumés dans la grille d’analyse 3 x 3 et notamment de la lecture de l’intégralité du bulletin.
Même si elle est peu probable, une avalanche reste possible dans les zones ou sur les itinéraires à risque faible, qui ne sont pas présentés comme défavorables sur les cartes reposant sur les algorithmes. Il convient toujours d’apprécier la situation sur le terrain en utilisant son cerveau, son expérience, l’écoute du milieu et de ses compagnes et compagnons.

Les informations délivrées par Yéti ou Skitourenguru ne doivent jamais être les seuls critères de choix pour skier une pente.

/fondation/foundation-yeti-skitourenguru-4.jpg?v=1Une avalanche de plaque déclenchée par les skieurs depuis le replat © Olivier Moret

Ces deux applications présentent des limites liées à celles des trois piliers sur lesquels elles reposent : le bulletin d’avalanche, le modèle numérique de terrain et les méthodes de réduction. Avant d’utiliser Yéti et Skitourenguru, il est recommandé de lire attentivement leurs mode d’emploi, intérêts et limites :
- Yéti
- Skitourenguru

/fondation/foundation-yeti-skitourenguru-4.jpg?v=1Sous la pointe du Valonnet (3 371 m) en Vanoise ©Olivier Moret

Article mis en ligne en décembre 2019


SUR LE MÊME THÈME

Vignette du projet À Une carte des pentes pour prévenir le risque d’avalanches FRANCE - UNE CARTE DES PENTES POUR PRÉVENIR LE RISQUE D’AVALANCHES

Le 3 novembre 2016, l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) a mis en ligne sur le Géoportail une représentation graphique des pentes à plus de 30°...

En savoir plus