Chercher
Communauté Actus Exploration spéléo : Shuanghedong dans "la forêt qui fume"

Exploration spéléo : Shuanghedong dans "la forêt qui fume"

Durant trois semaines, l'expédition Shuanghedong 2014 s'est donnée l'objectif de reprendre les explorations à Xinjiawan et sur les autres parties en amont de la zone. Une expédition franco-chinoise parrainée par la Fédération Française de Spéléologie. Elle passe la barre des 161 kilomètres de développement pour le système de Shuanghedong et en fait la 11ème grotte la plus longue du monde. Retour sur l'expédition avec Olivier Testa...

17 Décembre 2014

Spéléologie

 

Expédition Shuanghedonga 2014 © Jean-François Fabriol

Le tube fossile de Shalingdong

 

Xinjiawan, un nom qui me fait rêver depuis presque 10 ans déjà.

 

"J'avais exploré cette grotte en 2005. Pour ma première expédition en Chine, nous avions passé quelques jours dans cette ferme située à plusieurs heures de marche du bout de la vallée de la Shuanghe, reculée de tout. Sous un climat terrible, humidité et froid glacial permanent, nous avions découvert "la forêt qui fume". Les gouffres que l'on rencontre à cette altitude exhalent un air chaud et humique, en provenance du réseau de grottes sous-jacent qui cumule 158 kilomètres de galeries connectées à ce jour. L'humidité de cet air condense immédiatement au contact du froid extérieur et forme des panaches de fumée de 10 à 50 mètres de haut sur chaque gouffre. Facile de chercher les grottes ainsi. Nous avions exploré sur 1630 mètres la grotte de Liangfeng (Grotte du vent frais), rencontré un puits géant de 285 mètres de profondeur, et buté, épuisés au terme d'une très longue exploration, sur un méandre haut et étroit hérissé de concrétions acérées qui avaient déchiqueté nos sous-combinaisons et eu raison de notre motivation.
 
Plus personne n'avait mis les pieds là-haut malgré le potentiel, du fait de l'inaccessibilité, ou peut-être de la réputation étroite du méandre.

Il reste pourtant "que" un kilomètre à vol d'oiseau entre le fond du méandre et sa connexion supposée avec le réseau de Shuanghedong*.

 

 

C'est parti pour Xinjiawan !

 

Premier jour d'expé...

Je pars avec Carlos et Han Feng rééquiper le P285. Journée déjà bien remplie.

 

Expédition Shuanghedonga 2014 © Jean-François Fabriol

Progression en oppo dans Xinjiawanliangfengdong

Expédition Shuanghedonga 2014 © Jean-François Fabriol

Les milliers de concrétions en "choux-fleurs" qui tapissent la galerie de jonction sur plusieurs centaines de mètres

 

Troisième jour...

Nous partons, Nico, Alain et moi avec pour objectif clair de ressortir le soir même par le bas en ayant jonctionné les deux grottes et sans devoir remonter le puits. C'était sans compter sur la susceptibilité de la grotte : il faut savoir être humble en spéléo. Le méandre, au lieu de partir vers le nord-est, a obliqué vers le sud-ouest, ce qui ne facilite pas nos affaires. La progression fut assez difficile, passant de méandre en galeries surcreusées, gros tubes, laminoir et passages à plat ventre, toujours avec un courant d'air à décorner les chèvres. Nous sommes bien obligés de rebrousser chemin, bredouille, après avoir topographié 600 mètres de galerie étroite et être partis dans une direction imprévue. Rentrés à 2h du mat', fatigués. Le lendemain, repos évidemment.

Cinquième jour...

L'équipe est constituée de Jean, Nico et moi. Nous descendons. Le terminus exploré est toujours plus loin. Débute alors un nouveau méandre, haut de 6m, large de 0,5m, que nous parcourrons sur plus d'un kilomètre en levant la topographie. La direction est enfin bonne, mais c'est long, long… Jean est infatigable et pas le temps de faire une pause afin de maximiser le temps au fond. Après 9 heures d'exploration, nous butons au sommet d'un puits de 25m et nous rebroussons chemin. Commence alors la longue remontée. Nos genoux et nos coudes sont meurtris par les concrétions, les muscles endoloris par l'effort. Nous rentrerons enfin à l'auberge de Wenquan vers 2h30 le lendemain matin.

Septième jour...

Équipe : Nico, Eric et Alain. C'est par le bas, cette fois-ci que l'équipe tente de faire la jonction. L'extrémité explorée du méandre n'est qu'à 300 mètres à vol d'oiseau du réseau du Zéphir. L'exploration commence dans les méga-galeries de la perte de Longtanzi, "la baignoire du dragon". En canots pneumatiques, les lacs sont descendus, puis commence la progression chaotique pour rejoindre l'extrémité non reconnue du Zéphir.

Après une explo longue, l'équipe arrive en plafond en face, au sommet du puits reconnu la veille. La jonction est faite !

 

Expédition Shuanghedonga 2014 © Jean-François Fabriol

Expédition Shuanghedonga 2014 © Jean-François Fabriol

 

Neuvième jour...

Alain et moi retournons une dernière fois dans Liangfengdong, par le haut, pour explorer les diverses galeries que nous avions négligées dans notre quête de la jonction. Nous découvrons 580 mètres de nouvelles galeries, avec deux suites prometteuses : un grand puits de 50 mètres, remontant, et une grande fracture de 60 mètres de long, avec un courant d'air énorme, qui mène sûrement à une nouvelle entrée au réseau. À trouver.

Nous remontons en déséquipant les 500 mètres de corde qui nous ont servi pour l'exploration.

Je suis heureux d'avoir pu enfin finir cette exploration. Depuis le temps que j'y croyais!

À l'issue de cette jonction, le réseau développe maintenant plus de 161 kilomètres de galeries, en faisant la 11ème grotte la plus longue du monde. À poursuivre..."

-- Olivier Testa

 

*Le réseau de Shuanghedonga était exploré sur 161 kilomètres à ce jour. C'est actuellement la plus longue grotte de Chine et désormais la 11ème plus longue grotte du monde. Le potentiel de développement est encore important, mais de plus en plus difficile.

Membres français de l'équipe : Jean Bottazzi, Eric David, Jean-François Fabriol, Nicolas Faure, Carole Jallibert, Alain Maurice, Carlos Placido, Eric Sanson et Olivier Testa.

Votre email ne sera pas visible par les internautes

News associées