Chercher
 

Sécurisation des falaises pour le base jump

Le base jump ou comment se jeter dans le vide avec un parachute, séduit de plus en plus d’adeptes. Cette activité majoritairement pratiqué en milieu montagnard s’est structuré à travers une association qui encourage une pratique responsable et travaille à la sécurité des accès aux départ de saut. L’accès au bord des falaises demeure une étape critique qui nécessite un équipement spécifique. La Fondation Petzl soutient la « French Base Association » dans son action de rééquipement des accès.

JANVIER 2016

L’accès au zone de saut, au bord des falaises, demeure une étape critique qui nécessite un équipement spécifique © French BASE Association

Carte d’identité

Le base jump est un sport qui consiste à sauter, avec ou sans combinaison (wingsuit), d’un point fixe avec un parachute. Le départ d’un saut se situe inévitablement au plus près du vide et nécessite d’être sécurisé pour y accéder. C’est pourquoi le matériel en place doit être fiable et en bon état. La French BASE Association se soucie de l’équipement, qui subit les contraintes climatiques. Elle a initié un projet de rééquipement des accès en bordure de falaise.

Avec le soutien de la Fondation Petzl, l’association met à disposition des pratiquants, des cordes, des ancrages et des tamponnoirs pour sécuriser les falaises dans leur région. Cette action préventive vise à réduire les risques d’accident et à améliorer l’équipement déjà en place.


La French BASE Association

L’Association, créée en 1993, a pour but la promotion du base jump en France et sa reconnaissance en diffusant une image positive de l’activité. Elle organise des évènements sportifs, des formations et favorise l’échange d’informations techniques avec un forum de discussion, qui rassemble 1 400 pratiquants. Elle est affiliée à la Fédération Française des Clubs Alpins et de Montagne depuis 2012. Elle organise également l’activité du vol avec combinaison (wingsuit) dans la vallée de Chamonix.

Présentation d'une wingsuit
Une wingsuit


Témoignage de Roch Malnuit, directeur de la French BASE Association :

Portrait de Roch Malnuit ©Wakeford« Tous les pratiquants de base jump ne sont pas des alpinistes. Ils utilisent pourtant le matériel technique en place pour aller sauter. Il est important d’entretenir cet équipement et de former les usagers. Le base jump est un sport à haut risque qui demande un engagement personnel important. On ne vient pas à sauter une falaise par hasard. Cet engagement doit être le fruit d'une longue démarche mûrement réfléchie. »


Que signifie le terme base jump ?

Divers départs de saut en base jumpAccès à la plateforme de décollage en base jump ©French BASE Associatio

L’acronyme anglais B.A.S.E représente les 4 premières lettres des points fixes utilisés le plus communément pour sauter en parachute.

  • Building : Immeubles, tours, barrages.
  • Antenna : Antennes, grues, éoliennes.
  • Span (Enjambement) : Ponts, téléphériques.
  • Earth : Falaises.

Pour pratiquer le base jump, le point de départ obligatoire est le parachutisme. C’est une étape fondamentale dans l'apprentissage de l’activité. Le nombre de sauts d'avion minimum est variable selon les personnes (entre 150 et 300). Apprendre le base jump n'est pas un objectif inabordable, à condition de disposer d'une motivation à toute épreuve et de mettre en place une démarche d’apprentissage rigoureuse.


En haute montagne, la pratique a connu un essor important grâce aux combinaisons de vol. Ces dernières années des sommets mythiques tels que les Grandes Jorasses, les Drus ou encore la Meije ont été sautés. Aujourd’hui les pratiquants de paralpinisme (base jump en haute montagne) combinent les techniques de l’alpinisme, de l’escalade, du ski, du vol libre et du parachutisme.

Pour aller plus loin :
www.base-jump.com

Article mis en ligne en janvier 2016


SUR LE MÊME THÈME

Project thumbnail: Une station météo automatique au cœur du massif du Mont-BlancPROJET - UNE STATION MÉTÉO AUTOMATIQUE AU CŒUR DU MASSIF DU MONT-BLANC

Le massif français le plus fréquenté par les alpinistes dispose d’une balise météo automatique depuis janvier 2014. Elle transmet en temps réel des informations (...)

En savoir plus