Chercher
 

Protéger les chauves-souris avec les spéléologues

La région Rhône-Alpes abrite 30 des 34 espèces de chauves-souris de France. Malgré le manque de popularité de cet animal, l’intégralité des espèces du territoire métropolitain est protégée, dont quatre grandes familles principales fréquentent le milieu souterrain. Le Centre Ornithologique Rhône-Alpes (CORA) œuvre en concertation avec les différents usagers des grottes pour sensibiliser les spéléologues, professionnels ou amateurs et le grand public à la protection des chauves-souris.

SEPTEMBRE 2014

Grand murin © Yoann Peyrard
Le Grand murin, une espèce de chauve-souris.

Carte d’identité

  • Partenaires soutenus : Ligue de Protection des Oiseaux, LPO Rhône-Alpes, rhone-alpes.lpo.fr
  • Localisation : Rhône-Alpes, France
  • Type de projet : Préservation de l'environnement
  • Soutien : 5 000 € en 2011 et 2012

Qui sont les chiroptères ?

Plus communément appelés chauves-souris, les chiroptères sont les victimes d’un tas d’idées reçues. Elles sont souvent comparées au vampire ou associées à cette image de bestioles qui s’accrochent dans les cheveux, prêtes à mordre ou à s’attaquer sauvagement aux boiseries des maisons. Chassons ces présupposés une bonne fois pour toute et attachons nous à comprendre ce qui fait la singularité de ces animaux.

• Les chiroptères sont les seuls mammifères capables de voler !

Ils se déplacent dans les airs grâce à une aile formée d'une membrane de peau entre le corps, les membres et les doigts. Ils ne se posent qu'exceptionnellement au sol où ils s’y meuvent maladroitement.

Chauve-souris, ordre des chiroptères © CORA

• L’écholocalisation est la deuxième caractéristique de la chauve-souris.

Ce système leur permet de localiser les éléments de leur environnement (obstacles, parois de grottes ou autres cavités) et de repérer leurs proies dans les milieux où la vue est inefficace à cause du manque de lumière. Chaque animal utilise une gamme de sons qui lui est personnelle, ce qui lui permet d'écouter ses propres émissions sans être perturbé par celles de ses congénères.

• Les chauves-souris donnent naissance à un seul petit par an et se rassemblent en « colonies maternelles » pour les élever sans les mâles

• Son régime alimentaire composé exclusivement d’insectes permet de réguler les invasions d’insectes comme le moustique.

• Le mode de vie des chauves-souris laisse à croire qu’elles pullulent, cependant leur présence en colonie attire également des prédateurs comme le faucon ou le hibou, qui contribuent, pour le coup, à une régulation naturelle de population.

Chauve souris Molosse de Cestoni © Laurent Arthur

Protéger la chauve-souris, c’est aussi participer au maintient de la biodiversité où chacun joue son rôle.

Des actions de sensibilisation adaptées aux usagers

Ce projet du CORA* s’intègre dans le cadre du plan d’actions national de protection des chauves-souris, initié par le ministère de l’écologie en 1999 et renouvelé en 2009 pour 4 ans.

Le CORA met en place des actions de sensibilisation spécifique à chaque usager afin de leur permettre de mieux appréhender les enjeux de préservation du milieu et de la biodiversité.
Ses actions concourent à la protection des espaces de vie de la chauve-souris avec trois objectifs prioritaires :

  • approfondir les connaissances sur les espèces,
  • développer les interventions de protection des chauves-souris,
  • diffuser l’information auprès des publics.

© Morverand / Yoann Peyrard

Le CORA valorise l’animal et son espace de vie en initiant des sessions de formation auprès des Brevets d’Etat de spéléologie et des pratiquants amateurs. Il organise des animations pour assurer un relais d’information auprès du grand public. L’association souhaite également maintenir la cohésion entre les différents acteurs en assurant des temps de concertations et d’échanges autour des actions entreprises.

Les causes qui menacent les chiroptères

  • La disparition ou la modification des gîtes : rénovation des bâtiments ou des ponts, fermeture de l’entrée des gîtes souterrains, abattage des arbres à cavités… ne prenant pas en compte ces mammifères.
  • La transformation de leur domaine vital (routes de vol et terrains de chasse) : densification du réseau routier, abandon du pâturage extensif, destruction des haies, disparition de zones humides, homogénéisation des boisements, artificialisation des cours d’eau…
  • Les dérangements durant l’hibernation ou la reproduction.
  • L’utilisation de produits chimiques : traitement de charpentes, pesticides...

© Yoann Peyrard

Pour plus d'informations : www.corafaunesauvage.fr

* Centre Ornithologique Rhône-Alpes

Article réactualisé en septembre 2014


SUR LE MÊME THÈME

Vignette du projet MAURITANIE - LE PHOQUE MOINE DE MEDITERRANEE : UNE ESPECE EN VOIE DE DISPARITION PROJET  - MAURITANIE - LE PHOQUE MOINE DE MEDITERRANEE : UNE ESPECE EN VOIE DE DISPARITION

Le phoque moine, espèce rare de la mer Méditerranée, est en danger critique d’extinction (...) 

En savoir plus - Tous les projets environnement