Chercher
 

Maroc : mieux connaître la faune cavernicole

Chaque année depuis 2001, l’association catalane de biospéléologie organise une expédition dans le massif de l’Atlas au Maroc. L’objectif est de récolter des spécimens de faune cavernicole inconnus, en particulier des coléoptères, pour étudier leur code génétique. 

SEPTEMBRE 2014

© Augustin Meseguer

Carte d’identité

  • Partenaires soutenus : Association Catalana de Biospeleologia, biosp.blogspot.com.es
  • Localisation : Maroc, Afrique
  • Type de projet : Améliorer la connaissance
  • Soutien : 2 000 € en 2013

Quinze expéditions ont déjà été organisées au Maroc pour une étude systématique de la faune souterraine. Dix nouvelles espèces de coléoptères cavernicoles ont été découvertes. Cependant, certaines espèces de faune cavernicole manquent encore pour établir notamment les arbres génétiques des coléoptères du genre Trechus.

6 nouvelles espèce du genre trechus

Obtenir des échantillons de la faune souterraine n’est pas facile. Cela nécessite d’organiser des expéditions spéléologiques avec des techniques d’exploration verticales. Une collaboration a été établie entre l’Université Hasan II de Casablanca et l’association catalane de biospéologie. Des spéléologues amateurs, accompagnés de biologistes espagnols et marocains, réalisent ensemble les missions scientifiques.

© Augustin Meseguer

Une première exploration dans les grottes d’Oujda, dans le massif de Beni Snassen, au nord du pays, a permis de réaliser de nombreuses captures d'espèces cavernicoles, mais pas de coléoptères. L’exploration du gouffre d’Ait Mehammed, dans le Grand Atlas, a donné de bons résultats, avec la capture du coléoptère hypogé Subilsiasenentiqui était l’objectif principal de l’expédition. L'obtention de ce spécimen permettra de finaliser l’étude des gènes de l'espèce.

Cette expédition n'a toutefois pas permis de compléter l'étude et la description du  Domene, une nouvelle espèce de coléoptère, découverte en 2012. L'association envisage déjà une prochaine exploration en 2014.

Les coléoptères récoltés seront répartis entre les chercheurs pour leurs études. Certains iront enrichir les collections du Musée des Sciences Naturelles de Barcelone.

Article mis en ligne en septembre 2014


SUR LE MÊME THÈME

Vignette du projet CORSE : DANS LE SECRET DES PIN LARICIOS PROJET  - CORSE : DANS LE SECRET DES PIN LARICIOS

Le Conservatoire botanique de Corse et le CNRS de Montpellier ont observé d’étranges générations spontanées de champignons à la cime de pins laricio, suite à des incendies. 

En savoir plus  - Tous les projets recherche