Chercher
 

Exploration scientifique
des karsts Papous

Pendant deux mois, d’octobre à novembre 2014, l’expédition franco-indonésienne Lengguru a exploré le cœur de la forêt de Papouasie Occidentale (Indonésie). Plus de 70 scientifiques ont inventorié des espèces animales et végétales vivant sur l'un des karsts les plus magnifiques et sauvages de la planète. Une équipe de spéléologues a accompagné les scientifiques pour accéder au monde souterrain.

NOVEMBRE 2014

Expédition Lengguru, au cœur de la forêt de Papouasie Occidentale - ©Jean-Marc Porte

Carte d’identité

La région de Lengurru, caractérisée par une alternance de plis montagneux et de vallées profondes isolées, est un « point chaud de biodiversité » encore inconnu et d’intérêt majeur pour les scientifiques. Depuis des millions d’années, les formations karstiques de Papouasie ont évolué à la faveur de mouvements tectoniques complexes. Constitué de dolines, de puits, de canyons, de lacs, de rivières souterraines et de grottes, l’exploration nécessite les compétences de spéléologues pour y accéder. Ces régions inexplorées constituent des réservoirs de biodiversité importants et abritent un grand nombre d’espèces endémiques.

Conduite par l'Institut de recherche pour le développement, l’Institut indonésien des sciences et l’Académie des pêches de Sorong, l’expédition avait pour objectif de mieux comprendre les processus d’adaptation des animaux vivant dans ces écosystèmes uniques.

Expédition Lengguru, rivières et cascades, ©Jean-Marc Porte
Des spéléologues et des karstologues remontent des rivières et cascades pour accéder aux réseaux de grottes ou résurgences à explorer, dans le massif de Kumawa.

Un camp de base établi dans le petit village de Lobo, fut le premier point de départ des explorations. En remontant le fleuve Lengguru en pirogue, les scientifiques ont exploré le secteur et rejoint les pertes souterraines du fleuve à l'autre bout du massif, pour une meilleure compréhension de ce système hydrologique. Les ichtyologues (spécialistes des poissons) ont atteint leur objectif avec la collecte de plusieurs espèces inconnues de poissons arc-en-ciel. L'exploration souterraine présente un intérêt à la fois géologique et environnemental. En terme de biodiversité, des centaines d’espèces ont été inventoriées, dont probablement de nouvelles espèces, après analyse génétique et taxonomie.

Expédition Lengguru, spéléologie, ©Guilhem Maistre
La spéléologie au service des naturalistes : l'exploration scientifique nécessite les compétences de spéléologues pour accéder aux rivières souterraines et aux grottes.

Expédition Lengguru, roussettes en vol, ©Bruno Granouillac
Les Roussettes, aussi appelées renards volants, sont des chauves-souris frugivores qui peuvent faire plus d'un mètre d'envergure.

Dans le massif de Kumawa, les botanistes ont réalisé un inventaire des végétaux (orchidées, palmiers). À l'issue de l'expédition, des centaines de spécimens ont été récoltés, entre 100 mètres sous le niveau de la mer et 1 400 mètres. Ils témoignent de l’exceptionnelle biodiversité des écosystèmes locaux. Près de cinquante nouvelles espèces devraient être identifiées après analyse génétique.

Expedition Lengguru, Vincent Droissart, spécialiste des orchidées - ©Bruno Granouillac
Vincent Droissart, spécialiste des orchidées, constitue une collection à partir d'espèces prélevées en forêt, parfois en haut des arbres.

Lengurru 2014 s’inscrit dans le cadre d’un programme de recherche à long terme démarré en 2010. De nouvelles expéditions thématiques (ornithologie, océanologie, archéologie) sont prévues en 2016.

Article mis en ligne en juin 2015


SUR LE MÊME THÈME

Vignette du projet ULTIMA PATAGONIA, UNE EXPEDITION SPELEOGIQUE ET SCIENTIFIQUE AU CŒUR DE LA PATAGONIE CHILIENNE PROJET  - EXPEDITION SPELEOGIQUE ET SCIENTIFIQUE AU CŒUR DE LA PATAGONIE CHILIENNE

Au sud du Chili, l’archipel de Madre de Dios est un terrain de recherche scientifique exceptionnel, avec une position géographique extrême, (...) 

En savoir plus