Chercher
 

Au chevet des grands séquoïas de Californie

La Californie a subi cinq ans de sécheresse qui ont ralenti la croissance des grands sequoias et accru leur mortalité. L’académie des sciences de Californie a lancé une étude pour mieux comprendre l’impact des sécheresses prolongées sur les plus anciens arbres du monde.

AVRIL 2018

/foundation-chevet-sequoias-tetière.jpg

Carte d’identité

La grande sécheresse (2012-2016) que vient de subir la Californie a causé une mortalité inhabituelle parmi les grands séquoia qui chaque jours consomment environ 2000 litres d’eau. Comment ces géants réagissent-ils à un manque d’eau prolongé ? Comment mesurer l’intensité du stress hydrique subi ? Quelles solutions les séquoias trouvent-ils pour se protéger de la sécheresse ? Pour tenter d’apporter des réponses, les chercheurs de l’académie des sciences de Californie ont grimpé au sommet des grands séquoias, à plus de 70 mètres de hauteur, afin de récolter des échantillons de feuillage.

Au chevet des séquoïas de Californie

Ils ont constaté que les séquoias avaient perdu des quantités inhabituelles d’aiguilles pour limiter leur besoin en eau. Les arbres se sont adaptés à la sécheresse en refermant les minuscules pores situés sur leurs aiguilles afin de réduire l’évapotranspiration. Des mesures récentes indiquent toutefois que les séquoias survivants semblent se remettre de la sécheresse après un hiver humide en 2016-2017. Mais des études supplémentaires seront nécessaires pour évaluer les effets à long terme du manque d’eau sur la santé des arbres. Mieux comprendre les effets d’une grave sécheresse permettra aux gestionnaires des forêts de mieux préserver les plus grands arbres de la planète.


Anthony Ambrose, responsable du projet :

Anthony Ambrose

« Les séquoia géants sont des trésors naturels inestimables. Ils ont inspiré et impressionnent toujours les hommes depuis des siècles. En 2017, le soutien de la Fondation Petzl nous a permis de poursuivre notre évaluation des impacts d’une longue sécheresse sur ces grands arbres habitués aux conditions climatiques difficiles et aux feux de forêt. Au cours de cette étude, nous avons cartographié les zones les plus touchées et amélioré notre compréhension des conséquences du manque d’eau sur la croissance et la mortalité des séquoias. Ces connaissances vont nous permettre de mieux protéger ces arbres emblématiques. »

Article mis en ligne en avril 2018


SUR LE MÊME THÈME

Project thumbnail: Vietnam, des chercheurs au sommet des grands arbres VIETNAM - DES CHERCHEURS AU SOMMET DES GRANDS ARBRES

En septembre 2015, le Museum d’Histoire Naturelle de Paris a organisé une mission scientifique dans le parc national de Cuc Phong, créé en 1962 au Vietnam (...)

En savoir plus