News - Petzl Réinventer le ski de randonnée - Petzl France
Chercher
Communauté Actus Réinventer le ski de randonnée

Réinventer le ski de randonnée

Une prise de conscience environnementale généralisée a eu lieu ces dernières années, renforcée par le contexte sanitaire actuel. Mais si la nature reste notre terrain de jeu, comment adapter nos comportements pour être plus respectueux ? Comment réinventer nos pratiques sportives ? Rencontre avec Vivian Bruchez, guide de montagne et skieur professionnel, connu pour ses descentes en pente raide. Il nous explique comment il a abordé cette évolution.

25 Février 2021

Ski de randonnée


 

L'âge de raison

Loin de voir ce besoin de changement comme une fatalité, Vivian est serein voire même encore plus motivé par le renouveau de son sport favori : le ski en pente raide. Il nous explique comment il a réévalué les différentes sorties autour de chez lui. Dans le haut de la vallée chamoniarde, les opportunités ne manquent pas ! 

"Tout part de l'âge de raison" raconte Vivian. Papa et skieur aguerri, ce sont des remises en questions globales qui sont venues le pousser à agir. Il reconnaît que la crise de la Covid en a bousculé plus d'un par rapport à leur impact sur l'environnement. "La planète, c'est ma vie ! C'est ma passion, j'ai besoin de la nature pour vivre". Le challenge est de bien garder cela en tête, tout en restant actif. "Je suis encore plus motivé pour m'impliquer davantage dans mon activité, mais d'une manière différente. Par exemple, je rêverais de partir en vélo non électrique pour rider tout autour des Alpes !

 




Accéder aux lignes en vélo électrique

Skier autour de chez soi d'accord mais encore faut-il y accéder, même si ce n'est qu'à quelques dizaines de kilomètres ! Vivian nous confie "Ça me trottait dans la tête depuis un moment, j'avais envie d'acquérir un vélo électrique pour accéder aux différents spots. Électrique, car c'est quand même nécessaire pour pouvoir faire ces sorties à la journée. Finalement le confinement m'a poussé à concrétiser mon idée ! On s'est mis de vraies missions en partant à 1 h du matin. On roulait pendant la nuit pour arriver en bas du sommet au petit matin !"

"Je prends beaucoup de plaisir à faire ça. Je redécouvre mon sport en ajoutant une activité en plus : le vélo. C'est quelque chose de se dire qu'après la descente de la journée, on a encore des bornes à faire en roulant pour rentrer ! C'est une nouvelle vision de la discipline. C'est parfait pour le printemps et l'automne, où il faut aller chercher la neige".

 




Avoir un regard différent 

"C'est un vrai voyage". Le skieur aborde sa pratique sous un autre angle : partir très tôt le matin, faire ses premiers pas dans la nuit, accéder à une atmosphère incroyable, vivre la montagne pleinement, en prenant le temps. "Partir du bas de la vallée pour aller jusqu'au sommet en savourant chaque étape de l'ascension, c'est un sentiment très différent que celui de se retrouver directement en haut grâce aux remontées mécaniques !"

Vivian insiste pour voir les pratiques sportives à travers un œil nouveau : "J'ai toujours passé beaucoup de temps en montagne et encore plus ces derniers temps. Plus j'y passe du temps, plus je découvre de nouvelles choses : être observateur et curieux nous permet de voir plus loin". Un randonneur qui a l'habitude de marcher autour de chez lui pourra le faire d'une autre manière : du mode fitness pour arriver en haut le plus vite possible, il peut changer pour être plus dans un mode d'explorateur essayant plusieurs chemins. L'idée de Vivian est bien de toujours redécouvrir le projet avec des itinéraires variés ou de façon différente.

 


S'offrir du temps

Pour réussir à changer ses habitudes, il faut se donner du temps. "C'est à l'inverse de nos vies actuelles. Aujourd'hui, on a de moins en moins de temps. Ce n'est pas si facile, c'est un vrai choix personnel" explique Vivian.

Il reconnaît que modifier sa pratique comme cela n'est pas chose facile : "Oui, c'est plus compliqué, c'est plus dur, il y a évidemment plus de dénivelé. Il faut accepter d'aller moins loin. C'est une vraie aventure. Tu ne combles pas un vide, mais tu te remplis".

Pour Vivian, on peut skier dans les Alpes à l'année ! "Si on est vraiment motivé, on peut tout faire dans les Alpes, c'est sans fin !". Cette motivation sans faille pour une difficulté accrue a pour conséquence toutefois de réduire le nombre de partenaires potentiels pour de telles excursions. "Je ne me prépare pas différemment mais l'activité est effectivement beaucoup plus dure, parce que l'on porte tout son matos, le sac est plus lourd et ce sont de grosses journées : 6h - 22h. Il faut être robuste, c'est vraiment des missions !"

Alors pour tous ceux qui ne se sentent pas de se lancer dans de telles "missions", Vivian a un conseil : "Il faut avant tout aimer la démarche de partir du bas. Cette année, par exemple, avec la fermeture des remontées mécaniques, tout le monde redécouvre le ski de rando ! Pour ne pas subir ce changement, il faut vraiment apprendre à l'aimer. Aimer cette approche différente. Une fois, il nous fallait faire plus de 4 km de ski de fond pour arriver sur la ligne. C'est pas le plus fun pour nous, mais on a appris à l'aimer : on l'a fait de nuit et c'était super bien ! Peu importe le niveau, on apprend donc à aimer les phases qui nous déplaisent d'habitude."

 


Une sortie de Vivian à partir de chez lui :

• "départ 1 h du matin de Vallorcine, 
• 2 h de vélo électrique avec le matériel sur le sac pour rejoindre le sommet des remontées mécaniques du Tour, 
• 1 h de marche pour rejoindre le refuge Albert 1er, 
• 2h30 de ski de rando pour aller aux aiguilles Dorées (Aiguille de la Varappe),
• 1 h d'ascension en alpinisme, 
• sommet, 
• 30 minutes de ski dans le couloir, 
• 1 h de ski de rando pour rejoindre le col supérieur du Tour pour glisser vers le refuge Albert 1er, 
• 1 h de marche pour rejoindre les vélos, 
• 30 minutes de ride à vélo pour rentrer à la maison faire un gros dodo...


Total : 9h30 à 10h à jouer dehors !"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

News associées