News - Petzl Makatea, quand la solidarité rencontre l’escalade - Petzl France
Chercher
Communauté Actus Makatea, quand la solidarité rencontre l’escalade

Makatea, quand la solidarité rencontre l’escalade

Makatea, une île singulière de la Polynésie, un cercle de corail surélevé d’une centaine de mètres, une eau turquoise, une faune et une flore très variées, un paysage de rêve… mais aussi une île exploitée et abandonnée au milieu des vestiges des mines de phosphate. Makatea prend aujourd’hui un second souffle avec le projet de collaboration entre l’association Maewan et les habitants de l’île pour un développement basé sur l’éco-tourisme mesuré grâce à la pratique de l’escalade.

12 Novembre 2019

Escalade

© PETZL Guillaume Broust

Une formation géologique unique anciennement surexploitée

Makatea est unique. L’île représente le plus haut atoll surélevé au monde, un cercle de corail qui par des jeux de plaques tectoniques est sorti de l’eau d’une centaine de mètres.

Makatea est une perle de Polynésie :

  • Seize kilomètres de falaise calcaire d’une qualité rare.
  • Une forêt endémique primaire, des grottes d’eau douce.
  • Un sol riche, des crabes de cocotiers.
  • Des coraux rares.
  • Une eau limpide.

L’île est cependant connue pour avoir été la plus grosse ressource financière du pays jusqu’en 1962. Pas moins de quatre mille personnes, des Polynésiens mais aussi de la main d’oeuvre venue d’ailleurs, ont travaillé pour l’exploitation d’un phosphate d’excellente qualité dont regorge ce morceau de terre de huit kilomètres de long. A cette époque, l’île s’est développée avec l’arrivée des travailleurs : des infrastructures ont vu le jour comme un hôpital, des commerces ou encore un port industriel. Du jour au lendemain, l’exploitation s’arrête du fait de la conjoncture internationale. La main d’oeuvre repart laissant cinquante-six habitants sur une île dont le tiers a été ravagé. Les bateaux de ravitaillement ne venant plus, la vie d’antan reprend son cours malgré le choc.

© PETZL Guillaume Broust

Un projet de développement d’éco-tourisme sportif et durable

Depuis peu, des grimpeurs ont découvert l’île et la qualité de ses falaises. C’est ainsi que Heitapu crée en 2018 le club Makatea Escalade et rencontre l’association Maewan. Le projet d’un développement d’éco-tourisme sportif à Makatea naît d’une concertation entre le club, l’association, le maire de l’île, et le directeur d’Acropol, une société de travaux en hauteur. C’est un projet de grande envergure qui nécessite un accompagnement soutenu afin d’être durable. De plus, ces activités liées à la verticalité demandent un savoir et un encadrement très spécifique. 

Le principal enjeu est d’adapter le projet aux souhaits des habitants et à la capacité d’accueil. Il faut également les faire adhérer, leur expliquer comment ils pourront tirer partie de ce mode de développement. Au départ, les autochtones restent sceptiques.

La pratique de l’escalade dans l’archipel n’est pas développée. L’association Maewan expose le projet au ministère des sports et de l’éducation polynésien, qui devient alors le principal partenaire et donne l’autorisation pour que l’association réalise des interventions dans les écoles polynésiennes. A Makatea, l’association Maewan sensibilise les enfants à l’équilibre fragile et rare qui existe sur leur île notamment sur les questions de préservation d’eau potable et de gestion des pollutions. L’objectif est aussi de leur donner envie de pratiquer et de connaître l’escalade grâce à des échanges avec des grimpeurs venus d’autres continents.

© PETZL Guillaume Broust

Une collaboration entre les locaux, les autorités, l’association Maewan et les grimpeurs

L’office du tourisme ainsi que le service des postes et télécommunications polynésiens s’impliquent également et installent une antenne relais. Des sociétés liées à la pratique de l’escalade prennent part au projet. C’est le cas de Petzl avec qui l’association peut discuter des problématiques de corrosion, d’accompagnement technique et de formation des membres du club Makatea Escalade. La fondation de l’entreprise met en place un dispositif de secours, des formations complémentaires et des kits de matériel de secours.

Afin d’ouvrir les voies et de développer des itinéraires d’escalade, une équipe internationale de grimpeurs venus du monde entier est regroupée. Tous les niveaux doivent être représentés. Les secteurs sont discutés avec les villageois : certaines falaises abritent des sépultures anciennes et sont sacrées, d’autres abritent des oiseaux endémiques, d’autres encore se trouvent au milieu d’une cocoteraie exploitée. Les choix sont faits en respectant leurs volontés. La question de sécurité et de secours de l’activité est une priorité. Toutes les ouvertures de voies sont décidées de manière à faciliter les évacuations éventuelles. Quatre grimpeurs du club Makatea Escalade suivent des formations aux secours avec la sécurité civile polynésienne qui accompagne le développement de l’île grâce à l’ouverture d’une antenne locale. 

© PETZL Guillaume Broust

Un début prometteur pour les années à venir 

Pendant la réalisation du projet, des liens se tissent avec l’ensemble des habitants. Néanmoins, une partie de la population ne voit toujours pas l’intérêt de tous ces efforts ou bien n’y croient simplement pas. Plusieurs rassemblements sont organisés pour échanger, les informer des avancements, répondre aux questions. Le plus important est de leur faire comprendre pourquoi leur île si familière et banale à leurs yeux est exceptionnelle et particulière. Les villageois sont encouragés à participer au projet. Des responsables locaux sont formés pour le suivi des équipements et l’entretien des sites. Peu à peu, les doutes et les méfiances se dissipent. Des stands de vente de produits locaux et d’artisanat sont organisés et tout le monde travaille pour créer le camping qui accueillera les deux cents polynésiens qui vont arriver pour le premier événement.

L’événement de lancement est un succès, tous les participants sont époustouflés par l’accueil, l'île, les activités sportives et la visite touristique des vestiges de la mine de phosphate. La réunion de fin avec tout le village est la récompense de tous les efforts : le projet de développement éco-touristique sportif est compris par tous, accepté et entériné. On parle déjà d’une deuxième édition ! 

Le voilier de l’association Maewan reprend alors sa route vers les mers du sud, pour de nouvelles rencontres, le sourire aux lèvres. L’association continue depuis sa base locale à soutenir le développement du club Makatea Escalade par la recherche de nouveaux partenaires pour écrire la suite de l’histoire.

© PETZL Guillaume Broust

News associées