Enzo Oddo

Enzo Oddo profile - Photo © Arnaud Petit
Enzo Oddo profile - Photo © Sam Bié

France

FRA
en-tête
Photo portrait: 
Enzo Oddo profile - Photo © Arnaud Petit
Date de naissance: 
22 février 1995
Lieu de résidence: 
Côte d’Azur (France)
Date d'entrée dans le Team Petzl: 
2010

Enzo, en pleine jeunesse…
 
«L’escalade, dès l’enfance ça m’a plu. Pourquoi ? Je suis né à Nice, il y a des rochers partout et pas de mauvaises saisons. Faire de l’escalade est quelque chose de facile. Mes parents faisaient de l’escalade. Dès les premières années, ils m’emmenaient au pied des falaises. C’est comme ma maison.
Jusqu’à l’âge de treize ans, j’aimais bien les falaises de la Côte d’Azur, mais maintenant, après tous les voyages avec le Team Petzl, le plaisir ici est moins direct pour moi.»

Colonne gauche

Mes paysages préférés ?
«Avec le Team, c’est tellement de nouvelles découvertes d’endroits originaux. On y va de façon originale, c’est-à-dire pour ouvrir des voies d’escalade. On est toujours isolé en pleine nature. Le plus-que-parfait pour moi, ce sont les blocs de Bishop, Millau, le Tarn, le Briançonnais, Entraigues, Roche de Rame. Je me sens bien avec ces montagnes. J’ai peut-être besoin de calme, de sérénité…»
 
Sentir que j’avance
«Ce qui me plaît dans l’escalade ? Je ne sais pas. Ça me plaît, c’est tout. Je n’ai aucune motivation à long terme. Mais sur le moment, c’est très fort. C’est un tout, comme quelque chose qui me recharge en énergie. Ce qui me plaît, ce n’est pas réussir une voie pour la réussir. C’est sentir que ça avance. C’est réussir à être bien dedans, comme dans une journée qui se passe bien, sans qu’on sache pourquoi.»
 
Dans le futur ?
«Je ne me pose pas la question. Je verrai bien. J’aimerais bien continuer à grimper le plus possible. Je ne me vois pas bosser dans le milieu de l’escalade jusqu’à la retraite. Ce n’est pas mon truc. Je n’ai pas envie de passer le Brevet d’État d’escalade, ou de monter une boîte d’entraînement, ou de formation. Mais en même temps, j’ai vraiment du mal à m’imaginer sans escalade. Pour le reste, j’ai confiance. Au début, ça a été difficile de négocier avec mes parents le fait d’arrêter l’école. Maintenant, ils me soutiennent. Un grand merci. Ils me demandent de faire dans la vie du mieux que je peux et d’amener du sérieux dans ce que j’aime faire. À l’aube des 17 ans, on peut quand même être un peu sérieux.»
 
Des difficultés, des contraintes ?
«Travailler là où je ne suis pas bon. Je dois m’imposer par exemple à faire de la continuité. Par ailleurs, je ne participe pas aux compétitions, donc je n’ai pas ces contraintes. Les compétitions prennent beaucoup trop de temps. L’escalade en salle n’est pas représentative de ce que je souhaite. C’est autre chose. Je n’arrive pas à m’exprimer sur du plastique. Pour moi, cela n’a rien à voir avec le sport en lui-même, pratiqué en pleine nature et en toute liberté.»
 
Dans la vie...
«Les gens dont je me sens le plus proche sont des grimpeurs. En ce moment, je ne côtoie que des grimpeurs et souvent des grimpeurs de 16 à 24 ans. Mon livre préféré est «Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire» de Jonas Jonasson. Mon film préféré est «A serious man» des frères Coen.»
 
L’anecdote d’Enzo
«Lors d’une soirée entre amis, en mars 2011, je dis à un copain non grimpeur, veux-tu grimper ? Il est d’accord. Aussitôt, je l’emmène sur un chantier voisin en haut d’une grue pour faire un pendule. Il n’a jamais enfilé un harnais de sa vie. Il est 3 heures du matin. Nous n’avons pas la permission. Nous n’avons pas de frontale, ni de casque. Nous avons juste seize ans. Nous avons une corde, un GRIGRI et une seule dégaine pour nous deux. Il met une demi-heure à monter chaque barreau. On voulait faire un grand ballant, comme au trapèze dans les cirques, mais au milieu de la flèche, il tombe, épuisé. Il a très peur. C’est la galère sur la grue. Charles est pendu comme un gigot. On est quand même encordé. Je suis déporté sur le côté. Je le descends en bas. Ça finit bien.»
 
Ils parlent d’Enzo :
Mike Fuselier
«Pour moi, Enzo est jeune donc totalement imprévisible et spontané. Partir grimper avec Enzo, c’est comme une boîte de chocolat, tu ne sais jamais sur quoi tu vas tomber... Pour les anecdotes, il y en a plein, mais il m’en vient une bien croustillante. La scène se passe à Cuba, dans une guest house. Lors d’une discussion à propos des films américains, Enzo souligne le courage de Jean-Claude Van Damme, qui est capable de recevoir une noix de coco sur les abdos, lorsque celle-ci est lâchée à 10 m de haut. Voulant lui faire vivre cette fantastique expérience et mettre son courage à l’épreuve, nous lui avons mis un bandeau sur les yeux et balancé quelques coups de bouteille d’eau sur sa puissante musculature abdominale. L’appréhension s’est rapidement transformée en chalenge et Enzo voulait savoir quelle puissance de tir il était capable d’encaisser. Le challenge a duré quelques minutes et Enzo a magnifiquement supporté la rafale de coups de bouteille... sur le moment. Mais le lendemain, on pouvait lire à travers les bleus la quantité d’impacts qu’il avait encaissé. «Ça fait les abdos et c’est bon pour le gainage» dixit Enzo. À bon entendeur...»
 
Aymeric Clouet
«À Taghia dans l’Atlas marocain avec Arnaud, lors d’une séance théorique avec travaux pratiques, on expliquait à Enzo les techniques de base sur la manière d’évoluer en escalade artificielle sur crochets à gouttes d’eau, les manipulations de sécurité et les remontées sur corde avec les poignées bloqueurs. Au bout d’un petit moment, Enzo a décroché, il n’écoutait plus, il n’était plus là et on a abandonné en se disant que l’on reprendrait plus tard. Juste après, on s’est aperçu qu’il avait tout compris. Enzo enregistre facilement, il intègre tout immédiatement avec en plus, une très grande mémoire. Ce garçon est génial.»
 
Nina Caprez
«J’ai un très beau souvenir d’Enzo quand on était à Cuba. Le titre pourrait être, un petit moment de psychanalyse. Le dernier jour, on est passé à la plage. D’habitude, Enzo n’est pas très tatillon au niveau ‘propreté des habits’. Mais ce jour-là, il a pris des habits de rechange tout propre pour l’après-plage. Il s’est mis tout clean pour reprendre le bus du retour. Sauf que nous, nous étions encore en maillots de bain et Cédric ne trouva rien d’autre à faire, que de lui gicler du coca sur ses habits. Vu la rareté de cet état pour Enzo (habits tout propre et blancs), le moment qui a suivi est excellent. Enzo a pété un plomb et a sorti cette belle phrase bien fort : «Mais putain, j’étais parfait !». Une phrase qui nous a bien fait rire et lui aussi d’ailleurs, une fois qu’il s’est rendu compte de ce qu’il disait. Voilà, «j’étais parfait», la phrase d’Enzo.»

Colonne droite
Diaporama Photos: 
Diaporama Videos: 

Video playlist featuring Enzo Oddo

Daila Ojeda

Daila Ojeda - © Sam Bié
Daila Ojeda - © Sam Bié

Espagne

ESP
en-tête
Photo portrait: 
Daila Ojeda - © Sam Bié
Date de naissance: 
30 juin 1981
Lieu de résidence: 
Catalogne (Espagne)
Formation: 
Préparation du diplôme de monitrice d’escalade
Statut actuel: 
Grimpeuse professionnelle
Date d'entrée dans le Team Petzl: 
2007

L’escalade est une forme d’apprentissage
«J’ai commencé à grimper à l’âge de 19 ans, après avoir assisté comme spectatrice à une compétition de blocs dans le village où je suis née. Ce fut un bouleversement dans ma vie. Avant, mes activités étaient orientées vers la mer, bodyboard et surf. J’étais toujours à la plage, ce qui est normal pour quelqu’un qui habite dans les îles Canaries. Mes amis de Gran Canaria m’ont appris que l’escalade était plus qu’un sport, un véritable style de vie. Cette expérience a réellement changé ma vie. J’ai déménagé. J’ai laissé temporairement l’île et je me suis installée en Catalogne, l’un des meilleurs endroits au monde pour grimper. Je suis passée d’un paradis maritime à un paradis de roche. J’ai toujours ressenti une énorme passion pour la nature en général. Aux Canaries, nous avons une grande culture de la mer et des espaces naturels. J’ai démarré le surf dès ma plus tendre enfance. J’ai toujours été reliée à ce genre d’activité, où les normes et les règles du jeu correspondent à une fusion entre la nature et moi-même.»

Colonne gauche

«L’escalade est la chose la plus importante de ma vie, ma famille exceptée. Grâce à l’escalade, j’ai rencontré mon compagnon, Chris. J’ai rencontré des personnes incroyables. J’ai connu des paysages que l’on ne peut pas connaître si on ne grimpe pas. Enfin, je me suis rencontrée moi-même. J’ai de la chance de pouvoir vivre cette découverte. Pour moi l’escalade est une activité physique spéciale, une forme d’apprentissage de l’absolu. Elle me tient en contact avec la nature. L’escalade m’apprend au quotidien à respecter l’environnement. Elle me permet de me retrouver moi-même chaque jour. L’escalade m’aide à combattre, à ne pas me rendre, ou abandonner facilement, à surmonter mes peurs. Ma spécialité est de savoir profiter des grandes voies qui demandent de la résistance. Ces voies me permettent de lutter et de m’investir plus.»
 
 
Mes lieux favoris
«En général, je préfère les lieux calmes, loin des grandes villes, où je peux écouter le silence. Mes paysages préférés sont sur l’île de Gran Canaria avec ses habitants à forte personnalité, avec ses vagues et ses odeurs de l’Atlantique, plus celles de la campagne espagnole et bien sûr mes souvenirs d’enfance. Il y a aussi Sant Llorenç de Montgai en Catalogne où je vis, avec ses incroyables parois qui n’en finissent jamais. Ma vie est tranquille et simple. J’aime prendre une tasse de café tranquillement le matin, me promener avec ma chienne, aller grimper avec Chris.»
 
Mon objectif
«Emmener grimper des jeunes dans les plus belles voies possibles et leur transmettre le respect de la nature.»
 

Colonne droite
Diaporama Photos: 
Diaporama Videos: 

Dani Andrada

Dani Andrada profile - photo © Stephan Denys
Dani Andrada profile - photo © Sam Bié

Espagne

ESP
en-tête
Photo portrait: 
Dani Andrada - photo © Keith Ladzinski
Date de naissance: 
15 juillet 1975
Lieu de résidence: 
Cornudella de Montsant (Espagne)
Formation: 
L’école de la vie
Statut actuel: 
Grimpeur professionnel
Date d'entrée dans le Team Petzl: 
2000

 
«Je grimpe depuis l’âge de 12 ans.
L’escalade a toujours été ma passion.
C’est devenu mon travail et heureusement l’une des choses qui me plaît le plus dans la vie.»

Colonne gauche

 
«Ma spécialité est l’escalade sportive et les grandes voies, avec bien sûr l’ouverture de voies extrêmes. J'ai équipé environ cinq cent voies à travers le Monde. Mais j’aime aussi l’escalade de bloc. J’adore simplement être dans la nature.
Mes lieux préférés pour l’escalade sont... en Espagne évidemment!»

Colonne droite
Diaporama Photos: 
Diaporama Videos: 

Chris Sharma

Chris Sharma profile - photo © Stephan Denys
Chris Sharma profile - photo © Bernardo Gimenez

USA

USA
en-tête
Photo portrait: 
Chris Sharma - photo © Stephan Denys
Date de naissance: 
23 avril 1981
Lieu de résidence: 
Sant Llorenc de Montgai (Espagne)
Statut actuel: 
Grimpeur professionnel
Date d'entrée dans le Team Petzl: 
1995

Grimper est pour moi un acte libérateur
«L’escalade est ma vie depuis l’âge de douze ans et mon chemin pour découvrir les plus beaux endroits du monde. Ma spécialité est d’ouvrir de nouvelles voies de plus en plus difficiles. Cette activité me donne un but dans la vie et canalise mon énergie. C’est ma façon à moi de faire partie de la société. C’est vraiment important pour ma progression en escalade de rester motivé et d’avoir l’impression de faire des choses nouvelles, de ne pas m’endormir sur mes lauriers... J’ai passé une super année à explorer d’autres facettes de l’escalade. En particulier, transférer mes acquis en falaise à la grande-voie. J’ai donc travaillé plusieurs projets de voies en plusieurs longueurs : l’une d’elle est proche d’où on habite et l’autre est à Majorque. Tout cela est nouveau pour moi. C’est une expérience complètement différente et c’est vraiment motivant de faire quelque chose qui est à la fois nouveau, tout en étant assez semblable. Je suis vraiment motivé pour donner cette nouvelle dimension à ma carrière de grimpeur, tout en continuant à travailler sur des projets en falaise. Le plus important en escalade, pour continuer à grimper pendant toute une vie, c’est de renouveler ta motivation, d’une manière ou d’une autre. La progression est un facteur-clé : essayer de devenir plus fort et de faire des voies dures. Ce qui est intéressant en escalade, c’est qu’on peut continuer à progresser non seulement en difficulté, mais aussi dans nos expériences, en voyageant vers de nouvelles destinations et en ouvrant de nouvelles voies. Le processus de faire la première ascension d’une voie et de découvrir une nouvelle ligne, c’est un immense sentiment de progression, même si ce n’est pas la voie la plus dure que tu aies jamais faite. Tu as quand même le sentiment d’apprendre et de progresser d’une certaine manière.»

Colonne gauche

Ton plus beau spot?
«Mon lieu préféré est la Catalogne espagnole. Je m’y suis installé en 2005 et je ne suis jamais reparti! Maintenant c’est chez moi. Cette région est étonnante avec un énorme potentiel pour ouvrir de nouvelles voies parmi les plus difficiles. J’ai l’impression que tous les 10-15 ans, les points stratégiques de l’escalade déménagent. Il y a 15 ans, la Mecque de l’escalade était ici, dans le sud de la France. Récemment, depuis quelques années, c’est en Espagne que ça se passe… c’est devenu une destination. C’est vraiment spécial là-bas. Pour moi, quand j’ai commencé à grimper en Catalogne, que j’ai rencontré Dani Andrada, il y a environ 6 ans, j’étais vraiment inspiré pour grimper dans des endroits comme Siruana, Margalef et de voir le potentiel dans d’autres falaises, telles que Oliana et Santa Linya. Il y a tellement de monde qui y passe, il y a toujours un renouveau de motivation. Et pour moi, c’est très bien, parce que, même si des fois la Californie me manque et je me sens loin de chez moi, je vois probablement mes amis et ma famille plus qu’avant, parce que j’ai un pied-à-terre. Beaucoup de monde viennent nous rendre visite et on a toujours des amis à la maison, entre septembre et mai.»
 
 
A part grimper?
«Comme autre activité, j’aime construire ma maison et travailler dans mon jardin. Mon style de vie pourrait se définir comme une sorte d’improvisation permanente. Ma devise est : être moi-même. Tout ce que je fais est connecté. Je souhaite être le plus authentique possible. Comme tous les athlètes du Team Petzl, je suis passionné de nature et je désire être le meilleur possible.»
 
Est-ce que tu te prépares différemment pour des voies de plusieurs longueurs que pour des voies plus courtes?
«J’ai encore tellement à apprendre quant au processus lié à grimper quelques-unes de ces grandes voies. Établir et équiper une nouvelle voie est beaucoup plus compliqué parce que tu es loin au-dessus du sol, et qu’une voie de 7 longueurs correspond essentiellement à 7 voies : établir ces nouvelles lignes implique donc une toute autre logistique et beaucoup plus de temps. Et bien sûr, quand vient le temps d’enchaîner, c’est stratégiquement beaucoup plus complexe. À mes yeux, ces deux styles de grimpe sont très complémentaires. Après avoir grimpé dans des voies de plusieurs longueurs pendant quelques jours, je suis à nouveau très motivé pour retourner essayer mes projets d’une longueur. Et de même, je vais essayer certains de ces projets vraiment durs qui sont à ma limite, que je travaille, qui sont peut-être côtés autour de 9b+ ; c’est difficile de maintenir ce niveau de motivation tout le temps, d’essayer des mouvements aussi durs ; d’où l’importance d’avoir plusieurs cordes à son arc et de grimper quelque chose de tout aussi difficile et motivant, mais d’une autre manière.»
 
Les voies de plusieurs longueurs difficiles sont-elles la prochaine étape de l’escalade avant-gardiste?
«À mes yeux, appliquer ce qu’on fait en falaise aux longues voies est une progression naturelle de l’escalade. Un peu comme pour le bloc : pendant pas mal d’années, j’étais vraiment focalisé sur le bloc et j’ai pu appliquer ces séquences gymniques aux voies en falaise. C’est donc une progression similaire: prendre tout notre vécu, amalgamer toutes ces expériences et les appliquer pour faire quelque chose de nouveau. Ça, ça me motive vraiment. C’est important de faire un peu de tout, de toujours renouveler son approche à l’escalade. Et aussi, après plusieurs années à ne pas avoir été axé sur le bloc, je me réjouis maintenant de recommencer à en faire un peu plus, pour renouveler mon engouement pour ce sport. En même temps, le bloc est vraiment à l’essence même de l’escalade de haute difficulté pour ces projets d’une longueur vraiment durs : je crois que me replonger dans le bloc est la solution pour progresser, travailler la force pure, faire de tout, et toujours essayer de recycler tes idées et ta motivation pour éviter de te lasser.»
 
Alors tu vas faire plus de bloc ?
«Une des choses que j’aime vraiment dans le bloc est le fait de pouvoir être vraiment spontané. Tu as tes chaussons dans ton sac à dos et c’est tout. C’est fascinant. Grimper des grandes voies demande quand même beaucoup plus de planification. Mais ce qui est intéressant, c’est qu’une des choses qui m’attiraient le plus avec le bloc était l’aspect spontané de pouvoir aller où tu veux. Seulement les blocs deviennent maintenant si hauts et les atterrissages si mauvais que tu as des fois besoin de 10 ou 15 crash pads pour un bloc. Dans ce cas là, c’est beaucoup moins encombrant d’avoir un sac à dos avec du matériel d’escalade et de grimper avec une corde. Il faut trouver le juste équilibre.»
 
Un message pour les jeunes?
«Je voudrais encourager les jeunes de partout qui grimpent depuis plusieurs années, ou qui commencent tout juste à grimper, en leur disant de se faire plaisir. Pour moi, l’escalade, c’est de trouver des voies de qualité et non pas forcément les gros chiffres. Ce qui compte, c’est surtout ton expérience et d’apprécier l’escalade. Je leur recommanderais de sortir et d’aller grimper sur toutes les supers voies qu’ils ont la chance de grimper. L’escalade est un sport tellement unique pour ça. C’est plus qu’un sport, c’est un style de vie, tu peux voyager et voir tant d’endroits magnifiques, rencontrer tellement de gens sympas, je crois qu’on a vraiment de la chance de faire partie d’un tel sport.»

Colonne droite
Diaporama Photos: 
Diaporama Videos: 

Chris Sharma featured videos - from BigUP productions
Video Chris Sharma
 
Video Chris Sharma
 
Video Chris Sharma
 
Video Chris Sharma
 
Video Chris Sharma
 
Video Chris Sharma
 
 

The Infinity Lane (100m-single pitch) flashed by Chris Sharma

 
 
Chris Sharma sends La Rambla in Siurana

 
 
Video playlist featuring Chris Sharma

Philippe Ribière

Philippe Ribière profile - photo © Tony Lamiche
Philippe Ribière profile - photo © coll. P.Ribière

France

FRA
en-tête
Photo portrait: 
Philippe Ribière - photo © coll. P.Ribière
Date de naissance: 
12 mars 1977
Formation: 
Baccalauréat comptabilité et Brevet de technicien supérieur assistant de direction
Date d'entrée dans le Team Petzl: 
2002

Mon évolution
«Jour après jour, je m’affranchis de mon handicap. C’est magnifique. En tout cas, il y a un sacré résultat. Merci l’escalade. Je suis né, déclaré à l’époque, avec le handicap du syndrome de Rubinstein Täby. Mais aujourd’hui, le diagnostic est changé, ce serait autre chose, un genre mutant, en attente des analyses officielles. Après de multiples opérations chirurgicales, mes parents adoptifs m’encouragent à pratiquer des activités sportives pour mon épanouissement. À six ans, je découvre l’escalade lors d’un séjour familial à Saint Gervais (France). Je redoutais la descente en rappel, car je ne savais pas si j’aurais assez de force pour tenir la corde. Le moniteur me fit descendre avec une sécurité de plus et je m’élançai dans le vide. Je me rappelle avoir paniqué, tout en étant heureux et fier de faire comme mes frères et sœurs. Arrivé au sol, mes jambes tremblaient terriblement et mon cœur s’emballait. »

Colonne gauche

Quelques années plus tard, je renouvelle l’expérience lors d’un camp d’adolescents
«Le vélo, le kayak, la randonnée et l’escalade étaient notre quotidien. En rentrant à la maison, j’étais enthousiaste à l’idée de m’inscrire dans un club de vélo. Par malchance, ou par chance, le responsable du club m’a refusé la licence sans aucun prétexte. Alors, je m’inscris dans un club d’escalade et deux ans après, j’arrive en finale aux championnats de France jeunes. Ce fut une expérience riche en émotions, car c’était mon premier voyage où le temps ne comptait pas. On rigolait, on se couchait tard, on mangeait mal. Et surtout nous étions libres. Il est possible que ce voyage ait influencé ma personnalité. Aujourd’hui, mon activité principale est l’escalade sportive avec une préférence pour le bloc. L’escalade m’apporte la confiance, l’assurance de sentir mes bras et mes jambes, la simplicité d’être dehors. L’escalade répond à mon besoin d’engagement. L’escalade donne un sens à ma vie. L’escalade me permet de me réaliser en tant qu’individu, d’accéder à un certain niveau social, de rencontrer les meilleurs grimpeurs, de pouvoir créer des événements pour personnes à mobilité réduite, grâce aux associations Handi-grimpe et Évolution Tour.»
 
 
Ma devise est précisément de ne pas en avoir
«Rien n’est difficile. Tout est une question d’acceptation et de perception. Le handicap est le plus beau cadeau que la nature a fait pour moi. M’affranchir de mes défaites est le meilleur moyen pour me révéler. Je n’oublie pas que je suis seulement un grain de sable dans l’univers. Mon objectif est de transmettre mon témoignage dans une seule direction, mais vers les quatre coins du globe, car je pense que je peux mettre ma petite pierre à l’édifice. Mon témoignage se résume ainsi : engagement, honnêteté, respect des valeurs sportives. Un de mes rêves est de progresser en photographie et de pouvoir capturer l’invisible.»
 
 
Mes rencontres
«Grâce à mes événements Handi-grimpe, j’ai rencontré des artistes du cinéma, de la chanson, ou de la mode. Un jour, lorsque je participais à un court-métrage, un musicien m’a demandé de participer à la bande-son. Au final, après un mois de travail, il m’a poussé sur une scène de concert et j’ai réalisé mon premier slam. Depuis, dès que l’occasion se présente, je monte sur scène pour slamer et jongler avec du feu.»
 

Colonne droite
Diaporama Photos: 
Diaporama Videos: 

The teaser of Wild One

 
 
The teaser of Evolution Tour

 
 
The video playlist featuring Philippe "Petitou" Ribière

Said Belhaj

Steve McClure profile - photo © Stéphan Denys
Said Belhaj profile - photo © John Evans

Suède

SWE
en-tête
Photo portrait: 
Said Belhaj - photo © collection Said Belhaj
Date de naissance: 
18 juin 1981
Lieu de résidence: 
Gothenburg (Suède)
Statut actuel: 
Grimpeur professionnel et musicien
Date d'entrée dans le Team Petzl: 
2005

L'escalade pour vivre
«Pour les grimpeurs du team Petzl, l’escalade est un mode de vie qui dépasse la passion. Nous la pratiquons quotidiennement et on en n’a jamais assez. C’est un style de vie qui ne peut pas s’arrêter, même s’il n’est pas toujours possible d’en vivre. Cette pratique est reliée à la vie, à la nature. Etre dehors à grimper tout le temps est assez proche de l’animal. Voyager, rencontrer des gens, partager ce qui n’existait pas encore la veille représente une valeur sociale infinie.
J’ai découvert l’escalade vers l’âge de 10 ans lorsque je grimpais encore aux arbres. Depuis, je grimpe, d’une façon ou d’une autre. J’ai fait partie de l’équipe nationale suédoise pendant 10 ans, on faisait des compétitions partout dans le monde. Comme je préfère être dehors sur le rocher, c’est difficile pour moi de grimper en salle. Aujourd’hui, je suis présent dans tous les domaines de l’escalade libre: bloc, falaise, compétition, grande paroi.»

Colonne gauche

Compétition et paradoxe
«Comme membre actif de l’équipe nationale suédoise, j’ai fini par me rendre compte qu’il faut beaucoup d’investissements pour créer une énergie positive au sein d’une équipe soudée. Particulièrement sociable, les gens autour de moi comptent vraiment. Je ne peux pas me rendre à une compétition seulement pour gagner et oublier le reste. Les bonnes compétitions sont celles qui engendrent une bonne énergie entre les concurrents, les organisateurs et le public. Le but en compétition est normalement de battre l’autre, d’être le meilleur. Mais comme j’ai beaucoup d’estime pour les autres, comme je les aide à être meilleurs et même à gagner à ma place, il y a une certaine contradiction à gérer.»
 
 
Escalade libre et à vue
«De manière générale, j’ai de bonnes sensations quand je grimpe à vue, à la limite de mes possibilités. Grimper sur du rocher dans des régions reculées de la planète, rend mon activité encore plus intéressante. A la réussite d’une voie après travail, je préfère celle d’une voie à vue car je peux me concentrer à 100 % sur le mouvement de l’instant et sur la difficulté de l’escalade. La richesse de l’escalade à vue est liée à la découverte, l’exploration. Il faut savoir réellement improviser. On découvre ce qui va se passer en même temps qu’on le fait, comme si on était acteur et spectateur en même temps.»
 
 
La dimension spirituelle
«Avant toute chose, l’escalade est pour moi, un prétexte à rencontrer différentes personnes et à voyager dans des endroits que je ne connaîtrais probablement pas autrement. Ensuite, j’adore l’aspect stimulant de ce sport et les différents défis qui vont avec. Quant à sa dimension spirituelle, c’est une sorte de méditation en mouvement qui m’emmène dans différents endroits de mon esprit. Ma vie est inspirée par l’approche mentale liée à l’escalade, la musique et les rêves. Mon objectif quotidien est de me créer une vie saine avec tout ce qui entoure l’escalade. Je préfère réaliser quelque chose qui enrichisse ma vie lorsque je ne grimpe pas. J’aime véhiculer cette idée qu’il existe plusieurs façons de vivre sa vie, pas seulement les clichés présentés par la société occidentale actuelle. Je fais plein d’autres choses, simplement parce que je ne peux pas grimper 24 heures sur 24. J’aime jouer de la musique, courir, rouler en vélo ou nager et quelques fois tout en même temps. J’aime aussi la danse, le qi-gong, la méditation, la photographie, les bons livres. Mon mentor le plus important est mon maître en musique, Christer Bothén, musicien hors norme, qui a presque soixante-dix ans et qui a toujours vécu pour sa passion.»
 
 
Un grand voyageur
«En tant que grimpeur, je me sens connecté avec presque toutes les roches du monde. Mais le lieu que je préfère pour l’escalade est la Catalogne en Espagne. L’expérience que me procure cette région est unique. J’ai beaucoup d’amis en Catalogne. Je peux y aller seul et retrouver par hasard, un ami pour grimper.
J’aime aussi grimper au Maroc, autant pour l’escalade que pour les soirées musicales d’improvisation et la bonne nourriture.»
 
 
Ma devise
«Il n’est jamais trop tard.»
 

Colonne droite
Diaporama Photos: 
Diaporama Videos: 

 
 
Video Playlist featuring Said Belhaj

Steve McClure

Steve McClure profile - photo © Sam Bié
Steve McClure profile - photo © Ben Pritchard

Royaume-Uni

GBR
en-tête
Photo portrait: 
Steve McClure - photo © Lafouche
Date de naissance: 
25 juillet 1970
Lieu de résidence: 
Sheffield (Royaume-Uni)
Statut actuel: 
Formateur, entraîneur, équipement de voies, écrivain, conférencier
Date d'entrée dans le Team Petzl: 
2000

Je préfère les falaises près de chez moi
«Je suis principalement spécialisé dans l’escalade sportive et probablement meilleur dans les voies techniques et courtes que dans les grandes voies. Je préfère les voies près de chez moi. J’ai naturellement adopté ce style de vie, car enfant, j’étais toujours parti avec mes parents qui étaient grimpeurs. Je n’ai jamais vraiment choisi cette vie. Je savais tout simplement que c’était la mienne. Etre dehors dans la nature et grimper fait tout simplement partie de cette vie. Au début, je grimpais en terrain d’aventure. Je progressais vite et j’avais du mal à trouver des voies en style traditionnel. Depuis, l’escalade sportive me permet d’expérimenter le côté physique tout en conservant les avantages d’être dehors avec des amis. Mon métier est l’escalade. Je travaille localement chez moi. J’ai un lien spécial avec l’escalade de mon pays. Je pense qu’il faut aimer l’endroit où l’on habite.»

Colonne gauche

J'aime mon pays
«Il y a tant d’endroits où j’aime être. J’ai une relation différente avec chacun d’entre eux. Je vis à proximité de lieux d’escalade magnifiques dans un environnement agréable, près des villes mais avec une sensation d’éloignement. Je passe beaucoup de temps ici. J’aime aussi les endroits plus perdus de l’Angleterre, de l’Ecosse et du nord du Pays de Galles d’une incroyable beauté, loin des gens. Etre là est salutaire, la force de la nature est incroyable. C’est une aventure à savourer. Je passe également du temps sur les autres falaises européennes: Rodellar, Teradettes, Verdon, Buoux, Ardèche, Osp, Arco. Parmi ces falaises, le Verdon tient une place spéciale dans mon esprit, car je suis souvent allé là-bas étant enfant, dès l’âge de quatre ans. Je ne grimpais pas, je jouais dans les ruisseaux. Puis à seize ans, j’y ai fait un séjour de deux mois qui a sûrement été un tournant dans ma vie de grimpeur. Quand je retourne dans le Verdon et que je n’y suis pas allé depuis longtemps, j’arrête la voiture au Belvédère et rien n’est plus beau que cette vue du bord, les sensations, l’odeur, les sons, l’air qui remonte vers moi et cette vision d’une roche grise parfaite, présente partout.»
 
 
Un partenariat professionnel
«J’ai travaillé comme ingénieur pendant sept ans, assis derrière un bureau à faire du travail de conception. J’ai l’esprit d’ingénierie. Cela m’aide probablement en escalade. Quoi qu’il en soit, ce style de vie n’était pas fait pour moi. La répétition des journées et l’ambiance au bureau ne me convenaient plus.  Maintenant, je suis très impliqué dans l’escalade. Ma vie est flexible et mon travail est diversifié. J’arrive à un point où je n’ai plus besoin de chercher du travail, il vient vers moi à un rythme accéléré. Equiper des voies, encadrer, former, donner des conférences, écrire... Tout ça n’est pas très bien payé mais j’aime ce que je fais. J’ai de la chance de pouvoir choisir mes missions et privilégier les lieux et les personnes avec qui je travaille. J’ai des contrats réguliers pour équiper des voies et dans ces cas-là, j’habite chez des amis. Je travaille dur mais je m’éclate.»
 
 

Le désir d’aller jusqu’au bout
«J’ai beaucoup d’énergie à consacrer aux choses que j’aime. L’énergie va habituellement de pair avec la ténacité, le désir d’aller jusqu’au bout. En escalade, il faut tenir. J’ai cette ténacité qui consiste à tout donner et plus je donne, plus je réussis. J’aime aller au maximum de ce que je peux faire. «Le verre est à moitié plein». Telle est ma devise. Lorsque l’on tient une mauvaise prise que l’on pensait meilleure, se dire que la prise est vraiment pourrie n’engendrera que des sentiments négatifs. Il vaut mieux se dire que la prise n’est pas si mauvaise.»
 
 
Le futur décliné au présent
«Je ne me projette pas dans l’avenir. Je n’ai pas de retraite, ni de sécurité d’emploi. Et pourtant j’ai un enfant. Est-ce irresponsable? Peut-être, mais je suis comme ça. Jusque-là, ça a marché, les choses se sont bien goupillées. Je pense qu’on fait son propre bonheur en travaillant dur et en ne trichant pas. Je n’ai jamais rien eu pour rien. J’aime ma vie telle qu’elle est. Je ne ressens pas le besoin de partager mes expériences passées avec les autres, c’est derrière moi. Cependant, il est important pour moi de partager ce que je vis au moment où je le vis.»

Colonne droite
Diaporama Photos: 
Diaporama Videos: 

Video by Posing Productions
 
 

Video by Posing Productions
 
 
Video playlist featuring Steve McClure :

Dave Graham

Dave Graham profile - photo © Tony Lamiche
Dave Graham profile - photo © Sam Bié

USA

USA
en-tête
Photo portrait: 
Dave Graham - photo © Sam Bié
Date de naissance: 
10 novembre 1981
Lieu de résidence: 
Boulder, Colorado (USA)
Statut actuel: 
Grimpeur professionnel
Date d'entrée dans le Team Petzl: 
2008

Un accomplissement
«À 15 ans, j'ai commencé à grimper dans une salle d’escalade, puis j'ai fait du bloc et des voies d’escalade sportive. Un jour, je me suis rendu compte à quel point il y avait beaucoup de rochers dans le monde. J’ai pensé immédiatement que c’était l’outil le plus efficace pour être heureux. Bizarrement, je ne savais pas, avant de commencer, que l’escalade allait remplir ma vie. Je voulais aller à l’université, être joueur de hockey et monter un groupe punk. L’escalade est devenue une extension de moi-même. L’escalade enrichit ma vie en m’offrant une connexion, avec une partie de moi-même, pleine de passions et une connexion à des milliers de personnes ayant le même état d’esprit.»

Colonne gauche

Onze années de voyage ininterrompu en Europe
«Au fur et à mesure de ces années, j’ai été attiré par l’apprentissage des langues étrangères. Ce fut une façon d’élargir mon horizon et mon sens de la réalité. Mon objectif était d’aller toujours de l’avant. Ma motivation de grimpeur professionnel a été de refaire les voies, que m’ont inspiré les articles et photos de presse, puis de continuer à développer ces secteurs. Je suis passionné par l’interprétation des lignes, le nettoyage des blocs, l’ouverture de voies. Mes endroits préférés dans le monde sont les Alpes et la région de Montpellier en France, le Valais et le Tessin en Suisse, la Catalogne en Espagne. J’ajoute la côte Est des États-Unis, où j’ai grandi et le Colorado où j’habite actuellement.

Tous ces lieux m’ont influencé. Les personnes, qui vivent dans ces régions, ont forgé mon caractère et m’ont appris de nombreuses choses sur moi-même. Jeune américain, j’étais très connecté à l’océan et aux régions de pêche près de chez moi. En grandissant, j’ai compris clairement où mon cœur voulait m’emmener. Mes intuitions m’ont conduit dans les Alpes, où les paysages m’ont offert une incroyable inspiration du point de vue énergétique et artistique. De retour aux États-Unis, j’essaie d’utiliser tout ce que j’ai appris à l’étranger pour apprécier encore plus d’où je viens. Je me sens à nouveau inspiré. J’installe de nouvelles connexions. Je fonctionne comme cela. C’est un chantier perpétuel, en constante évolution.»
 
 
 
Des journées entières consacrées à la recherche sur la gestuelle de l’escalade
«Je consacre beaucoup d’énergie pour la découverte de nouveaux endroits, qui vont m’obliger à rechercher de nouveaux mouvements. C’est extraordinaire d’observer ces nouvelles voies, où je peux expérimenter des idées qui ne correspondent pas encore à la réalité. Passionné, l’escalade me semble la plus créatrice des activités sportives. Mon inspiration arrive en continu et de manière un peu chaotique. Ceci m’amuse et me donne l’énergie pour lancer les processus de réalisation de mes rêves. Si je veux réussir, je dois être ouvert, déterminé. Je suis assez dans l’obsession. J’aime poser beaucoup de questions et en découvrir les réponses. Je réserve des journées entières, dédiées au déchiffrage de mouvements.»
 
 
 
La création de ma société The Island, est un virage dans ma vie.
«Les objectifs de cette société sont :

  • créer un rendez-vous de l’information pour communiquer des expériences de grimpeurs,
  • créer une plate-forme d’émulation pour une communauté internationale croissante,
  • continuer la formation des grimpeurs,
  • expliquer le style de vie des grimpeurs aux personnes qui ne grimpent pas,
  • développer de nouveaux secteurs d’escalade, en visant un niveau de voies 9b+ et 9a en bloc,
  • incarner ma dimension artistique de l’escalade,
  • explorer les opportunités des grimpeurs professionnels en général,
  • produire des films, explorer l’expression de la photographie et le pouvoir des mots,
  • utiliser au maximum les moyens offerts par le Web, les ressources du réseau Internet,
  • travailler à travers le monde avec une équipe de haut niveau : Jon Cardwell, Cooper Roberts, Daniel Andrada, Chris Sharma, Chad Greedy, Joe Kinder, Luke Parady, Jamie Emerson et Daniel Woods...»

 

Colonne droite
Diaporama Photos: 
Diaporama Videos: 

Dave Graham sends "Les Arts du vide" in Kalymnos

 

 
Dave Graham sends "Baston à la maison" in St-Géry

 
 
The video playlist featuring Dave Graham

Florence Pinet

Florence Pinet profile - Photo © Florence Pinet
Florence Pinet profile - Photo © Sam Bié

France

FRA
en-tête
Photo portrait: 
Florence Pinet profile - Photo © Florence Pinet
Date de naissance: 
3 mars 1986
Lieu de résidence: 
Provence (France)
Statut actuel: 
Auxiliaire puéricultrice
Date d'entrée dans le Team Petzl: 
2009

Repousser les limites
 
«Je suis une grimpeuse qui aime avant tout prendre du bon temps, en falaise, dans un joli cadre entre amis.
J’aime repousser mes limites, réaliser des voies magnifiques pour la gestuelle et la lecture de l’itinéraire. J’aime l’escalade, en général, couennes, blocs, grandes voies et particulièrement l’escalade «à vue».
Tant que ça grimpe, c’est parfait !»

Colonne gauche

«Ma falaise préférée est Buoux en Provence dans le Sud de la France. J’ai débuté à l’âge de six ans. Je grimpais sur tout ce qui dépassait. Depuis, je n’ai jamais décroché. J’ai toujours fait beaucoup de sport et j’ai besoin de ça. Je n’aime pas être enfermée. J’adore la nature et j’y passe le plus de temps possible. J’aime le côté sauvage, le partage, la combativité, la réalisation d’un long mur vertical comme «Infinity Lane» dans les gorges de la Jonte lors d’un Petzl RocTrip à Millau (France).»
 
 
 
«Lorsque je suis sur le rocher, j’adore me concentrer sur mes sensations et mon feeling, plutôt que de suivre une soi-disant méthode. J’aime me fondre dans cet élément. Ce qui m’intéresse, ce qui me motive le plus, c’est la variété des mouvements qu’offre chaque ligne et la réaliser selon ma combinaison propre. Je suis attentive à trouver quelque chose de nouveau en chaque endroit.

 
Pour réussir dans ce que j’ai choisi, je mets toute mon envie et ma détermination. Selon cette règle du jeu, pour ne pas dire règle de vie, ma devise est : le plaisir avant tout. Mon rêve est de voyager pour grimper les plus belles voies du monde, mais aussi pour découvrir tout ce qu’il y a sur Terre.»
 

Colonne droite
Diaporama Photos: 
Diaporama Videos: 

Michaël Fuselier

Michaël Fuselier profile - photo © Boris Stephan
Michaël Fuselier profile - photo © Lafouche

France

FRA
en-tête
Photo portrait: 
Michaël Fuselier - photo © Tony Lamiche
Date de naissance: 
4 janvier 1981
Lieu de résidence: 
Grenoble (France)
Formation: 
Licence en commerce, brevet d’état d'escalade
Statut actuel: 
Entraîneur du club Maurienne escalade, ouvreur national pour les compétitions
Date d'entrée dans le Team Petzl: 
2005

Premier sommet
«Ma première séance d’escalade fut l’ascension d’un sommet et pas n’importe lequel. J’ai découvert l’escalade avec Jean Bonin, un très bon ami de la famille, qui m’a emmené pour l’ascension du Mont Aiguille (Vercors France) par la voie classique, en 1995. J’avais 16 ans. Comment cette passion a-t-elle pu naître ce jour-là? Le Mont Aiguille correspond à ma conception du sommet. Le Mont Aiguille est très important pour moi. D’ailleurs, je n’aime pas employer le mot sommet, je me refuse de voir un sommet comme un plafond, que l’on ne pourrait dépasser. Le Mont Aiguille est aussi le début de mes souvenirs de grimpeur, ma première corde offerte par ma mère, des kilomètres avec une vieille mobylette pour aller grimper autour de Grenoble.»

Colonne gauche

Vers le neuvième degré
«Une citation de Marc Twain me touche particulièrement : «Tout le monde savait que c’était impossible, quelqu’un est arrivé mais ne le savait pas, et il l’a fait». L’escalade en compétition m’a apporté beaucoup sur le plan sportif et humain. J’ai appris la rigueur et la combativité à l’entraînement. J’y ai rencontré de nombreuses personnes aux caractères et tempéraments bien trempés, notamment Laurent Boudier, mon entraîneur, qui m’a transmis une certaine vision de l’escalade et de la vie en général. Mon entraînement se résume en quelques mots : persévérance, rigueur, engagement, curiosité et passion. Concrètement, je pratique régulièrement la course à pied pour l’effort de continuité et de dépassement que cela demande, avec la sensation de fatigue qui s’en suit. La solitude de la course à pied est excellente pour laisser filer les pensées, contrairement aux séances de bloc où l’on n’est jamais seul. Je reste boulimique du caillou. Je suis toujours à la recherche d’un nouveau bloc, ou d’une nouvelle ligne, car je sais que j'ai encore beaucoup à apprendre et à découvrir. Le challenge du neuvième degré reste très présent dans ma tête.»
 
 
Découvrir, transmettre, s’enrichir
«La recette d’une vie parfaite consiste à trouver un certain équilibre. La vie pour un grimpeur, n’est pas forcément un « long fleuve tranquille ». Il y a des milliers de tiroirs à ouvrir et à fermer, un peu comme les bonnes et moins bonnes prises sur une paroi qui apparaissent et disparaissent au fur et à mesure que l’on progresse et qui s’enregistrent dans notre mémoire. J’aime ce sentiment d’appartenir à une sorte de tribu, un groupe d’individus qui se ressemblent par leur approche de l’activité, leur rapport à l’environnement et au respect mutuel de certaines règles. J’aime ce côté tribu qui gravite autour de l’escalade, le fait de partir avec des amis toutes générations confondues, sur de nouveaux spots, les découvrir ensemble et y prendre chacun son propre plaisir.
Aujourd’hui dans mon job d’entraîneur, je transmets aux jeunes un certain héritage de mes expériences vécues. Transmettre est une question de bon sens. C’est même un devoir. J’essaie de témoigner, d’expliquer et de partager le plus de choses possibles avec un maximum de gens. J’aime construire, matérialiser des idées, m’inspirer des expériences vécues. Je prépare l’itinéraire d’une voie un peu comme un menuisier fabrique ses meubles. D’ailleurs, j’adore travailler le bois.»
 
 
Voyager
«Je n'ai pas un paysage préféré mais plusieurs. Ils sont variés et totalement différents. Aux États-Unis, j’ai beaucoup aimé les spots comme Smith Rock, Red River Gorge. Par ailleurs, c'est extraordinaire pour moi de vivre quelques journées à Hampi en Inde ou encore dans les déserts d'Algérie et du Tassili. C'est étonnant d'aimer des endroits autant opposés, mais pour moi, ils forment un tout. Ces paysages minéraux, avec leurs faunes et leurs flores, offrent un spectacle unique et inoubliable. Ce sont des lieux qu’il faut découvrir pour comprendre leur fragilité et leur vulnérabilité. Les habitants de ces lieux ont tous leur propre culture et leur vision de la vie. C’est enrichissant de côtoyer des personnes qui ont grandi et évolué dans un milieu totalement différent du nôtre, je suis vraiment ouvert à ce genre de rencontre.»
 
 
A la recherche du vrai
«Si tout était réalisable, je voyagerais sans limites quel que soit l’endroit où je me trouve dans le monde. Je voyagerais dans le temps et j’irais voir de mes propres yeux les personnages et lieux qui ont marqué l’histoire de notre monde, comment, pourquoi et surtout ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas. Ma vie est une remise en cause permanente de ce qui est écrit. Je veux aller voir à la base, par moi-même, si c’est vrai. Je veux rester moi-même, vivre les choses, vivre la nature au jour le jour, expérimenter loin de la théorie, avec ma méthode et tout mon métier, laisser faire, digérer, reprendre, vérifier et trouver à travers ce vécu la plus grande pertinence possible. J’adore analyser et trier mes expériences, bonnes ou mauvaises. Dans le présent, plus je varie les sites de grimpe, plus je rencontre des grimpeurs, plus je brasse des idées et contradictions, plus je commence à concevoir ce qui pouvait paraître inconcevable. J’ose davantage, je m’inspire des autres et plus je découvre, plus j’ai de la curiosité pour aller plus loin.»

Colonne droite
Diaporama Photos: 
Diaporama Videos: