En haute montagne, dans des circonstances exceptionnelles, le secours se déroule parfois de nuit. Dans ce cadre difficile, les frontales de la gamme ULTRA de Petzl sont devenues partie prenante à part entière de ces secours.

 

Exemple grandeur nature :

Francis Claudon, adjudant-chef au PGHM  (Peloton de Gendarmerie de Haute Montagne) de Chamonix, revient sur un sauvetage rare. De nuit. Seul. Dans les Grandes Jorasses. Interview…

Francis Claudon

"Comment s'est engagée cette opération ?
De jour, en fait (rires). C'était le 21 juillet dernier, en fin de journée. Nous menions déjà des opérations au Géant et au refuge Albert Premier quand, vers 18h45, nous avons reçu un appel émanant d'une cordée qui avait essuyé un violent orage dans la Walker. Ils avaient déjà passé une nuit dans la voie. Ils étaient trempés, et visiblement choqués de la violence des conditions rencontrées. Ils ont demandé à être évacués. Nous avons fait une reconnaissance visuelle. Ils étaient 250 mètres sous le sommet. L'hélicoptère, malgré des conditions très moyennes, a réussi à me treuiller au relais. J'ai procédé à la préparation des deux alpinistes pour l'évacuation. L'hélico est revenu. On a fait plusieurs essais mais sans succès. Les conditions météo se dégradaient très rapidement. Il était 20 heures…

A partir de là, le secours devient… de nuit ?
Il faisait encore clair à ce moment là. J'ai appelé notre prévisionniste à la radio, pour avoir les dernières prévisions. Il m'a annoncé 80 km/h de foehn et une grosse perturbation pour les prochaines 48 heures. Pas vraiment fameux ! Plus question de compter sur l'hélico. Ma décision a été vite prise : il ne restait plus qu'à sortir, ensemble, par le haut. C'est ce que j'ai fait. J'ai trié le matériel disponible, et vers 21 heures, j'ai commencé à grimper en tête. J'ai tiré les 5 longueurs. Ils me rejoignaient au relais. A minuit, nous étions tous au sommet des Jorasses. Il y avait un peu de vent et du brouillard. Ils avaient froid. Ils étaient épuisés. Je me suis dit : « on bouge, on descend ». Vers 4 heures, nous avons commencé à voir les lumières de Courmayeur. Nous étions sous les nuages. Et vers 5h30, aux premières lueurs, les secours italiens nous ont récupérés en hélico, 200 mètres au dessus du refuge Boccalatte. Secours terminé.


Grandes Jorasses
1000 mètres de descente, de nuit, sur un itinéraire déjà complexe de jour : ça se passe comment ?
L'essentiel, c'est de ne pas se planter dans l'itinéraire. Après, bien sûr, de nuit, les manœuvres de cordes, ou les vérifications des ancrages, demandent par exemple une toute autre attention. Et là, effectivement, disposer d'une super frontale, sur l'éperon Walker, ou pour trouver les rappels, les traces sur glacier, c'est une vraie plus value pour nous.... La puissance de l'éclairage permet vraiment de travailler autrement. En théorie, j'aurais dû les faire passer devant moi, par exemple. Mais un : ils ne connaissaient pas l'itinéraire ; Et deux : j'étais le seul à disposer d'un éclairage adapté ! On va tout simplement plus vite, plus précisément et c'est donc beaucoup plus de sécurité. Le faisceau d'une ULTRA, sur ce type de descente, c'est vraiment un tout autre monde…


Vous emmenez ces frontales dans toutes vos interventions, désormais?
Au PGHM, elles font partie du matériel collectif. Comme d'autres matériels, nous avons le choix de les emmener ou pas, selon nos besoins, en plus des 15 kilos de nos sacs de secours standard. Sur ce sauvetage, j'ai eu le réflexe de la prendre, alors que nous étions au départ, en condition de jour. Mais ce n'est pas non plus un hasard : disons qu'à partir d'une certaine heure, ou en hiver quand les jours sont courts, on a plus idée de partir sans ce type de frontale. Quand on sait qu'on risque de marcher de nuit, pour récupérer ou redescendre quelqu'un, là, clairement, c'est sans question : on les prend…"

 

 

 

 

 


Les Grandes Jorasses



Lampes frontales ULTRA : conçues pour un usage intensif et une puissance d'éclairage maximale.

 


Training with UTLRALes lampes frontales de la gamme ULTRA sont destinées aux activités les plus exigeantes nécessitant simultanément un éclairage de très longue portée et large, indispensable pour anticiper les obstacles et progresser rapidement.

Ces lampes bénéficient d'un rapport poids/puissance exceptionnel (jusqu'à 350 lumens.)

Les différents modes d'éclairage sont sélectionnés de manière intuitive, grâce au bouton rotatif qui se manipule très facilement, y compris avec des gants.

La technologie lithium ion de l'accumulateur permet d'obtenir un éclairage régulé de forte puissance, tout en limitant le poids de la lampe frontale.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
  Entrainement de nuit avec des lampes ULTRA.