Switzerland

Ueli Steck

Ueli Steck profile - © photo coll. U.Steck
  • 4 octobre 1976
  • Ringgenberg (Suisse)
  • charpentier
  • alpiniste professionnel
  • 2007

L'état d'esprit de l'escalade
«J’ai grandi près des montagnes. J’ai commencé à grimper à douze ans. Puis j’ai découvert les parois en autodidacte, ce qui a représenté un gros défi. 
L’alpinisme est une parfaite école de pensée.
Les règles sont simples et très claires. J’aime ça, c’est très facile à comprendre. Si vous n’emportez pas un sac de couchage suffisamment chaud, vous aurez froid. Si vous n’êtes pas assez fort, vous ne réussirez pas l’ascension. Pour moi, il est important de partager le bon esprit de l’escalade. J’aime être avec des gens qui font attention à la façon dont ils grimpent. Le style, l'attitude, la manière dont les ascensions sont réalisées, ont de l’importance.»

Une construction vers l'excellence
«Je suis un grimpeur polyvalent. J'adore le rocher et aussi la glace. Mais mon principal objectif est d'être à l'aise sur des montagnes imposantes comme par exemple en Himalaya et au-delà même, être à l'aise dans n'importe quel milieu dans lequel je me trouve (du plus facile au plus extrême). J’aime le défi par rapport à moi-même et par rapport à la nature, pas du tout par rapport aux autres grimpeurs. Mon principal problème est de trouver l’équilibre entre danger et recherche de la difficulté. Cette démarche ressemble plus à un jeu, car la réflexion porte sur le comment juger ce «mix» et non pas sur le pourquoi je risque ma vie. J'accepte une prise de risque élevée, mais avec un grand contrôle de moi-même. Cette affaire de «maîtrise» dans un milieu non maîtrisable n'est pas facile à gérer. À plus forte raison, dans mon optique himalayenne, où il faut être rapide, le plus souvent à vue et dans des passages de plus en plus difficiles. Il s'agit pour moi d'une construction vers l'excellence. Tout en aimant foncer tête la première, je suis heureux de vivre de manière plus intense. C'est en forgeant que l'on devient forgeron. De même un grimpeur devient himalayiste étape par étape. Pour pouvoir penser aux records de vitesse en solo, je dois progresser en même temps en technique de rocher et sur glace, mais surtout en endurance. Je m'entraîne pratiquement tous les jours au-dessus de chez moi, en course à pied, ou en randonnée à ski, avec à chaque fois 1600 m de dénivelé.»

 
 
Himalaya
«J’aime beaucoup le Népal et l'Himalaya. Ce sont de vraies montagnes. J’aime être là-bas. Nous devons marcher plusieurs jours pour arriver au camp de base. Il n’y a pas de voiture. Si nous voulons visiter un lieu, ou rendre visite à quelqu'un, c’est à pied. J’aime la culture de ce pays. Les gens sont si positifs, même lorsque leur vie est vraiment dure. D'ailleurs, en général, j’aime les gens qui ont beaucoup de caractère. Les gens qui choisissent leur propre voie. Pas ceux qui suivent les autres.»
 
 
Progresser encore
«J’ai besoin de me ressourcer régulièrement et de passer un peu de temps à la maison, juste pour quelques instants de calme et pouvoir me concentrer sur un rêve, mais je suis assez déterminé. Si j’ai une idée, je fonce. Ma principale source d'inspiration est ma soif d'apprendre. La connaissance offre la liberté. Pour avoir cette connaissance, il faut apprendre. Pour être libre, il faut être à l'aise et pour être à l'aise, il faut s'entraîner souvent laborieusement. Pour acquérir une polyvalence à haut niveau, il faut comprendre l'activité à fond, il faut être passionné et surtout il faut accepter de se retrouver quelquefois comme élève, ou débutant, pour continuer à apprendre encore. Ceci dans le cadre de disciplines complémentaires et plurielles même si l'objectif est unique: réussir.»
 
 

Ma devise
«Tout ce que je peux imaginer, peut devenir possible».
 

picto plus Réalisations marquantes

Alpinisme
- Face Ouest du Pumori (Népal) (7161 m) avec Ueli Bühler, 2001.
- Mont Dickey (Alaska) 2001.
- Face Nord de l’Eiger (Suisse) «The Young Spider» avec Stephan Siegrist, 2001.
- Face Nord du Jannu (Népal) deux tentatives en 2003.
- Face Nord de l’Eiger (Suisse) «La Vida es Silbar» en libre avec Stephan Siegrist, 2003.
- Faces Nord de l’Eiger, du Mönch et de Jungfrau (Suisse) enchaînement en moins de 25 h, 2004.
- Wendenstöcke (Suisse) «Silberfinger» et «Pilier Excalibur» en solo, 2004.
- Face Nord de l’Eiger (Suisse) en solo hivernal, 2004.
- Face Nord du Cholatse (Népal) (1500 m / 6 440 m) première ascension solo en 37h, 2005.
- Face Est du Tawoche (Népal) (6 505 m) première ascension solo, 2005.
- Face Nord de l’Eiger (Suisse) «The Young Spider» seconde ascension et première en solo, 2006.
- Face Nord de l’Eiger (Suisse) «Via Diretissima» 2006.
- Pic Est du Gasherbrum II (Pakistan) «Magic Line» (7710 m) 2006.
- Face Nord de l’Eiger (Suisse) «Heckmair» solo en 3h 54mn, 2007.
- Face Ouest du Pumori (Népal) (7 161 m) solo en 24h aller/retour, 2007.
- Face Nord de l’Eiger (Suisse) record de vitesse en solo en 2 h 47 mn 33 s, le 13 février 2008.
- Face Nord du Tengkampoche (vallée de Khumbu, Népal) «Checkmate» (2000 m / altitude 6500 m / VI/85, glace M7+ / 6A0) avril 2008. Ueli Steck et son compagnon de cordée Simon Anthamatten remportent pour cette première ascension, le Piolet d’Or 2009.
- Grandes Jorasses (Massif du Mont-Blanc) «Colton Macintyre» (record de vitesse 2 h 21 mn) 2009.
- Face Nord du Cervin (Italie) (record de vitesse 1 h 56 mn) 2009.
- Yosemite (USA) «Golden Gate», «California Sun» 2009.
- Gasherbrum II (Pakistan) (8035 m) 2010.
- Makalu (Népal) (8485 m) 2010.

picto rss Informations supplémentaires

Publications
National Geografic: "Solo" Ueli Steck, 2005.

National Geografic: "Speed" Ueli Steck, septembre 2010.
 
 
Livre
"Der Alleingünger" Ueli Steck : Gabriella Baumann von Arx, éditeur Wörteseh, édition allemande, 2006.
 
 
Site internet
http://www.uelisteck.ch

picto photo Photos

picto video Vidéos

This video is part of the ReelRockTour - video courtesy of Mountain Hardware
 
 

Video playlist featuring Ueli Steck
Watch Ueli sending "the Secret" (X, 10) during the Scottish Ice Trip in Ben Nevis

 

Ueli Steck sends "The Secret" (X, 10) onsight - photo © Tony Lamiche