France

Sam Beaugey

Sam Beaugey - Photo © Collection S.Beaugey
  • 3 juin 1971
  • Chamonix
  • ENSA école nationale de ski et d’alpinisme de Chamonix
  • Guide de haute montagne
  • 2000

J’ai découvert ma vie en grandissant en montagne
«Mon père, guide de haute montagne, m’a fait découvrir sa montagne. Cette activité continue à donner un sens à ma vie. Je souhaite redonner dans les ascensions de la valeur à la descente, comme à la montée. Le sens de ma pratique est de conquérir l’inutile, mais aussi et surtout de partager l’essentiel de l’aventure dans le respect de la nature, avec le sourire et beaucoup de plaisir. La valeur principale que je partage, avec mes compagnons de cordée, est l’engagement. Je souhaite montrer que l’alpinisme ne s’arrête pas à une seule discipline, mais que c’est une multiplicité de gestes différents et qu’il en existera toujours des nouveaux à découvrir. Le plaisir de voler, après une belle ascension, est devenu essentiel pour moi. Le plus difficile, ce sont les accidents à l’atterrissage, avec toutes sortes de blessures.»

Un ancrage fort dans le cercle familial et celui des amis
«Je suis très lié à mon entourage et particulièrement à mes parents, car c’est grâce à eux que je peux partir au bout du monde. Mes copains d’enfance sont les gens dont je suis le plus proche aujourd’hui, en tout cas ceux qui m’inspirent le plus : Jérôme Ruby parce que c’est Jérôme, Dean Potter pour les rêves qu’il met en pratique, mon frère pour sa vie proche de la mienne, Erwan Le Lann et Manu Pellissier parce que des frères de montagne il n’y en a pas tant.
Mon inspiration me vient bien entendu de tous les autres grimpeurs. J’ai un immense respect pour les anciens. Ils me font rêver. Je les admire. Avec eux, j’ai appris à être patient. De la même manière, je suis reconnaissant du travail de tous les grimpeurs, qui ont contribué au développement de l’alpinisme notamment par leurs inventions dans le matériel. J’imagine par exemple les pionniers, qui bricolaient leurs lampes après une bonne sortie spéléo et je sais que c’est grâce à nos pères aventuriers que l’on a pu rêver et que l’on peut encore rêver aujourd’hui.»
 
 
Dans le processus d’évolution
«C’est évident pour tout le monde, je participe à l’évolution de l’alpinisme, mais je suis bien conscient d’utiliser tout ce qui existe actuellement, grâce en partie à cet immense moyen d’échange et de partage de l’information, nommé WEB, que ce soit sur les spots, parois, témoignages de tous et prévisions météorologiques. Toute la chaîne des Alpes, par exemple, reste un extraordinaire terrain de jeu pour les enfants que nous sommes. Nous ne pouvons plus parler d’exploration du domaine, mais nous pouvons encore explorer, de façon inédite, les techniques et les compétences. Je ne considère pas l’alpinisme comme une activité, mais comme tout ce que l’on peut faire en montagne. Le mot « tout » doit être entendu comme pluriactivités avec pour chacune le même niveau d’engagement, d’optimisme et de bonne humeur. Si je peux contribuer à de nouvelles inventions de produits sérieux autour d’un sport pas sérieux, c’est tant mieux. Ce sport n’est pas sérieux car, finalement, il n’a aucune utilité en soi. Cependant, c’est l’une des meilleures écoles pour l’apprentissage de la rigueur.»
 
 
Comme si la planète Terre était mon jardin »
«Je ne pense pas avoir un grain de folie, mais plutôt une ouverture d’esprit qui me permet de considérer la planète Terre comme mon jardin, en tout cas comme un incroyable terrain de jeu. Les endroits que je préfère sur la terre sont les régions polaires et le territoire canadien. Par exemple, mon rêve le plus fou serait de partir en navette spatiale et me « taper » un petit saut de 20.000 m sur une falaise de Mars. Mais plus sérieusement, une idée plus en lien avec mon activité, serait de partir trois ans pour grimper de l’Antarctique au Pôle Nord, en passant par les Amériques, puis redescendre en Antarctique en passant par l’Asie, puis l’Afrique.»
 
 
Communiquer
«Avec la société Lineprod, nous organisons des événements, des séminaires d’entreprises et des conférences. Nous sommes partenaires avec des associations, qui aident des enfants à partir en montagne, comme par exemple l’association « Raid choucas », un raid gratuit pour les enfants français et suisses. Lors de l’expédition en Antarctique en 2010, nous avons eu des échanges en direct, grâce à nos téléphones satellites, avec des écoles suisses et françaises de Valorcine et de Maurienne.»
 
 
Ma devise
«Dis ta parole et brises toi...»
 
 
L’anecdote de Sam
«J’ai toujours eu une relation spéciale avec les ours. Je n’ai jamais vu l’ours bleu, mais un ours polaire à côté de notre tente. Il prend un bain, puis se sèche, s’assoit sur son derrière et nous regarde d’un air narquois. Une autre fois dans l’Ouest canadien, les traces d’un grizzli, que je n’ai jamais vu, mais que j’ai redouté à chaque pas dans une forêt en plein hiver où j’ai marché six heures, sans eau, pour échapper à une avalanche qui me barrait le chemin.»

picto plus Réalisations marquantes

Alpinisme
- Grandes Jorasses (massif du Mont-Blanc, France) "Linceul" (première descente à ski) 1995.
- Kwangde shar (Népal) "Extra bleu ciel" (première) 1995.
- Trango Pulpit (Pakistan) "Azazel" (première plus un saut en base jump) 2005.
- Baffin Islands (Canada) "Fous ta cagoule" (première plus un saut en base jump) 2006.
- Holstinnd et Holtanna (Antarctique) (premiers sauts en base jump) 2010.

picto rss Informations supplémentaires

Films
- Azazel 2005 Vidéo petzl.
- Québec givré 2005 Production Sevendoc
- Baffin, l’île aux enfants 2006 Production Sevendoc
- Holtanna, l’aventure Antarctique 2010. www.lineprod.ch
 
 
Site internet
www.lineprod.ch

picto photo Photos

picto video Vidéos

Video playlist featuring Sam Beaugey :

 

 
Big wall aid climbing in Baffin Island :

 

 
Holtanna Antartica project preparation :