Spain

Josune Bereziartu

Josune Bereziartu - photo © Rikar Otegui
  • 19 janvier 1972
  • Pays Basque (Espagne)
  • Sportive semi-professionnelle
  • 2002

Une vie assez proche de la nature et une recherche du vrai.
«Mes escalades sont des morceaux de vie que je veux vivre avec intensité. Le fait d'essayer une voie est déjà un début de chemin à parcourir. Quelques fois seulement, ce chemin s'achève avec la consécration, la réussite. Le succès est important mais c'est plus important de prendre conscience du parcours effectué pour y arriver. Je suis persévérante. Je m'implique à fond dans mes choix. Si finalement, je ne réussis pas l'objectif, c'est n'est pas si important, mais au moins j'ai fait ce qu'il fallait pour bien essayer. Je suis passionnée. J'aime vivre la vie avec passion.»

Vivre pleinement la nature
«J'ai découvert l'escalade par hasard dans une émission de la télévision espagnole. Deux filles grimpaient dans les gorges du Verdon. Cela m'a captivé. J'ai été surprise. Immédiatement, j'ai voulu essayer ce nouveau sport. C'était comme une porte ouverte sur ce qui n'existait pas encore pour moi. J'aime les paysages qui ont du contraste. J'habite à San Sebastian au Pays Basque entre l'océan et la montagne. C'est un endroit magnifique, dans un environnement naturel, avec non seulement des spots d'escalade, mais aussi la mer. De la même façon et pour les mêmes raisons, j'adore le Japon et sa culture. D'ailleurs, j'aime relire « La Mer de la fertilité » de Yujio Mishima. Et si je n'étais pas grimpeuse, je serais marin...»
 
 
Essayer, essayer et essayer encore
«Cela veut dire, repousser sans cesse les limites. Je ne sais pas dire non. Je suis ouverte à tous les possibles. L'escalade et la montagne m'ont appris à être patiente. Je veux continuer à jouer avec les limites. Ce n'est pas marrant de ne pas avoir de limites. Ce sont les limites qui me font jouir de l'escalade. Ceci dit, en réussissant des voies en 9a, je pense vivre ma vie de manière efficace.»
 
 
L'anecdote de Josune
«Il y a quelques hivers, je grimpais aux Riglos, un curieux spot d'escalade au Nord de l'Espagne. La voiture est tombée en panne. Nous sommes allés chez un garagiste que l'on connaissait. Il nous a laissé une voiture de remplacement. On est arrivé tard à la falaise, le jour était court. Nous avons attaché les clés de la voiture sur les lacets de chaussures et les lacets au harnais. À la sixième longueur, c'était la nuit. Les deux dernières longueurs ont été une vraie odyssée. Chaque point d'assurage que je trouvais était un véritable sauvetage. Une fois au sommet, on a mis les chaussures pour descendre. Nous nous sommes perdus plusieurs fois. Finalement, avec une mine préoccupée, nous sommes arrivés à la voiture. Les clés de la voiture? Où sont les clés de la voiture? Elles doivent être au pied de la paroi, n'est-ce pas? On ne peut pas ouvrir la voiture. Avec détermination, on va les chercher au pied de la paroi. Mais il n'y avait rien. Ces clés ne pouvaient être qu'au sommet de la Visera. Fatigués, nous sommes montés au sommet par le sentier et quand nous sommes arrivés, les clés étaient là, exactement à l'endroit où nous avions mis les chaussures. À trois heures du matin, nous avons pris le chemin du retour.»
 

picto plus Réalisations marquantes

Falaise
- Araotz (Espagne) « Honky Mix » (8c+) 2000.
- Andonno (Italie) « Noia » (8c+) 2001.
- Saint-Loup (Suisse) « Bain de Sang » (9a) 2002.
- Baltoza (Espagne) « Na Nai » (8c+) 2003.
- Saint-Loup (Suisse) « Bimbaluna » (9a/+) 2005.
- « La Travesia De Arroita » (9a).

Alpinisme
- Grandes Jorasses (massif du Mont-Blanc France) « Eperon Walker ».
- Grand Pilier d'Angle (massif du Mont-Blanc France) « Cecchinel-Nomine ».

Livre
- HATZ PUNTAK2003, « Publié juste quand j'ai grimpé mon premier 9A ».

picto rss Informations supplémentaires

Site internet
www.josunebereziartu.com

picto photo Photos

Josune Bereziartu sends "Bain de Sang" 9a - photo © Rikar Otegui