En février 2014, Thomas Huber et Mario Walder tentent leur chance dans la vallée du Torre. Malgré des conditions météo favorables, ils ont dû adapter leur projet d’ascension. Au-delà des grandes réalisations, Thomas raconte cette aventure en Patagonie qui reste avant tout un voyage au milieu des espaces sauvages et magnifiques.

 
© Huberbuam

 

 

 Une saison reposante pour le Cerro Torre !

 Certains disent que cette saison est la plus mauvaise depuis 20 ans. Depuis novembre il n'y a pas eu une vraie période de beau temps. Par rapport à la centaine d'ascensions réalisées en 2013, le Cerro Torre a pu souffler un peu durant cette saison et s'est couvert de glace. Mario et moi sommes arrivés assez tard en Patagonie - début février – juste au moment où la première période de beau temps de la saison s’est annoncée. Certains disaient que nous avions emmené le beau temps d'Europe. Enfin du soleil pendant cinq jours. Les grimpeurs se sont répartis dans la montagne à la recherche de leur aventure personnelle. Tommy Caldwell et Alexander Honhold, deux grimpeurs célèbres, ont pris position au Paso Guillaumet. Nous sommes partis dans la vallée du Torre. Malgré les conditions météorologiques parfaites nous n'avons pas pu faire grand-chose.  Toutes les faces sud ainsi que les Torre étaient couvertes d'une épaisse couche de glace. Nous avons dû reporter notre projet encore une fois et avons grimpé la "Chiaro de Luna" sur l’aiguille Saint Exupery, c'était une journée de grimpe parfaite. Tommy et Alex ont eu plus de chance avec les conditions et ils ont pu accomplir leur projet, probablement la seule grande réalisation possible vu les circonstances. Ils ont fait la traversée du groupe Fitz Roy du nord au sud. Hallucinant! Le proverbe: 'Être au bon moment au bon endroit' se confirme une fois de plus!

 

© Huberbuam© Huberbuam

  

 
 

 Attendre sa chance

 

© Huberbuam© Huberbuam

 

 

Nous attendons toujours notre chance. Mais vers la fin février la neige tombe de nouveau sur la montagne et notre rêve s'envole. Nous profitons de trois jours de soleil et essayons de grimper le Torre par la "Corkscrew",  une combinaison d'arête sud-est et de face ouest. Nous grimpons par la voie du compresseur jusqu'au Ice Towers et traversons l'immense champ de glace jusqu'à la face ouest du  "Helmo". Très beau temps, un lieu idéal pour le bivouac, pas de vent, coucher de soleil sur l'un des plus beaux endroits du monde, nous sommes comblés. Plus que 8 longueurs jusqu'au sommet. Il y a huit mois j'étais déjà venu ici en plein hiver pour grimper sur le Torre par la  "Ferrari" avec Stephan Siegrist, Dani Arnold  et Tibu Villavicencio. Juste avant le coucher de soleil nous voyons une équipe argentine arriver au sommet du Torre Egger. Youpi, nous jubilons également. Ce sont ces moments-là qui expliquent pourquoi nous faisons tout cela.

 

© Huberbuam© Huberbuam

  

 
 
 Quand le temps impose son souffle

La nuit est étoilée et puis tout d'un coup le vent commence à souffler très fort. La Patagonie, pays des  tempêtes, rend honneur à son nom. Avec ce vent nous n'avons aucune chance. Nous décidons de ne pas continuer et de faire demi-tour. 

 

© Huberbuam

 

Deux jours plus tard, nous sommes de nouveau à El Chalten et préparons notre voyage de retour. Ce n'était pas un échec et nous avons pris la bonne décision. Nous nous réjouissons déjà des aventures à venir et je pense que ce n'est pas la dernière fois que la Patagonie nous verra! 
 

© Huberbuam© Huberbuam

  
 

 Le matériel pour le big wall

Commentaires

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ ne sera pas montré publiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Allowed HTML tags: <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <hr> <br> <img> <object> <embed> <h1> <h2> <h3> <h4> <h5> <h6> <p> <span> <b> <i> <u>

Plus d'informations sur les options de formatage