The North Face® Ultra-Trail du Mont-Blanc® (UTMB®) s'est déroulé du 27 aout au 2 septembre 2012 dans la région du Mont-Blanc. Cette véritable célébration internationale du Trail a rassemblé comme prévu de nombreux athlètes, spectateurs et bénévoles autour de cette même passion. Avec quatre courses, 73 nationalités présentes, plus de 6 000 coureurs et 2 000 bénévoles, des conditions difficiles l'UTMB® 2012 a été un moment d'exception.

Cette réussite, les performances, l'intensité des émotions mais aussi les difficultés, ont été partagés avec le monde entier grâce à la WebTV qui a transmis les actualités de l'UTMB® en direct. Ainsi, en suivant les images des courses elles mêmes, chacun a pu "vivre" le trail de chez soi. Le suivi GPS mis en place permettait également de bien suivre chaque coureur étape par étape.

Spectateurs devant le podium de l'UTMB

 

5Des conditions hivernales, des parcours ré-adaptés

Si la météo a été clémente au début de l'évènement, dès mercredi, trois des quatre courses ont dû voir leur parcours modifié. Les conditions sont devenues difficiles en raison de fortes pluies, de chutes de neige et de vent froid. L'organisation a dû informer les coureurs du matériel nécessaire en raison de ces conditions particulièrement difficiles et a appelé tout le monde à faire preuve de vigilance. L'occasion de rappeler la nécessité de s'adapter en montagne, tant pour l'organisation que pour les coureurs eux-mêmes.

Photo de la course de  l'UTMB 2012 de nuit

Ces conditions difficiles ne gênent pas tous les coureurs. En effet, certains préfèrent courir par températures basses, voire sous la pluie comme Agnès Hervé, la première arrivante femme de la TDSTM - sur les Traces des Ducs de Savoie - (en 19h07). De même pour Dawa Sherpa, membre du Team Petzl et gagnant de la TDSTM. Il court toujours pour le plaisir et a grandement apprécié le parcours. Pour d'autres c'est parfois difficile d'aller jusqu'au bout: le taux d'abandon est de 57% sur la TDSTM.

Le parcours de la CCC® - Courmayeur-Champex-Chamonix - a été modifié avec la suppression de la Tête de la tronche et de la Tête aux Vents. En effet, les conditions au dessus de 2 000 mètres d'altitude étaient hivernales. Tofol CASTANER BERNAT (ES), le gagnant de la CCC® qui a parcouru les 86km en 8h57, a vécu une arrivée mémorable, trois minutes avant le départ de l'UTMB®. "L'arrivée avec tous les spectateurs et tous les coureurs de l'UTMB prêts à partir est un moment inoubliable!!!"

Sur la PTLTM - la Petite Trotte à Léon - le taux d'abandon est assez faible (27%). Le parcours a été plus sportif, notamment avec le passage du Buet et de Catonne au dessus de Champex. Ensuite, cinq équipes ont pu continuer à suivre le parcours originel et les autres ont été redirigées vers le col de la Seigne où les participants avaient de la neige jusqu'aux genoux, sauf quand les vaches tarinnes leur avaient dégagé un passage..!

Enfin, l'UTMB® n'a pas échappé aux modifications de parcours. Il était impossible de prévoir de passer par les grands cols. Le parcours de repli a dû rester côté français, allant jusqu'aux Contamines, et revenant par la rive droite de la vallée de Chamonix. Suite à ces changements, seulement 20 coureurs n'ont pas pris le départ. Ce sont donc 2 482 participants qui ont pris le départ à Chamonix le 31 aout à 19h00 pour 103 km sous les encouragements de la foule venue en nombre. Notons la volonté de Sebastien Chaigneau, membre du Team Petzl : malgré une opération importante du genou trois semaines auparavant il s'est lancé dans la course avec conviction. Une mauvaise chute au départ lui a ouvert l'autre genou. Cela ne l'a pas empêché de continuer en restant dans les six premiers jusqu'à ce qu'il doive s'arrêter peu avant l'arrivée pour cause d'ophtalmie.
 

 
 

5Comment s'est passée la course jusqu'au podium de l'UTMB® ?

  • Chez les femmes

    Emma ROCA (ES), 3ème femme, en 13h23 (photo ci-contre)
    Emma vient de l'aventure race, et a trouvé la course "plus dure que prévu", mais a jouté que "c'est une compétition fantastique". Pour avancer, elle s'est concentrée sur la progression et le fait d'en profiter. Sa seule difficulté a été dans le fait de connaitre sa position parmi les femmes, car de nuit elle n'identifiait pas qui la doublait.

    Francesca CANEPA (IT),  2ème femme, en 13h17
    La stratégie de Francesca était de faire attention au sur-régime. Elle n'aime pas partir trop vite. Sa seule mauvaise expérience est due à une erreur d'estimation des temps de parcours entre les ravitaillements entre les Houches et Argentière. Elle a failli abandonner à Argentière mais a réussi à réunir toutes ses forces pour terminer.

    Elisabeth HAWKER (UK): 1ère femme, en 12h32
    Elisabeth est une coureuse hors-normes. Elle a toujours figuré parmi les 25 premiers de la course. C'est sa cinquième victoire de l'UTMB©. Pendant la course, elle a pris les moments les uns après les autres. Le principal pour elle était d'en profiter, de partager avec les gens autour, et d'avancer dans la nuit. D'après elle, elle n'était pas à son top à cause de douleurs dûes à des blessures dans l'année.

 

  • François d'Haene arrive premier à l'UTMBChez les hommes :

    Michael FOOTE (US), 3ème, en 11h19
    C'était une nouvelle expérience pour lui car il n'avait jamais couru sur 100km. Il a fait une remontée remarquable de la 15ème à la 3ème place. Sa marge de progression à travailler pour les courses futures: les montées.

    Jonas BUUD (SE), 2ème, en 11h03
    "J'étais préparé au profil de la course qui est resté à peu près le même. Donc je n'ai pas eu de surprise sauf que c'était plus court et plus rapide." Jonas a tenté de rattraper le premier au début mais François d'Haene a creusé l'écart notamment dans les montées.

    François d'HAENE (FR), 1er, en 10:32 (photo ci-contre)
    Bien que la course ait été modifiée, il a choisi de participer et de tout donner. François s'est placé en première position dès les Contamines et ce jusqu'à la fin. Il sort premier du ravitaillement et se jette seul dans la montée. Il prend beaucoup d'avance sur la boucle de retour aux Contamines, et continue de se donner à fond. Dans sa tête : "c'est le bon jour, j'ai tout à gagner et rien à perdre".

 

 

 

5Mieux comprendre l'UTMB® : les explications de Vincent Delebarre, conseiller technique sur l'évènement.

" C'est un évènement international, donc on retrouve un niveau de plus en plus important sur chacune des courses. Chaque course a sa propre identité sportivement parlant et demande un engagement important. Il n'y a pas l'UTMB® et ses petites sœurs, chaque course est un défi qui peut faire rêver. À tel point que des coureurs capables de faire l'UTMB® ont choisi la TDSTM ou la CCC®. En résumé...

  • TDSTM : la course sauvage et technique, une course de très haut niveau.
  • CCC® : une course rapide, adaptée à l'élite qui peut courir vite mais qui convient aussi pour une première expérience.
  • UTMB® : malgré les changements, une vraie course, avec quasiment tout le monde sur la ligne de départ. Dur pour tout le monde, un vrai UTMB® !

Sur cette édition 2012, la montagne a dicté sa loi une fois de plus. Tout le monde a dû s'adapter : l'organisation, les coureurs...C'est ça l'esprit de l'UTMB®. Sans oublier que la présence de multiples nations a donné à l'évènement aspect de championnat du monde de trail… Au final, des coureurs du monde entier bien équipés, prévenus, bien préparés et des courses superbes."

 

Podium UTMB 2012

 

5Petzl et l'UTMB, ça a été...

  • Un stand sur le salon de l'UTMB pour se renseigner,
  • des points d'assistance sur les courses pour tout problème de lampes ou de piles,
  • le suivi de la course en direct sur Internet...
  • et des milliers de coureurs qui ont pu traverser la nuit grâce à nos lampes frontales (dont des NAO!).

 

+Plus d'infos:

- sur le site officiel de l'UTMB
- VIDEO - les conseils de Kilian Jornet, Seb Chaigneau et Fernanda Maciel pour courir de nuit
- lampe frontale NAO
- Autres news Petzl sur l'UTMB :
Trail running : prêts pour le départ de l'UTMB® ? [31/07/12]
Trail running : Dawa Sherpa remporte la TDS sur l'UTMB© 2012 [31/08/12]
Interview UTMB® 2012: Maud Gobert, 3ème féminine, raconte la CCC® [01/09/12]