Le dimanche 21 Juillet à 15H02 : un SMS de Nina Caprez arrive sur le téléphone : ça y est, c'est fait ! Nina vient d'enchaîner "Carnet d'adresse" au Rocher du Midi en Chartreuse (France). Une semaine auparavant, son compagnon Cedric Lachat en avait réussi la deuxième ascension. Carnet d'adresse avait été équipée par un des experts du style : Philippe Mussato. En 2011 Yann Ghesquier avait pu en faire la première en libre. Nina signe une très belle performance avec la troisième ascension et la première féminine de cet itinéraire de difficulté extrème. Trois heures plus tard, réunis autour d'une coupe de champagne, Nina et Cédric fêtent cette réussite en couple.

A cette occasion nous avons pu lui poser quelques questions.

Nina Caprez dans Carnet d'adresse, Rocher du Midi, France

Petzl : Qu'est ce qui t'a motivée pour aller tenter cette voie ?
Nina : Cette année, je cherchais un projet autour de la maison. J'ai entendu parler de tant de voies fabuleuses autour de Grenoble et le Rocher du Midi, je le vois depuis la fenêtre de notre appartement. Ce qui m'a bien motivée aussi c'était le fait que le profil de cette voie ressemblait à Silbergeier que nous avions enchaîné l'an passé dans le massif du Rätikon. Carnet d'adresse devait bien me convenir. Ca me motive d'aller essayer d'enchaîner des voies peu faites et ainsi motiver d'autres grimpeurs à y aller. Philippe Mussato est un ouvreur génial, chacune de ses voies est une création unique et un voyage dans la haute difficulté. Rares sont les grimpeurs qui y osent y aller. Avec Cédric on aime bien ramener de belles photos et donner envie aux gens d'aller les faire.

Petzl : Peux-tu décrire le style de la voie et les points forts necessaires pour la faire ?
Nina : Le style de Carnet d'adresse me convient bien : c'est assez varié, mais les longueurs clés sont en dalle verticale voire léger dévers. Les trois premières  longeurs sont en style "alpin" : il faut grimper tout doux parfois car le rocher n'est pas super super béton. Le jeux commence à la quatrième longueur (8b+) : une longueur 5 étoiles de 25/30 mètres sur un calcaire gris parfait. c'est la longueur la plus dure à enchainer car tu peux "te la coller" de bas en haut. Il y a de toutes petits prises et tout est dans les pieds, l'équilibre et les bons mouvements du bassin. Ensuite un 7a+ bien difficile sur dalle et fissure. Après c'est la longueur la plus géniale : un gros 8a (pour moi plutôt 8a+) qui commence par un réta "piscine" sur deux gros plats. S'en suit un bon crux sur mini croutes dans du léger dévers. La longueur suivante est un 7c+ de 30 mètres encore 5 étoiles avec un pas en équilibre en dalle sans les mains. Puis on arrive à la longueur ultime, un bon 8a+ qui commence par un magnifique jeté en travers, suivi d'un gros pas de bloc de 6 mouvements. Avec Cédric on a trouvé une super solution où encore une fois tu dois poser les pieds sur des mini rebords en arquant des mini réglettes, tout se joue grâce à une bonne position du bassin. J'ai adoré!


Petzl : Avec Cédric c'est un peu votre spécialité les grandes voies extrèmes, vous avez une belle liste avec Silbergeier au Ratikon (CH), Delicatessen (Corse), Ali Baba dans la paroi d'Aiglun, la Ramirole au Verdon... Avez-vous une organisation particulière pour y parvenir ?

Topo Carnet d'adresse, Rocher du Midi, France

Nina : Avec Cédric nous aimons faire des projets à deux. Nous attaquons toujours par le bas et essayons de parcourir toute la voie dans un ou deux jours, cela dépend bien sûr de la difficulté. Pour Carnet d'adresse, le premier jour nous sommes restés sur les 4 premières longueurs, et avons posé des cordes fixes. Le deuxième jour, nous avons regardé en détails les quatre dernières longueurs. Souvent Cédric travaille les longueurs dures directement en tête, il a bien plus de marge. Moi je les travaille en second et je fais les longueurs plus faciles en tête. Une fois que nous avons calé les méthodes dans toutes les longueurs nous séparons nos journées de grimpe. Souvent il tente avant moi un enchaînement et moi ça me permet de travailler encore une fois les passages difficiles. Sinon pour garder des doigts avec de la peau neuve je ne fais que l'assurer, l'encourager, et remonter avec des bloqueurs derrière. Nous inversons les rôles le lendemain. Ca peux paraître un peu spécial, mais pour enchainer tous les deux la voie, c'est très efficace. En fait, quand on travaille une voie, on la fait souvent assez vite car on travaille tout ensemble, et chacun essaye les méthodes de l'autre. De mon coté je dois souvent chercher des méthodes qui utilisent moins de force et Cédric peut les reprendre. Par contre il me fait voir souvent les mouvements les plus physiques car je ne peux même pas les imaginer toute seule. Du coup en me les montrant et il recherche jusqu'au moindre détail comment il faut positioner le corps pour les réussir. Ca me motive énormément et me permet de faire des mouvements que je n'aurais jamais imaginé ni osé. C'est ce travail complementaire en équipe qui fait notre force. Au niveau de notre vie de couple, ce sont aussi des moments très forts que de passer des journées entières en paroi avec le même projet.

 

Petzl : Combien de temps/montées de travail as-tu fait pour y arriver ?
Nina : Il a fallu deux jours pour repérer et fixer toute la voie. Cédric l'a enchaînée la fois suivante avec Quentin Chastagnet comme assureur car j'étais pas disponible. J'y suis allée encore deux fois. Un jour uniquement pour travailler le 8b+ et l'enchaîner. Un autre jour j'ai profité de la séance photo avec Sam Bié pour travailler vite fait le haut. Et voila, aujourd'hui c'est fait! C'était vraiment pas mon intention de déjà l'enchainer car à part le 8b+ je n'étais pas trop calée. Aujourd'hui je grimpais comme une plume, en mettant les dégaines et en hissant le sac... C'est une journée de grimpe comme je les aime : je suis super concentrée sur chaque longueur, chaque mouvement de grimpe est un tel plaisir que ça me donne une force de fou. J'adore, j'adore…
 

Nina Caprez grimpe dans Carnet D'adresse

 

Petzl : Et maintenant c'est quoi le prochain projet ?
Nina : Ce printemps je me suis lancée dans plein de projets. J'ai pas enchaîné grand chose, et je me suis blessée une poulie. Ca m'a un peu déprimée d'ailleurs. Mais bon repos, et tout va bien maintenant. Alors au menu je vais mettre un super 8c à St. Ange, Les Spécialistes dans le verdon, et je veux faire deux lignes qui me font rêver depuis un long moment: Digital Crack dans le massif du mont blanc et 'Babel' une autre grande voie mythique de Philippe Mussato dans le Pestel de Glandasse. Voilà, j'ai de quoi faire!

Et pour changer de la grimpe, avec Cédric on se fait aussi de grosses sorties spéléo d'exploration.

 

 

+Plus d'informations

Retrouvez le profil de Nina Caprez dans la rubrique Petzl Team.