Assurer au GRIGRI - Petzl

Assurer au GRIGRI

Le GRIGRI est un assureur avec freinage assisté. La technique d’assurage à utiliser est très proche de la technique générique, mais contient quelques spécificités. Elle demande donc à un grimpeur déjà habitué à utiliser des appareils classiques, un petit temps d’adaptation. La technique décrite ici est la seule que Petzl préconise.

Avertissements

  • Lisez attentivement la notice technique avant de regarder les techniques suivantes.
  • Vous devez avoir compris les informations de la notice technique pour pouvoir comprendre ce complément d’informations.
  • Maîtriser ces techniques nécessite une formation et un entraînement spécifique.
  • Validez avec un professionnel votre capacité à refaire la manipulation, seul, en toute sécurité, avant de la reproduire en autonomie.

Gestuelle de base

Gestuelle de base

 

Pour faciliter la gestuelle du grimpeur au moment du mousquetonnage, l’assureur doit être mobile : un pas peut suffire à fournir le mou nécessaire.
Toujours tenir la corde côté freinage !

 

Donner du mou

Donner du mou

Donner du mou

Avaler le mou

 

Donner du mou rapidement

Donner du mou rapidement

 

 

étape 1

1. Maintenir la corde avec trois doigts minimum

étape 2

2. L’index vient en appui sur le GRIGRI

étape 3

3. Le pouce appuie sur la came

 

Cette action doit être transitoire. Une fois que le leader a mousquetonné, votre main doit revenir en position principale d’assurage. Un contact continu avec l’appareil peut induire de mauvais usages. Cette technique permet de toujours garder la corde côté freinage, dans les mains (au moins avec les trois doigts). Elle limite aussi le risque de crispation sur la came.

 

Nous insistons fortement sur l’obligation de tenir le brin côté freinage.

Mais pourquoi ?

Le terme appareil d’assurage à freinage assisté, utilisé pour désigner le GRIGRI, indique que celui-ci n’est pas autobloquant. En effet, vous pouvez remarquer que si vous faites défiler votre corde à faible vitesse dans l’appareil (notamment pour les faibles diamètres de corde), la corde n’est pas forcément bloquée et défile librement dans l’appareil. C’est en tenant le brin de freinage que vous amorcez la rotation de la came et donc le freinage de la corde.

Il est aussi important d’insister sur le fait que tout blocage de l’appareil, ou de la came, annule le freinage de la corde. C’est pourquoi il est impératif de ne pas tenir l’appareil à pleine main, de ne pas garder le pouce en permanence sur la came, de ne pas bloquer la came...

Voici trois exemples de cause de chute au sol observés en falaise ou en salle d’escalade.

1. Mauvaises gestuelles d’assurage au GRIGRI

Difficile de faire une liste exhaustive de toutes les mauvaises gestuelles. Voici quelques illustrations :

 

Je tiens mon GRIGRI à pleine main.

Je tiens mon GRIGRI à pleine main.

Je tiens le brin côté grimpeur.

Je donne du mou sans tenir le brin de freinage.

 

Je place mal mon index.

Je place mal mon index.

Je tiens le brin côté grimpeur.

Je tiens le brin côté grimpeur.

 

Notons que l’utilisation d’une mauvaise gestuelle d’assurage est le facteur principal de risque d’accident, notamment lorsque l’assureur est surpris lors de la chute. Si vous vous reconnaissez dans l’une de ces mauvaises gestuelles, adoptez la technique présentée au début de ce paragraphe.

 

2. Mauvais réflexes

Lorsqu’une personne est surprise alors qu’elle tient un objet dans la main, un des premiers réflexes qu’elle déclenche est de serrer cet objet. Imaginez cette situation dans le cas d’un assureur avec un GRIGRI, tenu à pleine main, au moment où le grimpeur chute...

Mauvais réflexes 01

Dans ce cas, l’assureur se crispe sur son GRIGRI, sans tenir le brin côté freinage, le grimpeur finit sa chute au sol.
L’autre mauvais réflexe de l’assureur peut aussi être d’essayer de retenir le défilement du brin côté grimpeur.

Mauvais réflexes 02

Dans ce cas, l’assureur se brûle la main avec la corde et plus grave, empêche toute rotation de la came du GRIGRI qui ne peut donc freiner la corde. Ici aussi le grimpeur finit sa chute au sol.

 

3. Manque d’attention du grimpeur. L’assureur discute, regarde ailleurs...

Regardez cet exemple : l’assureur, les mains dans les poches, n’est pas du tout attentif à son grimpeur, alors qu’il est en train de mousquetonner avec beaucoup trop de mou...

Manque d'attention

Pour terminer, les chutes au sol sont souvent la combinaison de plusieurs facteurs : mauvaise gestuelle, inattention...
Il ne tient qu’à vous de les limiter.

N’hésitez pas à aller voir notre vidéo Assurer au GRIGRI.


Les activités liées